Mardi 28 septembre 2021
TEST: 2285

Ce qu’il faut savoir sur l’avancée de la Région Métropolitaine en phase 3

Par Édouard Maury | Publié le 20/07/2021 à 02:00 | Mis à jour le 20/07/2021 à 10:59
Photo : mauro mora - Source : unsplash.com
Gens qui manifeste à Santiago pendant la pandemie phase 3 chili

Depuis hier, lundi 19 juillet, l’entièreté des communes de la Région Métropolitaine sont passées en phase 3 du plan Paso a Paso. Cette phase dite de "Préparation" n’avait plus été connue dans la capitale depuis huit mois. Revue de ce qu’il est désormais possible de faire à Santiago et ses alentours.

Après plus de huit mois à osciller entre la phase 1 et la phase 2 du plan Paso a Paso, les habitants de la Région Métropolitaine pourront enfin passer leurs week-ends à l’air libre. Cette situation semblait assez inespérée après l’annonce du retour de la quarantaine pour ces communes le 10 juin dernier. Mais la baisse du nombre de cas, et d’hospitalisations, a encouragé les autorités à faire avancer dans le processus du plan Paso a Paso les quelques 7 millions d’habitants de la région.

En effet, le sous-secrétaire à la santé Alberto Dougnac indiquait que ce changement de phase coïncide avec la baisse du nombre de morts ces 15 derniers jours. Et ce, grâce à une diminution du nombre de cas et d’hospitalisations. Ce dimanche, on recensait uniquement 1 419 nouveaux cas dans le pays, et une positivité de 2,59 %. C’est le taux le plus bas enregistré depuis le début de l’année. De même, celui de l’occupation des lits est descendu à 87 %.

Davantage de liberté pour elles et ceux disposant du Pase de Movilidad

Désormais, les week-ends ne s’effectueront plus sous cloche dans la Région Métropolitaine. Les commerces pourront être ouverts les samedis et dimanches, et la population pourra se déplacer sans besoins de demander de permis. Par ailleurs, en phase 3, les voyages entre régions ne sont plus soumis à des restrictions. Il sera ainsi possible de rejoindre les autres régions chiliennes tant que celles-ci ne sont pas en phase 1.

Pour les autres domaines d’affranchissement des restrictions, ce sera une réglementation à deux vitesses. Ainsi, les rassemblements sont autorisés jusqu'à 10 personnes, sauf pour celles et ceux disposant du Pase de Movilidad, dans ce cas la jauge pourra monter jusqu'à 20. De même, les activités en intérieur (bars, restaurants, salle de sport…) sont désormais autorisées pour les personnes bénéficiant du précieux sésame. Même logique pour les musées et autres lieux de culture, qui pourront accueillir jusque 100 personnes non-vaccinées, mais 500 en comptant les personnes disposant du Pase de Movilidad.

Ailleurs dans le pays ça bouge aussi

Ce lundi, ce sont également plusieurs communes du pays qui change de phase. Et pour la plupart dans le bon sens. Ainsi accédent à la phase 2 de "Transition" : Vicuña dans la région de Coquimbo, Catemu et El Tabo, dans la région de Valparaíso, Pelluhue dans la région del Maule, Lebu et Florida, dans la région del Biobío, et Máfil, dans la région de Los Ríos.

Comme pour la région métropolitaine, avancent en phase 3 les communes de Caldera dans la région de Atacama, Monte Patria et Punitaqui dans la région de Coquimbo, Villa Alemana dans la région de Valparaíso, La Estrella, Mostazal, Graneros, Litueche et Pichidegua, dans la région de O’Higgins, Longaví et Chanco dans la région del Maule, Quillón dans la région de Ñuble, Laja, Coronel et Los Ángeles dans la région del Bío Bío, Lautaro, Traiguén et Perquenco, en Araucanie, Valdivia dans la région de Los Ríos, Castro et Calbuco dans la région de Los Lagos et Chile Chico à Aysén.

Enfin, retrouvent une presque liberté en phase 4 d’"Ouverture" : Coelemu, Trehuaco et Ránquil, dans la région de Ñuble, Chaitén dans la région de Los Lagos, ainsi que Natales et Punta Arenas dans la région de Magallanes.

Édouard Maury

Étudiant à Sciences Po Aix, j'effectue un stage au sein de la rédaction de lepetitjournal.com Santiago. Passionné de sport, et de nature, je découvre le Chili pour la première fois.
0 Commentaire (s) Réagir

Vivre à Santiago

Miguel Bonnefoy : "J’ai dans mes veines du sang chilien, c’est mon héritage"

Dans son livre "Héritage", publié aux éditions Rivages, Miguel Bonnefoy, auteur franco-vénézuélien, d’un père chilien exilé en France dans les années 1970, raconte l’exil, la guerre et la dictature.