Samedi 23 octobre 2021
TEST: 2285

Au Chili, il faut disposer d’un motif impérieux pour sortir du pays

Par Naïla Derroisné | Publié le 15/06/2021 à 18:09 | Mis à jour le 16/06/2021 à 14:53
Photo : Josue Isai Ramos Figueroa - Source : unsplash.com
avion qui décolle d'un tarmac

En France, les vacances d’été approchent et le gouvernement a récemment publié les conditions d’entrée sur le territoire. Mais pour celles et ceux qui souhaitent effectuer le trajet Santiago-Paris pour cette période estivale, saviez-vous qu’il existe également des conditions pour sortir du Chili ? Et ce, en raison du maintien de la fermeture des frontières chiliennes à cause de la pandémie. Lepetitjournal.com Santiago fait le point.

"Tu dis que tu déménages, c'est tout." "J'ai dit que je reprenais des études et que je devais m'inscrire d'urgence en présentiel dans une université." "Moi j'ai juste dit que ma fille de trois ans est trop isolée ici sans crèche, et qu’elle a besoin de voir d'autres enfants et sa famille." Voici le genre de messages que l’on peut lire ces dernières semaines sur les groupes Facebook de Français au Chili. Les expatriés se refilent les bons plans afin de pouvoir sortir du pays. Car, en raison du maintien de la fermeture des frontières, le gouvernement chilien filtre les entrées mais aussi les sorties de son territoire. Il n’autorise à sortir du pays que pour certains motifs impérieux, qu’il s’agisse de Chiliens ou d’étrangers résidant sur le territoire.
 

commentaire facebook français sortie chili


Pour le moment, les frontières restent fermées jusqu’au 30 juin. Jusqu’à cette date les conditions pour sortir du pays sont les suivantes :

- Réalisation d’activités fondamentales pour le pays.
- Situation humanitaire.
- Raisons de santé.
- Sortie définitive du pays.

Le gouvernement chilien ne donne pas plus de détails. Certains Français rusent alors afin d’obtenir le précieux sésame. C’est le cas de Julie*, qui après avoir passé toute la période de la pandémie au Chili, a souhaité aller rendre visite à sa famille en France cet été. Pour sortir du pays, elle s’est donc procurée un faux certificat médical mentionnant l’obligation de retour en France. Certains évoquent le mauvais état de santé d’un proche, d’autres expliquent quitter définitivement le Chili.

Ce qui est sûr, c’est qu’à l’aéroport, il vous sera systématique demandé de montrer votre autorisation de sortie du Chili avant de monter dans l’avion. Pour l’obtenir vous devez donc vous rendre sur le site du Comisaría Virtual. Elle doit être sollicitée au minimum 72 heures avant le vol.

autorisation sortie chili

Selon ce que nous avons pu lire, il n’existe pas de règles quant à l’acceptation ou le refus du motif impérieux. Tout se fait au cas par cas. Et cela ne marche pas à tous les coups, comme pour cette internaute qui relate son expérience à un autre expatrié. Elle a dû s'y reprendre à plusieurs fois : "Fais des tentatives sur le site en ligne jusqu'à ce qu'ils acceptent", commente-t-elle. Et de poursuivre : "Il te faut un document qui peut prouver le motif. Un membre de la famille malade, le travail..." Par ailleurs, la réponse de Comisaría Virtual peut être très rapide (5 minutes), ou plus longue.  

Le gouvernement chilien a déjà, à plusieurs reprises, repoussé l’ouverture des frontières en raison de la situation sanitaire instable et de la reprise de l'épidémie de covid-19 ces dernières semaines dans le pays. À l’heure actuelle, les frontières restent fermées jusqu’au 30 juin, sauf si le gouvernement décide de prolonger ce délai.

Après tant de mois d'éloignement en raison de la pandémie, il devient vital pour certains Français résidant au Chili, de rentrer dans leur pays, comme le souligne cette autre internaute sur Facebook : "Merci pour vos témoignages ! C'est tellement important dans notre situation d’expatrié, le besoin de retrouver sa famille est tellement difficile à vivre."

* Le prénom a été changé.

naïla Derroisné

Naïla Derroisné

Journaliste de formation Naïla mène divers projets d’investigation et audiovisuels au Chili, où elle vit depuis 2019. Correspondante pour des médias francophones elle est aussi la rédactrice en cheffe de Lepetitjournal.com à Santiago.
1 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

JPP ven 18/06/2021 - 21:47

Naïla, à propos des règles, des lois, des décisions de justice etc. il ne faut pas oublier un paramètre essentiel et fondamental au Chili : "ÇA DÉPEND " !

Répondre