Jeudi 26 novembre 2020

Sandro Botticelli, le « petit tonneau » de Florence

Par Karine Gauthey | Publié le 02/06/2020 à 09:57 | Mis à jour le 02/06/2020 à 10:19
Sandro Botticelli

Le 17 mai dernier, l’on célébrait le 510e anniversaire de la mort de Sandro Botticelli, peintre florentin de renom durant la Renaissance italienne.

 

Des débuts prometteurs

Né à Florence en 1445, Alessandro di Mariano di Vanni Filipepi, dit Botticelli, grandit dans une famille modeste et entreprend dans un premier temps une formation d’orfèvre, comme l’un de ses frères. Mais il s’intéresse davantage à l’art pictural et décide de s’y consacrer entièrement (d’ailleurs, son style sera fortement influencé par l’orfèvrerie). C’est ainsi qu’il intègre l’atelier de Fra Filippo Lippi à environ vingt ans, où il s’attache à parfaire son art. Il ouvre son premier atelier quelques années plus tard, en 1470, et reçoit directement une commande qu’il ne parvient pas à honorer dans son intégralité.

 

L’influence de la famille Médicis

Dans les années 1470, il fréquente le cercle de la famille Médicis et les néo-platoniciens, notamment l’humaniste Pic de la Mirandole, ce qui lui permet d’obtenir de nombreuses commandes, parmi lesquelles on retrouve « L’Adoration des mages ». On retrouve l’influence des néo-platoniciens dans bon nombre de ses œuvres à travers des références à la mythologie gréco-romaine.

 

L’Adoration des mages 

 

En 1481, on lui fait une offre qu’il ne peut refuser. En effet, le pape Sixte IV l’appelle à Rome pour participer à la décoration de la chapelle Sixtine, notamment pour faire les illustrations des vies de Jésus et Moïse, sur les murs latéraux de la chapelle (« La Tentation du Christ », « Les Épreuves de Moïse », « La Punition des Rebelles Lévites »). Mécontent de l’accueil qu’il reçoit, il décide de retourner à Florence et de ne plus quitter sa ville natale.

 

De retour à Florence

C’est à ce moment-là qu’il peint pour les Médicis ses œuvres les plus connues : « Le Printemps » en 1482 et « La Naissance de Vénus » vers 1485. Il semblerait qu’il se soit inspiré de Simonetta Vespucci, considérée comme la plus belle femme de Florence, pour représenter les femmes de ces deux tableaux. Arrivée dans la ville à l’âge de 15 ans, la jeune fille devient l’épouse de Marco Vespucci et l’amante de Julien de Médicis ; Botticelli, alors très amoureux d’elle également, commence à esquisser son portrait avant qu’elle ne décède à l’âge de 23 ans. Par ailleurs, le peintre consacre de nombreuses années à la création de dessins destinés à illustrer la Divine Comédie de Dante, dont il était un fervent admirateur.

 

Le printemps

 

 

Naissance de Vénus

 

Le 7 février 1497, jour de mardi gras, le moine Savonarole rassemble ses disciples et les envoient chercher des milliers d’objets liés à la corruption spirituelle à travers la ville pour les brûler sur le bûcher des Vanités sur la Piazza della Signoria. Vont être notamment réduits en cendres les ouvrages de Boccace et de Pétrarque, mais également de nombreux chefs-d ’œuvres de l’art florentin de la Renaissance. Sandro Botticelli apporte de lui-même certaines de ses peintures ; regrettant de s’être livré au goût du paganisme, il promit alors de se consacrer désormais exclusivement aux peintures religieuses.

Le célèbre peintre florentin meurt en 1510 dans le lieu où il avait travaillé toute sa vie : la maison située via della Porcellenna. Si l’on souhaite admirer son tombeau, il suffit de se rendre dans l’église Ognissanti.

 

Le Rêve Botticelli, l’histoire d’une amitié florentine

Le Rêve Botticelli est un roman historique de Sophie Chauveau, qui relate la vie du peintre pendant la Renaissance. Ce deuxième volume de sa trilogie fait découvrir aux lecteurs la biographie romancée d’un certain Alessandro di Mariano di Vanni Filipepi, surnommé depuis toujours « Botticelli » (c’est-à-dire « petits tonneaux »), élève du peintre Fra Filippo Lippi. L’auteure met en scène l’amitié entre Sandro Botticelli et Léonard de Vinci, dont le premier regrette l’exil à Milan, et présente certaines de ses œuvres.

 

Pour en savoir plus

Si vous souhaitez en apprendre davantage au sujet des tableaux du peintre, Arte vous propose de redécouvrir l'un de ses reportages diffusé en 2009. De même, Le Canal Educatif à la Demande, projet collaboratif visant à constituer le premier patrimoine gratuit de vidéos éducatives pour les jeunes et leurs parents à domicile, propose également un documentaire en ligne qui analyse le célèbre tableau "La Naissance de Vénus".

 

 

Nous vous recommandons

Karine Gauthey

Karine Gauthey

Rédactrice en chef et Directrice d'édition Lepetitjournal.com/Rome karine.gauthey@lepetitjournal.com
0 Commentaire (s)Réagir