Mercredi 28 octobre 2020

« I Peccati » : L’exposition de Johan Creten à ne pas rater !

Par Luca DEREEP | Publié le 14/10/2020 à 17:22 | Mis à jour le 15/10/2020 à 10:28
« I Peccati » exposition villa Medici

Le Petit Journal de Rome a eu la chance de rencontrer le sculpteur flamand Johan Creten et de faire une visite en avant-première de l’exposition « I Peccati » (« Les pêchés »). Précurseur du renouveau de la céramique dans le champ de l’art contemporain, Johan Creten propose une exposition intrigante et stupéfiante, invitant chacun à un véritable travail d’introspection.

 

« I Peccati » Roma

 

L’exposition, qui débutera le 15 Octobre 2020 est absolument fascinante, de par la diversité des œuvres exposées mais également par le lieu sublime qu’est la Villa Médicis. C’est alors, pour la première fois en Italie, qu’un ensemble de cinquante-cinq œuvres en bronze, en céramique et en résine seront exposées. Ces mêmes œuvres seront, par ailleurs, juxtaposées aux œuvres historiques de e Lucas Van Leyden (1494-1533), d’Hans Baldung (1484-1545), de Jacques Callot (1592-1635), de Barthel Beham (1502-1540) et de Paul van Vianen (1570–1614), jalons sous-jacents à la réflexion de Johan Creten.

« Une exposition à la Villa Médicis, cela ne se refuse pas »

C’est donc 24 ans après son séjour à la villa Médicis en tant que pensionnaire, que l’artiste belge Johan Creten fait son retour à Rome. Grâce à l’invitation de Noëlle Tissier, le sculpteur s’est lancé dans cette exposition « remplie de surprises » qui portera sur « le temps qui passe ». Les œuvres présentées datent de la fin des années 1980 jusqu’à aujourd’hui, mais précisons que la majorité des œuvres exposées sont inédites et n’ont jamais été montrées en Italie. « I Peccati », en français « Les pêchés » prend alors la forme d’un jeu de pistes, d’une boîte à énigmes tant le visiteur est amené à faire le lien entre les différentes œuvres.

« C’est presque comme un jeu vidéo intellectuel », ajoute même Johan Creten lors de la visite.

Alors que dans notre société de consommation où tout semble simple et rapide, Johan Creten se réfère beaucoup plus à ce que l’on appelle le « Slow art » et rappelle la nécessité d’un retour à l’introspection.

Il précise même : « Le Slow art, c’est l’idée de prendre le temps, de s’extraire, avoir un plaisir qui dure longtemps ».

C’est donc tout l’objet de cette exposition : s’extraire, se poser et surtout prendre le temps de déguster chacune des œuvres présentées. Les nombreux « bolders » (points d’observations en français) posés dans les diverses salles sont d’ailleurs un petit clin d’œil au « Slow art » : le visiteur est incité à prendre le temps et d’admirer les œuvres, sous des angles différents.

 

« I Peccati » Roma

 

« À travers l’abstrait, chacun trouvera son message, le message qui lui tient à cœur », ajoute Johan Creten. C’est notamment à travers des références historiques, des messages politiques, écologiques, sensuels ou érotiques que le visiteur est invité à mener un réel travail d’introspection …

Cette exposition représente alors un moment unique pour souffler dans cette période compliquée et stressante, c’est même selon l’artiste un véritable « moment d’évasion, ouvert sur Rome ».

 

« I Peccati » Roma

 

Informations pratiques

Pour plus de précisions, retrouvez la page internet de l’exposition )

Tarifs d'entrée :
Billet double pour l’exposition et la visite guidée de la Villa Médicis et de ses jardins : 12 € tarif plein / 6 € tarif réduit

Billet pour l’exposition uniquement : 6 €, gratuit pour les moins de 18 ans.

Académie de France à Rome - Villa Médicis : viale Trinità dei Monti, 1 - 00187 Roma

T +39 06 6761

Métro Spagna ou minibus 119

Luca Dereep

Luca DEREEP

Luca est étudiant en 3ème année à Sciences Po Aix-en-Provence et a rejoint le Petit Journal de Rome pour y effectuer un stage.
0 Commentaire (s)Réagir