Samedi 16 janvier 2021
Rio de Janeiro
Rio de Janeiro

Municipales à Rio : vers un duel d’anciens maires ?

Par Anne Pouzargues | Publié le 13/11/2020 à 15:30 | Mis à jour le 13/11/2020 à 15:30
Photo : Le “Cristo Redentor“ comme en veille, avant le premier tour
Municipales Rio de Janeiro

Premier tour des municipales, ce dimanche 15 novembre. Quatorze candidats sont déclarés dans la deuxième ville brésilienne, mais la partie risque fort de se jouer entre deux hommes qui ont déjà occupé le fauteuil de maire – tandis qu’à gauche, l’éclatement des partis empêche l’émergence d’une véritable force.

D’un côté, le maire actuel : pasteur évangélique et membre de l’Eglise universelle du royaume de Dieu, le très conservateur Marcello Crivella, du parti Republicanos, qui a été élu en 2017. Soutenu par Bolsonaro, il tente à nouveau sa chance malgré un scandale qui lui a fait frôler l’inégibilité au mois de septembre – il est en effet accusé d’avoir utilisé du matériel municipal pour aider la campagne électorale de son fils, pour les élections législatives de 2018.

De l’autre, son prédécesseur : le maire des Jeux Olympiques, Eduardos Paes, du parti Democratas (centre-droit), qui a gouverné la ville entre 2009 et 2016. Son score n’a fait qu’augmenter dans les sondages, malgré son implication dans différents scandales financiers pendant son précédent mandat, et il a à présent une avance assez considérable sur les autres concurrents. Le dernier sondage Datafolha, datant du 12 novembre, lui donne en effet 34% des voix, contre seulement 14% pour Crivella.

Crivella défend la ligne de la continuité, et entend poursuivre son action dans la ville, notamment en armant la garde municipale pour, selon lui, permettre plus de sécurité. Pour Crivella, les problèmes que connaît actuellement Rio viennent de ses prédécesseurs ; ce dont se défend Paes pour qui, justement, “c’était mieux avant“, et qui souhaite réorganiser la ville, en remettant par exemple certaines lignes de bus en action.

Municipales Rio de Janeiro
Eduardo Paes (Democratas) en campagne

Les femmes de gauche, en ordre dispersé

Si le duel Paes / Crivella s’annonce aussi clairement, c’est en partie à cause de l’éclatement des forces de gauche à Rio. Trois candidates se présentent en effet sous différents partis, pour tenter de devenir la première femme maire de la ville. Notons tout d’abord Martha Rocha. Cette ancienne policière, première femme à avoir dirigé la police civile et actuellement députée de l’État de Rio, est créditée de 11% des voix, sous les couleurs du Parti démocrate travailliste (PDT). Elle pourrait ainsi être la troisième force, et éventuellement voler la seconde place à Crivella.

Le parti des Travailleurs (PT) de Lula a lui pour candidate l’ancienne gouverneure Benedita da Silva – qui est également la seule parmi les gouverneurs de Rio à ne pas avoir fini en prison, les autres ayant tous été condamnés dans des affaires de corruption. Elle recueille environ 8% des intentions de vote du dernier sondage. Da Silva fonde son programme sur l’importance de la santé et la défense des femmes, des minorités et des personnes les plus pauvres.

Des idées partagées par Renata Souza, la candidate du Parti socialisme et liberté (PSOL). Ce parti fondé en 2004 par une aile dissidente du PT, plutôt à gauche de la gauche, est celui de Marielle Franco, assassinée en 2018, et qui est une figure de la lutte pour les droits humains. Souza, qui défend aussi le revenu minimum ainsi que l’inclusion des minorités, ne recueille certes que 4% des intentions de vote dans les sondages, mais pourrait apporter une réserve de votes non négligeable si venait l’idée de faire, à gauche, une grande coalition sociale et égalitaire.

Municipales Rio de Janeiro
La “delegada“ Marta Rocha (PDT) en campagne

Les grands enjeux de la métropole carioca

Les enjeux sont nombreux dans une ville aussi vaste et aussi inégalitaire que Rio, mais de grands thèmes sont repris par les candidats. L’éducation est au centre des débats : si tous sont relativement d’accord qu’il faut réformer le système éducatif, les avis divergent sur le moyen de s’y prendre. Faut-il privilégier l’école civile militaire (Crivella) ? Améliorer le système éducatif pour permettre aux élèves de passer plus de temps à l’école (Rocha) ? Créer plus de crèches pour en finir avec les listes d’attente (Souza) ?

La sécurité et les transports sont également une préoccupation majeure pour les Cariocas, dont la ville s’étend sur 1260 kilomètres carré. Comment faire de Rio une municipalité accessible à tous ? L’intégration de chaque habitant à la ville n’a pas, selon les candidats, la même importance. Enfin, en ces temps de pandémie, la question de la santé est évidemment primordiale, au même titre que l’accès à l’emploi.

Dimanche, ce sont plus de 6 millions d’électeurs qui se rendront aux urnes pour le premier tour. Au Brésil, le vote est obligatoire depuis 1932, et les citoyens qui ne votent pas à plus de trois élections consécutives doivent payer une amende, sans quoi ils ne peuvent effectuer certaines tâches administratives, comme recevoir un passeport.

Nous vous recommandons

Anne Pouzargues

Anne Pouzargues

Journaliste indépendante et souvent en vadrouille. Passion voyages en train, musiques traditionnelles, forêt amazonienne, açaï et tambaqui
0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

CHRONIQUE

Dis papa Noël, je peux avoir (un vaccin) une carte de crédit ?

L'ouverture autorisée H24 à Rio des shopping-center fait polémique, tout comme ces foules agglutinées dans les galeries marchandes. "Je veux une carte de crédit", disait l'enfant dans le film Brazil.

Que faire à Rio ?

São Paulo Appercu
DÉCOUVERTE

Danse avec les buffles

Au pays des vaches, dans le sud du Minas Gerais, réputé pour son tourisme rural, la fazenda Pérola da Serra se distingue par l’originalité de son élevage de buffles et ses fromages d’exception.