Samedi 27 novembre 2021
TEST: 3277

Les visages croisés de l’hôtellerie de demain à New York

Par Rédaction - New York | Publié le 16/04/2021 à 17:08 | Mis à jour le 19/04/2021 à 11:23
Photo : Crédit photo : Studio Jean-Philippe Nuel
Un hôtel à New York

Un an déjà depuis le développement de la Covid-19 en pandémie avec sa panoplie de décisions urgentes pour contenir, combattre et vaincre l’effet dévastateur du virus. Confinement, couvre-feux, restrictions des voyages—et plus récemment, fermeture des frontières en Europe—et quarantaines obligatoires fréquentes lors de déplacements internationaux.

Aux États-Unis, New York s’est assoupie. Le dynamisme de la mégalopole américaine, point de rencontre mondial du monde des affaires, de l’art, de la diplomatie et du tourisme, s’est effondré. Les plus chanceux vivent depuis un an à la campagne ou en Floride et les touristes sont logiquement absents.

Plus de 67 millions de visiteurs étaient attendus à New York en 2020. Seuls 23 millions sont venus, une chute vertigineuse de 66%. L’impact pour l’hôtellerie est spectaculaire. « Un nettoyage complet » titrait le New York Times en Septembre 2020. Des hôtels iconiques ont définitivement fermé leurs portes. Des milliers de personnes ont perdu leur emploi. Pour retrouver les chiffres de 2019, nous devrons patienter jusqu’en 2024 estime l’agence de tourisme new-yorkaise, NYC & Company.

 

Hôtellerie de demain

Crédit photo : Studio Jean-Philippe Nuel

 

L’hôtel de demain, un espace de vie multi-usages

L’hospitalité est une des grandes victimes collatérales et économiques de la Covid-19. Cette baisse de la clientèle s’affirmera au-delà même des conséquences économiques de la situation sanitaire. Les entreprises ont par ailleurs compris qu’elles pouvaient se développer avec moins de déplacements. Elles peuvent transformer beaucoup de rendez-vous qui nécessitent un voyage par une réunion virtuelle en ligne. Les touristes se sentent davantage concernés aujourd’hui par l’impact environnemental des séjours lointains de courte durée. Si le tourisme ne devrait pas diminuer, la prise en compte des bilans carbone du transport aérien risque d’en dissuader plus d’un à l’avenir de faire un aller-retour Paris-New York juste pour un weekend. La lutte contre le risque climatique devrait avoir raison à terme, de ce tourisme lointain et court.  

Seule alternative à cette crise, réinventer, dynamiser et repositionner toute l’industrie hôtelière, en proposant moins de chambres mais davantage de surfaces dédiées à des activités hors hébergement :  détente (sport/spa), restauration (restaurants et boutiques), travail (réunion/co-working) et accueil des familles (services appropriés à un séjour familial). Le développement et la création de ces activités se fera en synergie avec le quartier ou la ville de localisation de l’établissement.

L’hôtel deviendra ainsi un espace de vie multi-usages, traditionnels et nouveaux, et pourra proposer des synergies entre tous les éléments de son offre.

 

Transformer les espaces

Un nouvel agencement des espaces permettra à l’hôtel d’offrir :

- Des lieux de travail différents d’un bureau à domicile ou d’une salle de réunion dans une tour d’affaires. L’objectif est de créer un environnement propice à la rencontre, à la créativité, à l’isolement et/ou à la présentation. Ces pièces de travail peuvent être réservées à la location ponctuelle. Certaines—des tables connectées dans un couloir ouvert sur un jardin de verdure par exemple—pourraient même être mises à la disposition gracieuse des clients, ou sous forme d’abonnement pour les personnes vivant dans le quartier de l’hôtel. Afin d'optimiser le rendement de ces espaces, les salles de réunion pourront même se transformer en club-enfants le week-end, animé par des professionnels pour s’intégrer dans une offre staycation.

- Des services de divertissement plus diversifiés pour accueillir une clientèle de jour, de week-end et les vacanciers de proximité. On y retrouvera bien sûr des espaces de sports, de natation, de yoga, de méditation, des équipements connectés (vélos et tapis de course) et la possibilité de prendre des cours collectifs ou individuels. L’hôtel proposera une liste presque infinie de possibilités pour se retrouver entre amis ou s’aérer : une salle de projection privée, un cours de cuisine, de faire du vélo et découvrir la ville autrement, une exposition artistique ou des rencontres avec un auteur locale. On pourra enfin trouver des commerces originaux en correspondance avec les besoins des clients et des habitants alentours. L’hôtel pourra ainsi créer davantage de vie dans l’établissement et diversifier son attractivité comme c’est déjà le cas d’une Boulangerie dans l’Hôtel à Barcelone ou le Grand Hyatt à Mexico City.

 

Hôtellerie de demain

Crédit photo : Studio Jean-Philippe Nuel

 

Des chambres plus personnalisées avec un espace plus fonctionnel

- Des chambres plus personnalisées aussi, plus grandes peut-être, avec un espace plus fonctionnel pour réchauffer et préparer un repas, un bureau plus discret, un mobilier et un décor plus maison et malléable qu’avant. L’objectif est de répondre davantage à la demande des familles et de reconquérir la clientèle séduite par les plateformes communautaires de location telles qu’Airbnb.

- Le premier étage pourrait être relié par un escalier lumineux avec une circulation plus large, éclairée en lumière du jour pour offrir une fonction hybride : des suites composées de chambres famille et des mini salles de réunion. Le salon de la suite (équipé d’un canapé convertible, d’une table et d’une micro-kitchenette) peut se métamorphoser et devenir soit un espace à vivre pour une famille connectée à une ou deux chambres, soit une petite salle de réunion pour 6 à 8 personnes.

 

Un hôtel à New York

Crédit photo : Studio Jean-Philippe Nuel

 

Des services croisés pour des clients locaux et éloignés

Surtout, créer des produits pour chacun :

- Les clients locaux trouveront avec le sport, la natation, du cinéma, des commerces, de la restauration et les espaces de travail toute une série de produits à consommer ponctuellement ou sous la forme d’abonnement. Rien ne les empêchera de choisir aussi l’hôtel pour une escapade locale, un staycation.

- Les voyageurs rechercheront d’abord un logement dans un cadre différent, proches de celui d’une maison ou d’un appartement mais trouveront au sein de l’hôtel un accès aux services de divertissement, de rencontres professionnelles et de ventes qui constitueront un avantage certain sur la location d’un appartement à un particulier.

Ces deux clientèles se croiseront sans cesse.

Les sources de revenus de l’hôtel se diversifieront d’autant plus. L’hôtel ne sera plus seulement un lieu pour dormir, travailler, faire un peu de sport, se restaurer et assister à une conférence mais pourra ainsi devenir une destination personnelle, un club, au cœur de la ville, habitée des locaux et reflet de son environnement. Cette hôtellerie qui s’annonce ne rompt totalement pas avec celle du passé. La Covid-19 accélère juste sa transformation.

 

Article par Jean-Philippe Nuel

Architecte, Studio Jean-Philippe Nuel

 

L’architecte Jean-Philippe Nuel

L’architecte Jean-Philippe Nuel - Crédit photo : Studio Jean-Philippe Nuel

 

Nous vous recommandons
0 Commentaire (s) Réagir