Mardi 18 février 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Anti-avortement : l’Amérique conservatrice marche avec Trump

Par Rachel Brunet | Publié le 23/01/2020 à 16:12 | Mis à jour le 24/01/2020 à 10:04
Photo : March for Life 2019
Avortement usa

La « Marche pour la vie » généralement organisée autour de la date anniversaire de l’arrêt emblématique de la Cour suprême « Roe v. Wade » légalisant l’interruption volontaire de grossesse aux États-Unis, voté le 22 janvier 1973, se tiendra ce vendredi 24 janvier réunissant des milliers d’américains anti-avortement. Pour la première fois de l’histoire, un président participera à cette dernière apportant son soutien à ceux qui souhaitent priver les femmes de la liberté de disposer de leurs corps.

 

March for Life

La manifestation annuelle pro-vie, protestant contre l'avortement se déroulera à Washington D.C ce vendredi 22 janvier pour sa 47e édition. Des milliers de participants conservateurs y sont attendus, et cette année, pour la première fois de l’histoire, un président américain y participera, apportant ainsi son soutien à la frange la plus conservatrice du pays. Avant Donald Trump, Mike Pence avait été le premier vice-président à y participer, en 2018.

Depuis l'élection de Trump, les militants anti-avortement ont été galvanisés par le remaniement de la Cour suprême engagé par le locataire de la Maison Blanche candidat à sa réélection en novembre prochain, qui y a nommé deux juges ouvertement opposés à l'avortement.

 

2019, la déferlante anti-avortement

En 2019, l'Alabama, la Louisiane, la Géorgie, le Missouri, l'Ohio, le Tennessee et l’Indiana ont multiplié les offensives contre le droit à l'avortement. Le camp Républicain a tapé fort pour interdire l’avortement dans plusieurs États du sud du pays, privant les femmes d’une liberté de disposer de leurs corps, pourtant acquise 45 ans plus tôt. Les démocrates avaient d’ailleurs dénoncé une atteinte au droit des femmes à disposer de leurs corps, ainsi qu’une attaque contre l’arrêt de la Cour suprême “Roe v. Wade”, qui a légalisé l’avortement en 1973 dans tous les États-Unis. Joe Biden, l’ancien vice-président de Barack Obama, avait affirmé que le choix d’avorter « devait rester entre une femme et son médecin » tandis que la sénatrice Elizabeth Warren était monté au créneau en assurant « les femmes de ce pays ont peur, elles sont en colère ».

Selon un sondage du Centre de recherches Pew, 61% des Américains estiment que l’avortement doit rester légal, tandis que 38% souhaitent son interdiction.

 

Nous vous recommandons

Rachel Brunet

Rachel Brunet

Après avoir travaillé de nombreuses années dans la presse économique et spécialisée, Rachel Brunet est la rédactrice en chef de l’édition New York du Petit Journal
0 Commentaire (s)Réagir