Mercredi 1 décembre 2021
TEST: 3277

Anissa Bouderraoui, finaliste des Trophées des Français de l’étranger

Par Rédaction - New York | Publié le 22/02/2021 à 15:34 | Mis à jour le 22/02/2021 à 15:40
Photo : Anissa Bouderraoui, fondatrice de Bilingual bebe
Anissa Bouderraoui

Anissa Bouderraoui fait partie des cinq finalistes du Trophée Education des Trophées des Français de l'étranger 2021, parrainé par le CNED. Originaire de région parisienne, diplômée de l’école de commerce SKEMA, la jeune femme est arrivée à New York il y a un peu plus de dix ans. Frustrée par la lenteur d’évolution de carrière dans l’Hexagone, elle a traversé l’Atlantique en quête d’une aventure professionnelle plus intense et stimulante. Placée sous le signe du mérite et non du plafond de verre. C’est sa propre maternité qui lui a donné l’impulsion entrepreneuriale. Au pays des possibles, et en pleine pandémie, Anissa Bouderraoui a ouvert Bilingual Bébé, une école maternelle bilingue en ligne, à New York.

Notre édition est partie à sa rencontre.

 

Lepetitjournal.com New York : Racontez-nous votre parcours et votre arrivée aux États-Unis

Anissa Bouderraoui : Originaire de la région parisienne et diplômée d’école de commerce, j’ai étudié à Montréal pendant un an ce qui m’a tout de suite donné le goût de l’expatriation et de la découverte d’autres grandes villes et d’autres cultures. Je suis arrivée à New York en 2010 après cinq ans dans le monde du travail en France et avec une passion pour l’aventure et le monde start-up. Aux Etats-Unis, j’ai commencé dans l’industrie de la musique en tant que contrôleur financier pour rapidement être propulsée au poste de CFO d’une maison de disque indépendante. J’ai ensuite rejoint une entreprise de merchandising où j’ai tout de suite fait mes marques avec un pied dans le business et un autre dans le monde de Broadway.

Après 15 ans d’expérience en finance d’entreprise et à la direction financière de plusieurs start-ups, c’est ma maternité qui a déclenché en moi une passion pour l’éducation des plus petits. En tant que maman française vivant à l’étranger, j’ai aussi été rapidement confrontée au challenge que représente l’enseignement du français et de la culture française pour un enfant baigné dans un environnement anglophone. Comment le garder connecté à ses origines et à sa seconde langue tout en profitant de la richesse de sa double culture franco-américaine ?

Alors que j’ai énormément de difficultés à trouver une école maternelle bilingue à proximité de chez moi, je décide de me lancer dans l’ouverture de ma propre école maternelle bilingue à Brooklyn. C’est de là que nait Bilingual Bebe la maternelle franco-américaine en ligne qui permet aux enfants franco-américains d’accéder à une éducation bilingue au meilleur âge, de n’importe où et quel que soit leur mode de scolarisation actuel. A travers un programme robuste qui favorise l’exploration, l’intéraction, et la créativité nous permettons à de nombreuses familles de donner une éducation bilingue aux enfants de 3 à 6 ans à temps complet ou en complément après l’école anglophone.

Aujourd’hui, mère de deux enfants de 3 ans et 1 an, ma passion pour l’éducation a grandi et je continue à m’investir totalement dans le développement de l’éducation infantile bilingue. Dans quelques mois, on compte avoir des enfants dans d'autres pays et d'autres cultures.



C’est donc ce projet qui vous a poussé jusqu’aux Trophées des Français de l’étranger du Petit Journal ?

Bilingual Bebe est un projet sur lequel je travaille depuis plus deux ans. Nous utilisons les nouvelles technologies pour permettre aux parents français vivant à l’étranger aux Etats-Unis mais aussi de par le monde d’accéder à une éducation bilingue où qu’ils soient et quel que soit le mode de scolarisation actuelle des enfants. Nous leur donnons ainsi la possibilité d’accéder au programme de l’éducation nationale française et à l’apprentissage d’une seconde langue au meilleur âge depuis le confort de leur maison. Il y a une période critique pour l’apprentissage d’une seconde langue – de 3 à 6 ans – mais la plupart des écoles ne commencent à enseigner une seconde langue que bien plus tard quand il est trop tard et que le cerveau de l’enfant a perdu la souplesse qu’il possède durant la petite enfance. En 3 mois, notre programme aide déjà plus d’une vingtaine de familles qui scolarisent leur enfant à la maison ou qui n’ont pas accès à une éducation bilingue à proximité de chez eux et suivent nos classes chez Bilingual Bebe le soir après l’école ou le samedi matin. Ils accèdent ainsi à leur propre institutrice et au même petit groupe d’élèves (nous nous limitons à 4 élèves par classe) et les enfants sociabilisent ainsi avec d’autres enfants francophones ou francophiles, et restent connectés avec le français et la culture française. Le tout en ligne a cru de manière exponentielle en 2020 et beaucoup d’écoles ont essayé de s’ajuster avec des groupes d’élèves beaucoup trop larges et un programme pas du tout adapté aux classes virtuelles. Nous avons créé une structure 100% en ligne avec un programme robuste qui garde les enfants alertes et stimulés intellectuellement pendant 45 minutes – les enfants interagissent et participent à des conversations, des lectures de contes, des jeux, des chansons, des activités de développement, de phonologie, d’introduction aux maths, à l’écriture et au développement de la pensée critique.



Qu’est-ce qui vous a séduit dans les Trophées et vous a donné envie de candidater ?

C’est l’opportunité de pouvoir partager et parler de mon projet ! Ce trophée permet notamment aux start-ups en pleine croissance de gagner en notoriété mais il permet également de rencontrer des personnes passionnantes aux parcours différents. L’émulation intellectuelle et la mise en avant de nos projets tous différents les uns des autres nous permettent aussi de sortir la tête de l’eau en tant qu’entrepreneur et de célébrer les petites victoires en chemin.



Vous êtes finaliste, qu’est-ce que cela représente pour vous ?

Beaucoup de fierté de ma part mais aussi de la part de toute l’équipe de Bilingual Bebe qui travaille dur à mes côtés pour créer un programme innovant et unique. Je suis très reconnaissante envers tous ceux qui nous font confiance que ce soit les premiers clients qui ont rejoint la très grande famille Bilingual Bebe mais aussi mon équipe enseignante passionnée et talentueuse qui transmet l’amour de la culture française et l’apprentissage de notre langue tous les jours aux tout petits.

 

Quel message souhaitez-vous passer aux lecteurs du Petit Journal ?

Un grand merci à ceux qui nous ont découvert via votre plateforme et nous ont fait confiance en rejoignant notre structure en ligne.
Notre école en ligne internationale offre 2 sessions d’essai à tout enfant de 3-6 ans franco-anglophone


Dans un avenir proche, comptez-vous faire évoluer votre projet, et comment ?

Notre croissance est exponentielle depuis l’ouverture de notre plateforme en ligne et nous avons énormément d’idées d’expansion dans les mois à venir mais notre mission première sur le court terme est de nous établir comme référence en matière d’éducation bilingue en ligne en recrutant encore plus d'instituteurs talentueux et passionnés et en continuant à développer un programme robuste, inclusif et créatif pour développer le bilinguisme chez nos élèves mais aussi les préparer à une scolarité épanouies et pleine de succès. Nous lançons en ce moment des cours d’initiation à la gastronomie française avec un chef « French Little Chef cooking classes » pour les 3 à 8 ans et avons prévu plus de classes d’enrichissement pour initier les enfants à la culture française de manière ludique. Pour la rentrée 2021, nous nous préparons à accueillir d'enfants francophones qui vivent aux Moyen Orient, Asie et Asie du Sud Est.


Vous êtes Français(e) installé(e) aux États-Unis, qu’est-ce que vous aimez dans ce pays qui vous accueille ?

Je vis à New York depuis maintenant plus de 10 ans et j’ai toujours adoré l’énergie que cette ville dégage. Cette énergie vient vraiment des gens plus que de la ville en elle-même. La créativité, l’adaptabilité, le besoin et l’envie de se challenger quelles que soient les difficultés rencontrées. C’est ce qui caractérise cette ville pour moi. Les New-Yorkais sont résilients ils ne se laissent pas démontés et on le voit en ce moment avec la créativité dont tout le monde fait preuve comme les restaurateurs par exemple qui n’arrêtent pas de nous surprendre en construisant des structures extérieures aussi attrayantes et ingénieuses les unes que les autres en réponses aux restrictions causées par la crise sanitaire.



Une phrase de conclusion ?

La citation qui m’accompagne dans cette aventure entrepreneuriale : les grandes choses ne se produisent jamais dans ta zone de confort.

Nous vous recommandons
0 Commentaire (s) Réagir