Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 0
  • 0

Fifty States : avant les présidentielles, le podcast pour mieux comprendre les USA

Le contre la montre jusqu’au 5 novembre, jour de l’élection présidentielle américaine, est déjà lancé. L’affiche est connue, ce sera une revanche Donald Trump - Joe Biden. Un duel qui verra les Américains des 50 États se rendre aux urnes. 50 régions simplifiées par des couleurs : sont-ils des démocrates bleus ou des républicains rouges ? Pierre Yves Pietri et Guillaume Hennette sont allés plus loin dans un podcast. À la baguette de Fifty States, ils présentent un à un les 50 États, leur histoire et leurs spécificités. Plongeon dans les coulisses de cette nouvelle production proposée par l’équipe du média Quotidien, avec son rédacteur en chef Guillaume Hennette.

coulisses de Fifty States, le podcast de Quotidiencoulisses de Fifty States, le podcast de Quotidien
Écrit par Teddy Perez
Publié le 5 juin 2024, mis à jour le 6 juin 2024

 

 

Quand la rédaction de Quotidien se lance pour la première fois dans un format podcast, elle le fait de manière hebdomadaire. Chaque mardi, Fifty States passe à l’heure américaine en présentant l’un des 50 États qui forment l’Amérique avec, en ligne de mire, l’élection présidentielle 2024.

Dans des épisodes de 20 à 25 minutes, Guillaume Hennette mène le récit et nous promène à travers ce vaste pays “difficile à comprendre et à analyser” mais “qui attire tout le monde”. Pour ce faire, la trame est bien rodée : chaque épisode est structuré en 5 parties et le podcast se conclut toujours avec un portrait d’une personnalité politique de l’Etat - démocrate ou républicain, maire, sénateur, gouverneur ou une “rising star” influente. Une dernière partie qui est véritablement la seule liée à l’élection américaine et qui se termine par la phrase suivante : “il ne suffira pas de gagner l'État” traité dans l’épisode “pour remporter la Maison-Blanche”.

 

“Il y a à dire sur chaque État. Notre épisode le plus long, ce n’est pas celui sur la Californie ou New-York mais sur l’Idaho !”

 

Pour le reste, chaque épisode revient sur une histoire marquante de l'État, fournit des anecdotes pour comprendre ses particularités et fait découvrir son hymne, sa danse ou encore sa spécialité culinaire. Avec Fifty States, vous apprendrez ainsi que l’Arkansas est le seul Etat qui se termine par un “s” qui ne se prononce pas, que l’Ohio possède un drapeau à la forme pentagonale irrégulière ou que le cinéma drive-in est né dans le New Jersey.

Chaque podcast s’offre aussi les souvenirs d’un invité de prestige, qui a vécu dans l’Etat sujet de l’épisode. Longtemps correspondant aux Etats-Unis, le présentateur du JT de TF1 Gilles Bouleau fait notamment partie du casting : “Quand il commence une anecdote, elle dure 50 minutes. Il a un talent de conteur qui fait que tu l’écoutes avec gourmandise.” L’épisode sur la Floride - pas encore disponible au moment de la publication de ces lignes - s’attache les services d’une autre journaliste, Apolline de Malherbe, correspondante pendant quatre ans aux USA. Et encore une fois, pas question d’analyse politique : “Elle nous a parlé d’un parking qu’elle adore à Miami, fait par un architecte français et qui donne une vue magnifique sur la ville. Avec sa description, on arrive à le visualiser et c’est cela que j’aime dans le podcast.

 

“Nous ne voulions pas donner une fiche de lecture de 20 minutes avec une analyse politique de l’Etat. Nous parsemons l'épisode d'un peu de faits politiques pour comprendre ce que les habitants de l’Etat traité votent d'habitude, ce qu'ils comptent voter, ou la tendance de l'État. Toutes les anecdotes servent à faire comprendre peut-être pourquoi ça va plus. Elles ne sont pas juste là pour rendre la politique sympa.”

 

Pour apprécier écouter Fifty States, il n’y a donc pas besoin d’avoir un fort intérêt envers cette élection. S’il était important de connaître les 50 États car chacun d’eux représente le même poids politique lors du scrutin, malgré leur taille différente, l’essentiel était ailleurs : “Nous voulions prouver que c’est un seul et même pays mais qu’il est difficile à comprendre, que les Américains sont généreux et attachés à leur État, qu’ils ont une grande fierté.” Pour l’illustrer, il a ainsi fallu faire des choix, frustrants, en donnant le même temps à chaque épisode : “Nous nous sommes dits que tenir 25 minutes sur la Californie ou sur New York allait être très simple. Mais il y a à dire sur chaque État. Finalement, nous sommes étonnés de voir que l’épisode qui dure - pour le moment - le plus longtemps est celui sur l’Idaho !

 

 

guillaume hennette voix de fifty states
Rédacteur en chef de Quotidien et voix de Fifty States, Guillaume Hennette est né à Minneapolis dans le Minnesota.

 

 

Parler des Etats-Unis, une affaire personnelle

Traiter l’actualité internationale et, en particulier, porter un grand intérêt à celle qui occupe les Etats-Unis font partie de l’ADN de Quotidien. Paul Gasnier, Martin Weill ou Hugo Clément - par le passé - ont été envoyés couvrir le territoire lors d’événements majeurs, campagnes électorales comprises. En complément, les équipes de Quotidien s’entourent en permanence d’une boîte de production installée aux Etats-Unis, nommée Keep In News, et des journalistes Laura Geisswiller et Sophie Gousset. Les deux seules Françaises qui étaient présentes au sein du Capitole, au moment de son Assaut le 6 janvier 2021. Cet investissement témoigne ainsi du fort attachement de Quotidien pour les Etats-Unis, accordant au média - au fil du temps - une expertise légitime des sujets outre-atlantique.

En ce qui concerne la voix de Fifty States, l’intérêt porté aux Etats-Unis est peut-être encore plus fort. Guillaume Hennette est né à Minneapolis, dans le Minnesota : “mes parents travaillaient là-bas, j’y suis parti quand j’avais deux ans, j’ai le passeport américain et depuis tout petit j’ai gardé une sorte de connexion que je ne peux pas expliquer.” Un fanatisme absolu des Etats-Unis qui a poussé Guillaume Hennette à réaliser son mémoire de fin de la licence à la Sorbonne sur ce pays et à repartir plus tard en tant que jeune homme au père là-bas.

Avec Fifty States, Guillaume Hennette partage ainsi son amour des Etats-Unis avec son compère Pierre Yves Pietri et toute l’équipe de montage de l’émission Quotidien. Dans leur agenda de travail, un temps est dédié à la réalisation du podcast et ce n’est pas pour déplaire aux monteurs qui se prêtent à un nouveau terrain de jeu :  “Ils apprécient ce projet seulement audio, bien différent de la télévision. Ils aiment nous faire des retours dès qu’ils trouvent un son pour être en parfaite immersion tel qu’un bruit de pas dans la neige lors de l’épisode sur l’Alaska.” Une implication que salue Guillaume Hennette : “Nous avons aussi fait le choix de laisser des habillages sonores américains, en version originale, sans les traduire. Nous voulons que nos auditeurs imaginent les paysages que l’on décrit, visualisent les lieux.” 

 

 

Fifty States, 50 épisodes d'un podcast de quotidien
Les vignettes des 50 épisodes de Fifty States, réalisées par le studio de graphisme Playground Paris.

 

 

Le succès du podcast lié au suspense de l’élection : “les gens se demandent qui va gagner entre le papy et le fou”

Nous débutons dans le podcast mais on nous a dit que nous faisons de bons chiffres, que Fifty States était bien classé sur les plateformes audio.” Avec comme étiquette “un podcast de Quotidien” - qui en fait la promotion dans son émission - ce nouveau projet part peut-être avec une longueur d’avance pour se frayer un chemin dans un univers tendance et dans lequel bon nombre de médias ont souhaité s’y aventurer.

Les premiers retours sont positifs et Fifty States se propage exceptionnellement bien chez les Français qui habitent aux Etats-Unis. Le premier pays non francophone en termes de nombre d’écoutes, partage Guillaume Hennette : “nous avons des personnes qui nous envoient des mails ‘je vous écoute dans l’Ohio ; dans le Tennessee ; je vais le faire écouter à mes étudiants ; à mes enfants’.

Plus que la marque “Quotidien” apposée au podcast, le sujet à proprement parlé semble être gage de sa réussite lorsqu’il a été lancé à neuf mois des présidentielles américaines. Guillaume Hennette en est persuadé. Sans ce prochain vote, le podcast n’aurait pas eu autant d’auditeurs et l’équipe à la création n’aurait peut-être même pas eu l’idée de le faire : “Avec toutes les tensions géopolitiques, ces élections revêtent une importance capitale sur le plan international. Il y a une attente, une sorte de suspense sur cette élection. Les gens se disent ‘qui va gagner entre le papy et le fou’.

 

Retrouvez les épisodes de Fifty States en cliquant juste ici.

 

 

Flash infos

    Pensez aussi à découvrir nos autres éditions