Mercredi 21 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

AHUNTSIC - Des espaces verts et une vie de quartier !

Par Lepetitjournal Montreal | Publié le 27/04/2015 à 22:00 | Mis à jour le 30/04/2015 à 02:01

Il y a des quartiers qu'il fait bon de parcourir à pied, à vélo ou en bus. C'est le cas d'Ahuntsic ! Situé au nord de l'île de Montréal, en bordure de la rivière des Prairies, Ahuntsic est un quartier de choix pour qui aime un environnement urbain et champêtre à la fois, un espace de vie où se juxtaposent espaces verts et rues commerçantes. Une qualité de vie très appréciée par la famille Siemeni récemment arrivée à Montréal et guidée par l'agence immobilière HP&Associés ! Témoignage de ces Ahuntsicois conquis par la qualité de vie de leur quartier...

 

Parcs, jardins et plantes
Rien ne destinait la famille Siemeni à quitter la France où Loth et Patricia possèdent une pharmacie dans un village près de Nevers. Pourtant, quand leur fille aînée décide de venir à Montréal, fin 2011, pour étudier l'écriture de scénarios, ils choisissent de la suivre courant 2013. Le choix de ce quartier est révélateur des goûts de la famille Siemeni. Pendant 20 ans, un plaisir de Patricia et Loth est de profiter de leur jardin. "Notre jardin avait des arbres fruitiers. Avec le potager, il faisait quelques 1000 mètres carrés" évoque Loth. Quant à Patricia, elle a la passion des plantes médicinales. "J'allais souvent en forêt identifier les plantes, ramasser des champignons" raconte cette docteure en pharmacie qui, en plus, est diplômée en aromathérapie, en herboristerie et en phytothérapie (médecine fondée sur les bienfaits des plantes). Aussi, quand Loth découvre le quartier Ahuntsic, il est immédiatement séduit par les larges rues bordées d'arbres centenaires et tous les coins de nature où leurs enfants pourront s'amuser ou s'activer. "Au printemps, c'est un quartier très paisible, très vert avec de la pelouse et des fleurs" note Loth. D'ailleurs, saviez-vous que 34 000 plants de fleurs annuelles et vivaces sont distribués gratuitement chaque année aux résidents de l'arrondissement Ahuntsic-Cartierville ? Une mission de l' "eco-quartier" pour embellir les jardins ou les balcons !
 

Des activités plein air pour les familles
Ahuntsic, c'est aussi tout un ensemble de complexes sportifs et d'aménagements récréatifs accessibles aux nombreuses familles du quartier. Ainsi, leur fille de 12 ans a pratiqué le badmigton, a dansé la zumba avec sa mère. leur fils de 20 ans est inscrit à la piscine et Loth aux salles de sport du YMCA. "En été, on peut réserver l'un des neufs cours de tennis. En hiver, ils se transforment en patinoire pour le hockey" affirme Loth. Le couple apprécie particulièrement les nombreux parcs du quartier. "Les enfants peuvent y faire du roller, du skateboard, de la balançoire, jouer au foot..." Et en été, lors du FestiBlues, plusieurs parcs se transforment en scènes de spectacles accueillant plusieurs milliers de spectateurs. Pour le bonheur des petits et des grands, l'arrondissement Ahuntsic-Cartierville compte une centaine de parcs et aires de jeux, deux parcs-nature, neuf jardins communautaires, cinq piscines, sept pataugeoires, huit jeux d'eau, trois bibliothèques publiques, quatre arénas, quatorze patinoires extérieures[1]. De quoi satisfaire les familles qui représentent un tiers des ménages de l'arrondissement !
 

La Promenade Fleury ou les plaisirs du "magasinage"
Faut-il vraiment se rendre jusqu'au Centre-Ville ou se promener sur l'avenue Mont-Royal pour faire les magasins ? Non. Patricia est ravie du dynamisme de la Promenade Fleury, les embouteillages en moins. Située sur la rue Fleury Est entre la rue Saint-Hubert et l'avenue Papineau, l'artère commerciale comprend une grande variété de commerces et de restaurants de différentes nationalités. Les commerçants sont d'ailleurs nombreux à participer à la fameuse Chasse aux cocos : des oeufs de chocolat cachés le long de La Promenade Fleury pour la fête de Pâques. Par rapport au Plateau-Mont-Royal, destination privilégiée de nombreux français, Patricia juge la rue moins "trépidante". Pas besoin de tourner en rond pour trouver une place de stationnement. "Le parking est gratuit et il n'y a pas de compétition pour se garer" se réjouit Patricia. Et quand ils laissent la voiture stationnée devant eux, ils peuvent toujours prendre leur vélo et profiter pleinement de la piste cyclable le long de la rivière des Prairies avec ses coins pique-nique. "Cette vie de quartier est adaptée aux familles" estime le couple.

 

Le choix d'un triplex : "une opportunité d'investissement"
Après le choix du quartier, celui de la maison ! Pour procéder à une présélection de maisons familiales, Arnaud Denis - courtier immobilier à HP&Associés, dispose des critères du couple Siemeni : maison détachée (plutôt que jumelée), à proximité des moyens de transport et des commerces. Chacun des enfants doit posséder sa chambre. "Il a tout de suite compris ce qu'on voulait et il nous a conseillé d'effectuer un investissement par la même occasion" souligne Loth. Résultat : le couple décide d'acheter un triplex dont une partie de l'hypothèque sera remboursée par les revenus des locataires. La famille Siemeni habite le sous-sol et le rez-de-chaussée, et l'étage est occupé par des locataires. "Ces revenus de location permettent d'amortir le coût d'investissement" explique Loth ravi de ce conseil judicieux. Selon les statistiques de la Ville de Montréal, les logements de l'arrondissement d'Ahuntsic-Cartierville comptent en moyenne 4,8 pièces. La famille Siemeni bénéficie de quatre chambres individuelles. Le salon et la salle à manger offrent un espace commun lumineux et agréable. Et - est-ce étonnant ? - le couple prévoit de cultiver un petit potager dans le jardin arrière une fois le printemps installé et la pelle à neige rangée !


Source : http://www.habitermontreal.com/fr/mon-quartier/habiter-ahuntsic-cartierville-0

 

Myriam Jézéquel pour (Lepetitjournal.com/Montréal) Mardi 28 avril

 

0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

PORTRAIT

Marion Lovell, l’abnégation au profit du Téléthon

Touchée par des drames personnels liés à une maladie génétique rare, Marion Lovell-Virte est coordinatrice du Téléthon des Français de l’étranger. Elle rêve de mobiliser en force et en nombre...

Sur le même sujet