Opposition du sénateur Yan Chantrel à l'audition de GNL Quebec en France

Par Lepetitjournal Montreal | Publié le 19/07/2022 à 18:20 | Mis à jour le 19/07/2022 à 18:38
yan chantrel, sénateur des Français établis hors de France

Ce communiqué nous a été transmis par le sénateur des Français établis hors de France et président du groupe d'amitié France-Canada au Sénat Yan Chantrel pour nous signifier son opposition à l'audition du gaz naturel liquéfié au Québec (ou GNL Québec) en France. 

 

En tant que Président du groupe d'amitié France-Canada et membre du groupe d'amitié France-Québec au Sénat, j'ai exprimé au président du groupe d'amitié France-Québec mon opposition à l'audition ce mardi 12 juillet au Sénat devant le groupe d'amitié France-Québec de M. Jim Illich, président de Symbio Infrastructure venu vanter la relance de son projet controversé de production de gaz naturel liquéfié au Québec (GNL Québec).

 

Ce projet consiste à exporter du gaz albertain extrait par fracturation hydraulique en construisant un pipeline de 782 km entre l'Ontario et le Saguenay ainsi qu'un terminal méthanier servant à liquéfier le gaz puis à l'exporter par méga-navires méthaniers à travers le Fjord du Saguenay et le fleuve Saint-Laurent.

 

Ce projet a suscité, à juste titre, de nombreuses controverses et oppositions au Québec et au Canada en raison de ses effets désastreux sur l'environnement.

 

J'ai eu l'occasion de m'entretenir avec la co-porte-parole et députée de Québec Solidaire, Manon Massé, qui m'a confirmé le rejet de ce projet aussi bien par le gouvernement québécois que canadien en raison "du manque d'acceptabilité sociale au Québec de la population" et "des effets environnementaux négatifs importants que le projet est susceptible d'entraîner".

 

Dans un rapport publié en 2021, le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement du Québec (BAPE) a conclu que ce projet GNL Québec provoquerait une hausse des émissions de gaz à effet de serre et qu'il risquait de ralentir la transition énergétique nécessaire pour lutter contre la crise climatique.

 

En raison de mon hostilité à ce type de projets anti-environnementaux, je n'ai pas souhaité participer à cette audition et j'ai refusé que le groupe d'amitié France-Canada, que je préside au Sénat, auditionne M. Illich. J'ai d'ailleurs demandé au Président du groupe d'amitié France-Québec, par souci d'équilibre, d'inviter les différentes ONG et personnalités de la société civile qui se sont opposées à ce projet et ont eu gain de cause.

 

A l'heure où nous vivons d'ores et déjà les conséquences du réchauffement climatique, les groupes d'amitiés de nos parlements ne doivent en aucun cas être les antichambres des lobbys qui détruisent notre planète. Face au dérèglement climatique, nous devons être unis et solidaires, au-delà des frontières, contre ces projets nuisibles à nos écosystèmes et notre planète.

 

Car les projets dévastateurs qu'ils soient en France, au Québec ou n'importe où dans le monde ont un impact environnemental pour l'ensemble des citoyens de notre planète. C'est pourquoi je suis pleinement solidaire de l'ensemble des acteurs qui se mobilisent contre ce projet funeste.

 

Yan CHANTREL Sénateur des Français établis hors de France 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Montreal !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale