Jeudi 4 juin 2020
Melbourne
Melbourne
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Backpacker : idées et astuces pour économiser

Par Dorian Boussol | Publié le 01/04/2020 à 09:25 | Mis à jour le 05/04/2020 à 13:41
Backpacker coronavirus economiser

Avec les nouvelles règles de sécurité liées au coronavirus, de nombreux backpackers ont perdu leur travail et se retrouvent dans une situation délicate. Beaucoup ne peuvent plus payer leur place de camping pour leur van ou une chambre en colocation. Certains d'entre eux ont partagé avec la rédaction système D et astuces pour traverser cette période au mieux.

Economiser en faisant ses courses, en cuisinant

En ces temps difficiles, oubliez-les fast-food ou autres restaurants. Si vous êtes équipé, faites les courses et cuisinez. Cela permettra d’économiser une dizaine de dollars par jour et par personne. Si ce n'est pas le cas, la majorité des parcs publics d’Australie sont équipés de planchas électriques, permettant de faire cuire légumes, viandes ou encore faire bouillir l'eau pour les pâtes. L’application téléphonique Wikicamp vous indiquera les campings offrant ce service. Enfin, privilégiez la fin de journée pour faire vos courses. Les prix des produits frais sont bradés dans les grandes surfaces australiennes.

Profiter de la baisse des prix sur le carburant

Depuis le début de cette crise, le prix du carburant a considérablement baissé. Profitez-en. L'application Fuel Maps recense toutes les stations-service en Australie, ainsi que leurs prix en temps réel. Samuel, étudiant français à l'université de Melbourne, l'utilise régulièrement, lui permettant d'économiser près de 100 dollars par mois : "J'ai un véhicule qui consomme beaucoup,et je fais donc régulièrement le plein, 6 à 7 fois par mois. Avec Fuel maps, je repère la station la moins chère, et parfois les prix sont 20 à 30 centimes moins chers par litres. Cela me fait donc économiser 10 à 15 dollars pour chaque plein."

 

Fuelmaps, économie, Backpacker

 

Freecamps penalisés

Avec le passage au stade 3 de la pandémie coronavirus dans certains états, il est maintenant compliqué pour les voyageurs de passer une nuit sur des sites de camping gratuits (freecamps). En effet, la police a distribué ces derniers jours de nombreuses contraventions, dont les montants peuvent atteindre les 1600 dollars.

'Adopt a backpacker'

Suite à cette situation inédite, certains Australiens font montre de générosité pour aider les backpackers les plus démunis. Les groupes Facebook comme "Adopt a backpacker" mettent en relation des familles australiennes avec ces derniers. Des habitants proposent au backpacker de séjourner sur leur propriété en échange de quelques services comme le ménage, jardinage, bricolage. Quentin, titulaire d'une Permis Vacances Travail (PVT) français est plutôt ravi de ces échanges : "le groupe Adopt a backpacker Western Australia m’a permis de trouver une superbe famille de fermiers qui accepte de me loger aussi longtemps que la crise du coronavirus durera. Cela s’est même transformé en travail depuis peu. Franchement c’est une super opportunité. C’est un bel exemple de solidarité."

Sous-location, backpacker, économie

La sous-location d’appartement

Dans les grandes villes, certains résidents quittent leur petit appartement pour rejoindre famille ou amis dans leur maison de campagne. Afin de pouvoircontinuer rembourser leur prêt, nombreux sont ceux qui sous-louent leur bien à des prix raisonnables. Charlotte a pu ainsi louer un studio à Melbourne pour 200 dollars par semaine, contre 500 habituellement : "avec mon copain on devait avoir un plan pour travailler dans une auberge contre une chambre mais 3 jours avant d'arriver, l’hôte nous a dit qu'il ne nous prenait plus. Du coup on a sous-loué l'appartement d'un Australien qui fait habituellement du 'couch surfing', parce qu'il ne voulait pas passer le confinement tout seul. Du coup il va chez un ami à lui et ça lui fait un peu d'argent."

Help X ou Woofing

Certains sites proposent l’échange de travail contre un hébergement (parfois nourriture). Grâce aux applications Woofing ou HelpX, vous pouvez travailler quelques heures par jour en échange d’une chambre ou d’une demi-pension. Mais attention en cette période de confinement il devient plus compliqué de trouver des personnes prêtes à vous accueillir pendant plusieurs semaines. Le travail demandé ne dure généralement que quelques jours.

Dorian Boussol

Dorian Boussol

Originaire de l’île de la Réunion, j'ai étudié le journalisme pendant trois ans à Toulouse. Passionné par la radio, j'ai exercé à France info, RTL. Lors de mon temps libre, j'aime pêcher et surfer.
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Julian sam 04/04/2020 - 19:45

Beaucoup de fautes, d'approximations... On dirait presque de la communication, mais c'est raté. Je doute que les propos relayés soient tirés de vraies interviews... Bonne continuation mais les articles faux et rabâchés font tâche ici ...

Répondre

Expat Mag

"Black Lives Matter" : cri de ralliement pour un monde sans racisme

Après la mort tragique de George Floyd, Afro-Américain, asphyxié par un policier à Minneapolis, la colère et l’indignation ont envahi les rues des grandes villes du monde.