Édition internationale
  • 0
  • 1

Le pire n’est jamais certain, l’immobilier nous le démontre !

Pierres by Crystal iberiaPierres by Crystal iberia

On nous prédisait une chute des prix de l’immobilier incitant à repousser les investissements pour saisir des opportunités. Va-t-il falloir ou pas encore s’armer de patience ?

Rien de tout cela ne s’est produit et, à en croire la dernière étude de Standard & Poor’s, les prix devraient connaître une hausse sur les trois prochaines années. Nous parlons du marché européen dans son ensemble même si, pour des raisons macro-économiques ou sectorielles, des différences se feront sentir.

En 2020 et en France notamment, la hausse fut de 4 % et une prévision de l’ordre de 2 % par an jusqu’en 2023 est anticipée par S&P.

Comment cela est-il possible ?

Plusieurs facteurs sont en prendre en compte.

Tout d’abord, l’immobilier répond essentiellement à un besoin primaire d’accès au logement. 

Puis, les politiques budgétaires des États ont soutenu comme jamais leur économie par des mesures permettant de maintenir les revenus du ménage, d’indemniser les entreprises et donc préserver l’emploi et l’économie alors que le monde fonctionnait au ralenti. L’impact de cette crise unique n’a donc pas eu les mêmes conséquences que les précédentes et finalement très peu de ventes immobilières forcées furent réalisées.

La prime de risque du marché immobilier, dans cet environnement de taux bas voire négatifs, reste également un atout pour cette classe d’actif. Les dettes d’États ne rapportent plus rien, les dettes privées dîtes Investment Grade non plus et les High Yield n’offrent même plus les rendements espérés.

En conséquence, les taux d’emprunt sont historiquement bas et offrent toujours des conditions jamais connues auparavant pour un acquéreur même si nous pouvons remarquer, en ce début d’année, que les banques ont durcit les conditions d’accès au crédit. Le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF) a demandé aux banques de réduire les durées de financement et de respecter scrupuleusement un endettement maximal de 33 % de l’emprunteur afin de limiter le risque de crédit.

Pour autant, cette crise entrainera des répercussions économiques accentuées par l’arrêt des aides des États dès la reprise d’une vie d’avant. Le chômage et une stagnation des revenus des ménages seront inévitablement au rendez-vous. Malgré tout, comme l’offre de logement reste structurellement faible par rapport à la demande et que 130 milliards d’euros d’épargne des ménages furent cumulés sur la seule année 2020, les investisseurs trouveront dans l’immobilier un des moyens les plus pertinents pour développer, diversifier et valoriser son patrimoine.

Pierres by Crystal propose des solutions exclusives en France adaptées à tout type d’investisseur privilégiant une qualité des actifs et une expertise juridique et fiscale pour un expatrié.

 

Pour une mise en relation, cliquez ?

Flash infos

    Pensez aussi à découvrir nos autres éditions