Le débat sur la corrida traverse la frontière

Par Perrine Laffon | Publié le 26/11/2022 à 12:00 | Mis à jour le 27/11/2022 à 13:55
Photo : CC BY-SA 3.0
un toreador et le taureau dans le arènes

En France comme en Espagne, le sujet de la corrida est délicat et suscite un vif débat : protection des animaux ou maintien des coutumes et des traditions?

 

 

La tauromachie continue de diviser des deux côtés des Pyrénées. En Espagne, malgré un mouvement anti-taurin de plus en plus important, les corridas sont toujours célébrées et comptent de nombreux adeptes. En France, où plusieurs villes proposent des spectacles taurins, le débat a été porté à l'hémicycle la semaine dernière.

Projet de loi retiré en France

Jeudi dernier, l'Assemblée nationale française a débattu un projet de loi visant à interdire les corridas dans le pays. Selon les sondages d'opinions réalisés auprès de la population, près de 9 Français sur 10 seraient favorables à l'interdiction de cette pratique en France. Mais dans l'Hémicycle, la tension était palpable autour du sujet.

Près de 9 Français sur 10 seraient favorables à l'interdiction de la corrida en France

Aymeric Caron, (La France Insoumise) à l'origine de la proposition de loi, a dû faire face au rejet de toute une partie de la sphère politique française. "Je pense que tout le monde est d'accord que dans une société civilisée, il n'est pas souhaitable de faire souffrir un animal", a-t-il déclaré afin de souligner la nécessité de mettre fin à cette activité. Les élus de droite et d'extrême droite ont dans leur grande majorité imposé des objections et rejeté en bloc le texte visant à interdire la tauromachie en France, s'appuyant sur le levier économique que représente cette activité pour plusieurs dizaines de villes françaises.

La secrétaire d’État chargée de la ruralité, Dominique Faure, a expliqué que "cette tradition ancestrale participe à l'identité de certains territoires". Dans une ambiance houleuse, le député de gauche a finalement décidé de retirer son texte, qui a fait l'objet de plusieurs centaines d'amendements de la part de l'opposition afin de ne pas être débattu. Caron a pointé du doigt "l'obstruction parlementaire" mise en place contre sa proposition.

Un sujet sensible en Espagne

En Espagne, la tauromachie est un sujet délicat. Le maintien de cette tradition divise la population depuis plusieurs années. D'un côté, les défenseurs des animaux qui considèrent les spectacles taurins comme des actes de barbarie et de torture animale dignes de l'époque médiévale. De l'autre, les fervents défenseurs de la culture taurine, qui veulent maintenir leurs coutumes et leurs traditions au fil des années, considérant que les taureaux ne sont pas torturés, mais sont au contraire mis à l'honneur dans le cadre d'un événement unique appartenant au cœur de la culture espagnole.

En 2013, la tauromachie fut même inscrite au Patrimoine culturel espagnol par le Sénat

En 2013, la tauromachie fut même inscrite au Patrimoine culturel espagnol par le Sénat. Cependant, certaines zones d'Espagne ont sauté le pas en évitant la pratique de la tauromachie dans leur région. Seule la communauté autonome des îles Canaries a officiellement interdit la pratique des corridas à travers un texte de loi depuis 1991. En 2010, la Catalogne a également abolit les corridas, mais le texte fut annulé par le tribunal constitutionnel, considérant que cette décision est une compétence de l'État espagnol, et non des régions.

La nouvelle loi de protection des animaux actuellement en cours de ratification par l'État espagnol exclut totalement les corridas, qui continueront à être pratiquées.

Néanmoins, aucune corrida n'a depuis été pratiquée en Catalogne, et la seule arène existante est utilisée à d'autres fins. Plusieurs régions espagnoles tentent d'éviter les corridas en organisant d'autres événements à la place, sans pour autant avoir officiellement interdit la pratique. Il convient également de souligner que la nouvelle loi de protection des animaux actuellement en cours de ratification par l'État espagnol exclut totalement les corridas, qui continueront à être pratiquées.

 

Sur le même sujet
perrine laffon

Perrine Laffon

Journaliste et rédactrice web française à Barcelone. Spécialiste de la culture locale et nationale. Suivi de l'actualité catalane, portraits, analyses. Passionnée de voyages et d'Histoire.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale