Le temple de Debod fête ses 50 ans à Madrid

Par lepetitjournal.com Madrid | Publié le 21/09/2022 à 17:10 | Mis à jour le 22/09/2022 à 11:39
Photo : CC
Templo de Debod à Madrid

Donné à l'Espagne par l'Égypte en 1968, en remerciement de son aide pour sauver les temples d'Abou Simbel, le temple, le plus grand en dehors de l'égypte, a été inauguré pendant l'été 1972.

 

 

La ville de Madrid abrite l'un des rares bâtiments pharaoniques complets que l'on peut voir en dehors de l'Égypte. Le temple de Debod a été inauguré à son emplacement actuel à Madrid en 1972, il y a maintenant 50 ans, et pour garantir son bon état, la mairie va mettre en œuvre un plan de conservation préventive.

Sauvetage des temples d'Abou Simbel

Le temple de Debod a été donné par l'Égypte à l'Espagne en 1968, en remerciement de son aide pour sauver les temples d'Abou Simbel, dans le cadre de la campagne de sauvegarde des monuments de Nubie. La mairie de Madrid avait alors manifesté son intérêt pour que le temple soit installé dans la ville, en prenant en charge les frais de démontage, de stockage à Éléphantine et de transfert ultérieur en Espagne, ainsi que sa restauration et sa reconstruction.

 

 dessin du Temple de Dabod vers 1882
Temple de Debod, vers 1882

 

Le plus grand bâtiment pharaonique hors d'Égypte

Ses plus de 1.350 pierres de taille originales occupent 270 m2 de surface au sol et l'ensemble du bâtiment mesure 70 mètres de long. C'est le plus grand bâtiment à sortir d'Égypte, beaucoup plus grand que les trois autres temples donnés. Ces dimensions ont nécessité de le placer à l'air libre, mais avec l'engagement qu'il serait couvert à l'avenir, conformément aux conditions de transfert des temples établies par l'UNESCO.

Rappeler les rives du Nil

Afin de protéger ses pierres, et surtout ses précieux reliefs, de l'eau de pluie, le bâtiment a été isolé du sol, les façades perdues au XIXe siècle ont été reconstruites et la terrasse a été couverte. La zone environnante, qui couvre six hectares, a été aménagée avec plusieurs espèces de palmiers et deux étangs ont été construits pour commémorer son ancien site sur les rives du Nil.

 

intérieur du temple de Debod
intérieur du temple de debod/mairie Madrid

 

L'un des musées les plus visités de Madrid

Le temple a été intégré aux musées de la mairie de Madrid dans les années 1980. En 2007, il a été déclaré bien d'intérêt culturel dans la catégorie des monuments. Sa grande accessibilité et visibilité, dérivée de son installation en plein air, ainsi que son appartenance à une culture aussi attrayante et populaire que la culture pharaonique, ont fait du Temple de Debod l'un des musées les plus visités de la ville de Madrid.

Presque 250.000 visiteurs en 2019

Ainsi, en 2019, le temple a reçu 237.393 visiteurs, des chiffres qui ont fortement chuté en 2020 (75.966 visiteurs) et 2021 (87.664) en raison de la pandémie de COVID-19 et des restrictions qu'elle a entraînées. En 2022, bien que loin des chiffres de 2019, le nombre de visiteurs du temple est en augmentation : 55.226 personnes l'ont visité entre janvier et juin, soit 76,6% de plus que sur la même période en 2021 (31.264). 

Analyse minutieuse de son état de conservation

Le département de la culture, du tourisme et des sports, en collaboration avec la fondation Santa María la Real, a établi un diagnostic de l'état de conservation du temple après 50 ans de présence à Madrid. Il est en est sorti que le monument égyptien ne nécessite pas d'action immédiate, car il ne présente pas de problèmes ou pathologies graves qui pourraient la mettre en danger. Quoiqu'il en soit, à la suite de ces études, un plan de conservation préventive sera mis en œuvre.

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale