Mardi 26 octobre 2021
TEST: 2271

HISTOIRE DE MADRID - El Escorial : la "8e merveille du monde" fête ses 450 ans

Par lepetitjournal.com Madrid | Publié le 29/10/2013 à 23:00 | Mis à jour le 10/03/2015 à 12:01

La pose de la première pierre du monastère royal de Saint-Laurent de l'Escurial, eut lieu le 23 avril 1563. Philippe II en commanda la construction pour commémorer sa victoire sur les troupes de Henri II, roi de France,  lors de la terrible bataille de San Quintin (Saint-Quentin, le 10 août 1557, fête de Saint-Laurent) et à la gloire de la monarchie hispanique et de la grandeur de la Maison d'Autriche. 450 ans plus tard, le Palais Royal de Madrid présente les trésors cachés du monastère, pratiquement jamais exposés au public.

(CC Rob Shenk)

Le monastère de l'Escurial, c'est aussi un sanctuaire érigé à la gloire de la Contre Réforme, qui contient l'une des plus grandes collections de reliques du monde catholique : on en trouve près de 7.500, abritées dans 570 reliquaires répartis dans tout le monastère, mais spécialement dans la basilique Saint-Laurent. Patrimoine de l'Humanité depuis 1984, austère, solennel, grandiose, San Lorenzo del Escorial est l'un des principaux monuments le plus remarquable de la Renaissance espagnole et "l'un des exemples suprêmes de la Renaissance européenne", selon Fernando Checa, commissaire de l'exposition proposée par le Palais Royal de Madrid, jusqu'au 12 janvier prochain.

La huitième merveille du mond
Il est considéré dès la fin du XVIe siècle comme étant la huitième merveille du monde. Conçu comme panthéon, basilique, monastère, palais et bibliothèque, Philippe II y réunit des milliers d'objets d'art de toutes sortes, commandés aux artistes et artisans les plus prestigieux du XVIe siècle. Ces collections constituent ainsi le meilleur ensemble d'art de l'Espagne de la Renaissance, comparable seulement avec les richesses du Vatican des Papes du XVIe siècle ou celles des Medicis de Florence.

D'une superficie de 33.327 m², le monastère est construit en un peu plus de vingt ans, sur le côté méridional du Mont Abantos (Sierra de Guadarrama), à 1028 mètres d'altitude, à 45 kilomètres au nord-ouest de Madrid. Juan Bautista de Toledo, architecte du Roi, auteur de la façade du Couvent des "Descalzas Reales", conçut le projet initial et réalisa le Patio des Evangélistes et les cloîtres mineurs. Il mourut sans pouvoir achever cette oeuvre colossale. Lui succéda son aide, Juan de Herrera, puis Juan Gomez de Mora. Ils achevèrent la construction en y apportant quelques modifications tout en respectant les plans originaux.

La première pierre
Pendant des siècles, on ignora la localisation exacte de la première pierre d'angle. En 1971, elle fut découverte à l'occasion des travaux de construction de nouvelles cuisines dans le Monastère. Elle mesure 40 centimètres de haut sur 1,60 mètre de large. Sur le côté visible est inscrit "JOANNES BAPTISTA ARCHITECTUS MAJOR. IX KAL MAII", sur un côté : "DEUS O.M. [Optimus Maximus, ndlr] OPERI ASPICIAT", et sur l'autre côté : "PHILIPUS II. HISPANIARUM REX A FUNDAMENTIS EREXIT MDLXIII".

BALADE - San Lorenzo de El Escorial
À 50km de la capitale, San Lorenzo de El Escorial est un havre de paix particulièrement prisé des Madrilènes. Rues escarpées, vieilles pierres, parcs et fontaines lui confèrent une ambiance quasi-villageoise. Découvrir l'Escorial, c'est la garantie du coup de foudre...

LES MYSTÈRES DE MADRID- Le maudit monastère de l'Escorial
Les énigmes du monastère de l'Escorial sont intimement liées à la figure de Felipe II, roi monomaniaque qui régna sur l'Espagne de 1555 à 1598. Pourquoi avoir choisi la bourgade de l'Escurial ?"égouttoir de rebus"? pour y faire construire sa demeure ?

L'Exposition du Palais Royal
Les 155 oeuvres présentées proviennent presque en leur totalité des Collections Royales du Patrimoine National et répondent au programme décoratif du monarque pour le Monastère de San Lorenzo de El Escorial, parfaitement répertorié dans les "Livres des livraisons". Quelques oeuvres ont été prêtées par le Musée du Prado, la Bibliothèque Nationale d'Espagne, les National Gallery de Londres et de Dublin et le Musée du Louvre.

1ère salle : Architecture et Sagesse - Gravures et dessins des architectes Juan Bautista de Toledo et de Juan de Herrera
2ème salle : Un monument pour la Maison d'Autriche
3ème salle : Anatomies sacrées (Reliquaires et le magnifique Coffre d'Isabel Clara Eugenia)
4ème salle : Liturgies monarchiques (Livres de cantiques précieusement enluminés)
5ème salle : La piété privée de Philippe II (oeuvres d'art religieux et livres de prières somptueusement enluminés)
6ème salle : La cérémonie de la mort (habit liturgique pour les cérémonies funèbres - Impressionant portrait de Philippe II âgé)
7ème salle : Archives de la Contre Réforme (Reliques et Reliquaires)
8ème salle : Rome et le classicisme chrétien à l'Escorial (ornements sacrés)
9ème salle : Le Titien, peintre favori de Philippe II, qui collectionna un grand nombre de ses oeuvres. "Le Martyre de Saint       Laurent", entre autres.
10ème salle : Bosch et les Flamands à l'Escorial. Oeuvres fondamentales du Bosco ("Christ couronné d'épines", "Christ sur le chemin du Calvaire"), de Michel Coxcie (série de tapiceries sur "L'Histoire de Noe"), ou encore de Patinir ("Paysage avec Saint Christophe et l'Enfant Jésus") exemples du penchant de Philippe II pour la peinture du nord.

Commissaire : Fernando Checa Cremades. Professeur d'Histoire de l'Art, Universidad Complutense de Madrid.
dates : jusqu'au 12 janvier 2014
Lieu: Palais Royal, Calle Bailén s/n, 28001. Madrid
Horaires : de lundi à Dimanche de 10h00 à 18h00
Tarif unique Palais + Exposition =  11 euros  (tarif réduit 6 euros)
Visite conjointe : En sortant de l'exposition,  on propose moyennant le paiement de un euro, un bon permettant de visiter le Monastère de San Lorenzo del Escorial.
De même, sur présentation du ticket d'entrée du Monastère de l'Escorial, et pour un euro, il sera possible de visiter l'exposition.

Téléphone : 91.454.88.00 - 91.454.88.03 réservations
Pour plus d'informations : http://www.patrimonionacional.es/escorial/

Monique AUXENFANS (www.lepetitjournal.com - Espagne) Mercredi 30 octobre 2013
Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !
Suivez nous sur Facebook et sur Twitter



0 Commentaire (s) Réagir
Sur le même sujet