La fête de "São Martinho"

Par Lucie Etchebers-Sola | Publié le 11/11/2022 à 01:17 | Mis à jour le 11/11/2022 à 01:17
Chateignes

Au Portugal, la "São Martinho" est synonyme de convivialité. La tradition veut qu’on déguste des marrons chauds et qu’on savoure le vin nouveau issu des vendanges à peine terminées.
 

Les origines religieuses d’une fête devenue païenne

Ancien légionnaire romain originaire des bords du Danube, Martin évangélise la France au deuxième siècle après Jésus Christ. La légende raconte que pendant son service militaire, il coupa sa cape en deux pour l’offrir à un miséreux. Il devient plus tard évêque dans la ville de Tours où il est inhumé le 11 novembre 397 -ce jour est resté celui lors duquel il est célébré chaque année-. En France mais aussi dans le reste des pays chrétiens occidentaux, la fête de la São Martinho (Saint-Martin en Français) est demeurée très populaire jusqu'à la Révolution française. Elle était l'occasion de faire bombance avant Noël. On savourait alors,  une oie grasse et on buvait sans trop de soif le « vin de la Saint-Martin », issu des vendanges de l’automne.


São Martinho et marrons chauds

Bien que cette tradition ne soit pas spécifique au Portugal, la Saint-Martin est une fête très populaire au pays des œillets, qui est célébrée chaque 11 novembre à grande rasade de vin nouveau et de châtaignes fumantes - autrefois principale aliment des populations rurales portugaises. L’un des proverbe qui accompagne la Saint-Martin est d’ailleurs : « Le jour de la Saint-Martin, du feu, des châtaignes et du vin ! » (« No Dia de São Martinho, lume, castanhas e vinho ! ». Dans le nord du pays, ces célébrations sont plus communément appelées le « Magusto », la « Fête des marrons », et l’on y boit non seulement du vin nouveau, mais aussi de l’Água-pé et de la Jeropiga, des eaux de vie sucrées de raisin. Dans de nombreux villages au Portugal (principalement dans le nord, le centre  et la région de Lisbonne) la Saint-Martin est surtout une fête conviviale célébrée dans la rue et où l’on se doit de partager ces friandises d’automnes – un hommage à la légendaire charité de Saint-Martin. Une vieille tradition veut aussi que chacun s‘enduise les mains avec la suie des châtaignes grillées et tente de barbouiller la figure de son voisin.

 

Reprise du 11/11/1019
 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Lisbonne !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Maria Sobral

Rédactrice en chef de l'édition Lisbonne.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale