COVID-19 : Les mesures prises par le Portugal

Par Adèle Guilluy | Publié le 17/03/2020 à 00:26 | Mis à jour le 17/03/2020 à 00:40
Coronavirus - Covid-19

 
Alors que la France est  "en guerre sanitaire.", comme l´a annoncé hier soir, le 16 mars, le chef de l´Etat français lors de son allocution télévisée, le Portugal se trouve en état d´alerte depuis le 13 mars. Un ensemble de mesures ont été prises par le gouvernement portugais face à la pandémie du coronavirus. Retour sur les principales mesures prises par le Portugal.

 
Limiter la propagation du virus à tout prix

Le pays fonctionne désormais au ralenti avec notamment la limitation de l'activité dans les bars, les restaurants, ou encore les centres commerciaux. Depuis ce lundi 16 mars, tous les établissements scolaires et universités sont fermés, et ce au moins jusqu'à Pâques. Les événements publics de plus de 100 personnes ne sont plus permis ainsi que la  consommation d´alcool dans les lieux publics.

De plus, de nombreux lieux publics ont fermé leurs portes. C'est le cas des plages du pays qui sont désormais inaccessibles.  Les salles de cinéma NOS ont fermé leurs portes depuis le 16 mars, pour une durée indéterminée et d´autres salles suivent le même exemple.

Tous les musées et monuments portugais, dépendants des directions régionales de la Culture du Nord, du Centre, de l'Alentejo et de l'Algarve, ont été fermés eux aussi ce lundi, pour une durée indéterminée.
 
A Lisbonne, Carris, la société en charge des transports en commun de Lisbonne a annoncé la gratuité des bus à partir du dimanche 15 mars pour limiter au maximum les contacts en demandant aux voyageurs de rentrer par l´arrière du véhicule.
De plus, les bus s'arrêteront à chaque arrêt afin que les voyageurs n'aient pas à toucher le bouton d´arrêt.
 

Un premier décès déclaré le 16 mars

Selon les dernières données disponibles publiées le 16 mars par la Direction Générale de la Santé portugaise, il y a 331 cas confirmés de  COVID-19, 2 908 cas suspects, et 3 cas en rémission. Le premier décès a, malheureusement,  été confirmé le 16 mars par la  ministre de la Santé. Il s'agit d'un homme de 80 ans qui était hospitalisé à l'hôpital de Santa Maria.
 

Dans l´attente de l´état d´urgence...

Enfin, le   ministre de l´Intérieur, a annoncé le lundi 16 mars dans l´après.midi la fermeture de la frontière avec l'Espagne pour les touristes pour une durée indéterminée. Seuls neufs point d´accès seront ponctuellement accessibles pour les transports de marchandises. De plus, les frontières de l´espace Schengen sont également fermées pour une durée, au minimum, de 30 jours.
 
Il faudra attendre mercredi 18 mars pour savoir si le Président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa, après avoir consulté le Conseil d´Etat déclarera ou non l´état d´urgence sur le territoire portugais y compris les Açores et Madère.
 
 
•         Pour plus d'informations sur le site de l´Ambassade de France ici 
 
•         https://www.dgs.pt/

Sur le même sujet
7 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

Sao mer 18/03/2020 - 20:01

Il a de lois que se aplique en situatio exccepectionel tel que le catrastrofe ou des epedimie etc,chaque gouverment les aplique en funtion de la lou de chaque pays

Répondre
Commentaire avatar

Pierre mar 17/03/2020 - 11:06

Bonjour, pourriez-vous donner des références aux textes légaux qui définissent les interdictions, notamment concernant les plages ?

Répondre
Commentaire avatar

Sao mer 18/03/2020 - 19:58

Le loi se aplique se necsssaire em temps de guerre ou de epidemie et le portugal fait c'est loi ,tel que la france se besoin

Répondre
Commentaire avatar

Jomar mer 18/03/2020 - 09:13

Croyez-vous que l’on est eu le temps de légiférer pour trouver une loi ! Toutes ces mesures sont prises dans l’urgence pour protéger nos vies et je trouve votre question particulièrement absurde compte tenu de la situation !

Répondre
Commentaire avatar

Pierre mer 18/03/2020 - 11:30

Pardon, je voulais dire: référence aux textes officiels, arrêtés ou décrets. Évidemment il n'y a pas encore de loi. Il faut aussi faire attention à ne pas propager de fausses informations.

Répondre
Voir plus de réactions

Soutenez la rédaction Lisbonne !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Maria Sobral

Rédactrice en chef de l'édition Lisbonne.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale