Vendredi 3 juillet 2020

Ni marches, ni sardines : les fêtes populaires annulées au Portugal

Par Lucie Etchebers-Sola | Publié le 11/06/2020 à 23:08 | Mis à jour le 12/06/2020 à 11:15
Photo : ©L. Etchebers-Sola
fête Portugal coronavirus

Le mois de juin sera bien terne au Portugal. Alors que Lisbonne et Porto croulent normalement sous les décorations dans les rues à l'approche des Saints Populaires, l'heure est plutôt à la distanciation sociale, au grand dam des Portugais.
 
Cela fait déjà quelques mois que les Portugais le savent : il n'y aura pas de fête de la Saint-Antoine à Lisbonne le 13 juin, ni de Saint-Jean à Porto le 23 juin. En effet, les mairies respectives des deux villes ont décidé le 4 avril dernier d'annuler l'édition 2020 des fêtes populaires, reportant les marches, les rassemblements et l'ensemble des festivités à 2021.
 

À Lisbonne

C'est la première fois depuis 1988 que Lisbonne ne célébrera pas son saint patron. Habituellement, les Lisboètes décorent les rues de la ville, en particulier dans les quartiers populaires de Mouraria, Bairro Alto, Alfama... avec des guirlandes de fleurs. Ils mangent des sardines en terrasse dans les rues et dansent avec entrain tout en rendant hommage à Saint Antoine.

Pour Joana, 18 ans, née dans la Mouraria, c'est une vraie déception. Pour elle qui n'a jamais passé un été sans les fêtes de la Saint-Antoine, la semaine à venir s'annonce bien triste : « Déjà que nous ne pouvons quasiment plus sortir, ça me déprime que tout soit annulé ! C'est tellement normal dans Mouraria de passer le mois de juin à faire la fête, j'ai du mal à me dire que tout est annulé. Je n'ai pas le souvenir d'avoir manqué une seule fois cette fête, c'est plus qu'une tradition pour moi et pour beaucoup de gens originaire de ce quartier, c'est quelque chose qui nous soude les uns aux autres. D'ailleurs, moi et mon copain voulons même nous marier le jour de la Saint-Antoine. Nous attendrons un peu... ».

En ce qui concerne tous les commerçants, restaurateurs, et les habitants qui montaient chaque année une « bancada » (comptoir en bois) à même le trottoir, l'annulation de la Saint-Antoine est tombée comme un coup de massue. En plus des pertes financières liées à la crise sanitaire et le manque de touristes, voilà que leur meilleure saison est anéantie. Ana, propriétaire d'un café-restaurant au cœur de l'Alfama -l'un des quartiers les plus festifs de Lisbonne pendant cette période- ne cache pas sa déception : « La mairie nous force à fermer à 19h pendant cette semaine. Il n'y a pas grand monde de toute façon et la police patrouille constamment. Ils nous ont interdit de mettre des guirlandes dans les rues, les barbecues dehors, rien qui puisse rappeler la Saint Antoine. Beaucoup de familles dépendent de l'argent qu'ils gagnent pendant cette période et les gens du quartier sont en colère. Ils ne comprennent pas, par exemple, que la mairie laisse des milliers de gens manifester mais annule les fêtes populaires. Chaque année je me plains pendant la semaine de la Saint Antoine parce-qu´il a trop de bruit et que je sens la sardine, mais cette année cela va vraiment me manquer. On s'y amuse quand même beaucoup et le sentiment d'appartenance est très fort dans l'Alfama. »
 

À Porto

Dans la capitale du Nord, c'est la Saint-Jean qu'on célèbre en juin. A quelques traditions près, la nuit de la Saint-Jean (célébrée dans la nuit du 23 au 24 juin) est semblable à celle de la Saint-Antoine à Lisbonne en terme d'effervescence urbaine. Si l'annulation des fêtes populaires a déçu la plupart des habitants de Porto (et de Vila Nova de Gaia), d'autres en revanche s'en sont réjouis. Rosa, 84 ans, vit dans le quartier populaire de Miragaia depuis plus de 40 ans : « J'ai horreur de la Saint-Jean ! Les gens boivent trop, font trop de bruit, les rues sont sales et il y a trop de touristes ! Si le coronavirus n'a pas ma peau, il aura eu au moins cela de bon. Je sais que beaucoup de gens seront désolés, mais moi je suis ravie. Et de toute façon, c'est mieux pour tout le monde d'un point de vue sanitaire ». Pour sa fille, Gilda, 65 ans, née à Porto, l'exaltation de la Saint-Jean est un vrai plaisir : « C'est vrai que les fêtes populaires brassent beaucoup de monde et qu'il y a toujours des débordements mais je pense qu'il est bien plus probable que la majorité des habitants soient dépités de ne pouvoir faire la fête que l'inverse. Moi personnellement j'aime beaucoup l'ambiance qui règne à Porto pendant cette période, et j'ai un faible pour le feu d'artifice qui est organisé au dessus du Douro. J'y assiste chaque année depuis que je suis enfant, et je suis vraiment triste qu'il soit annulé, même si je comprends bien les risques sanitaires que cela implique. J'imagine qu'il n´était vraiment pas possible d'autoriser les festivités en imposant des restrictions : La police aurait probablement perdu le contrôle de la situation à un moment donné. C'était oui ou non. Il faut accepter la situation. Nous nous rattraperons l'année prochaine ».
 
Il est aussi habituel, à Lisbonne, pour la Saint Antoine que tous les quartiers de la ville défilent sur l´avenue de la Liberdade sous forme d´une parade. En effet, pendant l´année les associations culturelles des quartiers préparent un thème pour ce défilé et confectionnent des vêtements et accessoires appropriés afin de gagner la coupe annuelle pour la meilleure parade.
 
Pour toutes les associations et organisations qui devaient défiler cette année et qui préparaient leurs costumes depuis la fin de l'année dernière, c´est partie remise ! Reste à savoir si les Portugais resteront réellement chez eux ou si l'appel de la rue surpassera celui du confinement. Rosa conclut : « Je parie que certains auront la bougeotte et descendront pour voir ce qui s'y passe. J'admets que si j'étais jeune, je le ferais aussi. »


Lire aussi de notre partenaire Villa Feria : Les 2 fêtes incontournables du mois de juin au Portugal

Saint-Jean à Porto
Saint-Jean à Porto ©Villa Feria

 

 

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir