Mardi 4 août 2020

AGATHE : "Peindre et faire peindre est ma raison d'être"

Par Maria Sobral | Publié le 01/07/2020 à 23:59 | Mis à jour le 01/07/2020 à 23:59
Photo : Agathe Cornet-Vernet
Agathe Cornet-Vernet Formettes

 
Agathe, artiste peintre française s´est installée à Lisbonne en 2017. Peu à peu la ville et ses « azulejos » ont inspiré le projet qu´elle a mis sur pied et qu´elle a surnommé « les Formettes ». C´est en quelque sorte une expression artistique à la fois ludique et pédagogique mais aussi spirituelle, comme elle l´explique au Lepetitjournal lors d´un échange de propos.

 
« Peindre et faire peindre est ma raison d'être »  déclare au Lepetitjournal Agathe Cornet-Vernet qui au-delà d´artiste peintre est aussi praticienne d'éducation créatrice. Elle a reçu dès son enfance une éducation artistique et a par la suite suivi une formation en peinture à  l'atelier d'Arno Stern qui faisait appel à l´expression libre, elle a été ainsi attirée par les techniques ancestrales des premiers peintres (tempera, peinture à l'oeuf). Puis, elle s´est formée à la peinture à l'huile. Tout son apprentissage a été dédié à l'acquisition de ces techniques selon le plus ancien mode de transmission de maître à élève. En 2002 elle crée son propre atelier de peinture "Au bonheur de peindre" à Neuilly sur Seine qu´elle ferme en 2017 suite à son divorce.


Lepetitjournal  : Qu´est ce qui vous a conduit à vous installer au Portugal et quelles on été les difficultés auxquelles vous vous êtes confronté?
 
Agathe : En divorçant j'ai perdu mon logement et mon lieu de travail. L'atelier « Au bonheur de peindre » était installé dans une partie de l'appartement familial qui appartenait à mon ex mari. N´ayant pas les moyens de rester sur Paris et ne voulant pas aller en banlieue ni en province, j'ai imaginé partir ailleurs, dans une capitale européenne. J'ai procédé par élimination pour faire mon choix et j´ai hésité entre l'Espagne et le Portugal, puis j'ai contacté deux mamans de mes élèves de l'atelier déjà parties s'installer à Lisbonne. Elles m'ont convaincue  qu'il y avait de la place pour ouvrir un atelier « Stern »  ici. Elles m'ont mise en contact avec une future école : « Red bridge school »  dans laquelle j'ai animé des ateliers « Stern »  ces deux dernières années et depuis septembre 2019 je me consacre exclusivement à mon projet.

Les prix des loyers à Lisbonne m'ont surpris et empêché de remonter un atelier pour les enfants, de plus  ne parlant pas le portugais c'était aussi compliqué, même si j'ai commencé les cours le lendemain de mon arrivée! J'ai donc décidé de peindre une série de tableaux personnels voulant les dédier à Lisbonne pour remercier ce pays et cette ville de m'accueillir et c'est là que les azulejos entrent en scène!
 

Comment est née chez-vous cette passion que vous avez pour les azulejos et pouvez-vous nous présenter votre projet « Les formettes » ?
 
Dans mon parcours artistique les motifs géométriques sont présents depuis très longtemps, j'ai réalisé beaucoup de tables basses et notamment des Carum (Jeu de billard indien) avec des motifs géométriques peints en faux marbres dans les années 90.
Dans mes toiles plus récentes (2010) on retrouve ces motifs géométriques dans ma période « voyage » inspirée par l'Italie, l'Espagne, la Turquie et le Maroc. Mon goût pour la géométrie vient peut être de mon père architecte parce que je n'ai jamais brillé en maths à l'école!
J'ai été donc très naturellement charmée par la beauté et la diversité des azulejos des façades lisboètes, j'adore aussi tout le travail des ferronneries des balcons.
L'idée pour cette nouvelle série était de peindre des cadres avec des motifs d'azulejos et peindre des vues de Lisbonne à l'intérieur. Pour reproduire régulièrement mon motif j'ai découpé une petite forme dans un bout de plastique, c'était sans le savoir la toute première « formette »! Je me suis rendue compte des possibilités infinies de cette petite forme. Cette même petite forme m'a servi à dessiner plusieurs cadres différents et j'ai eu l'idée d'en faire un outil qui pourrait servir à tout le monde.
Je l'ai essayé sur des enfants qui venaient en cours particuliers chez moi et j'ai tout de suite vu l'intérêt pédagogique extraordinaire. La concentration des enfants était impressionnante, et je voyais bien qu'ils réfléchissaient vraiment!
Au travers de plusieurs prototypes j'ai cherché la matière idéale pour réaliser les formettes et j'ai inséré d'autres formes inspirées des azulejos portugais du 16ème siècle.
J'ai ensuite cherché la bonne façon de présenter ces plaquettes en plastique et l'idée du kit Lisbon Collection s'est imposée. Je rêve de faire des kits avec des formes du monde entier Séville Collection, Marrakech Collection....
J'ai cherché un nom pour ma petite forme, « formette » a surgi, j'ai regardé si ce mot existait, une formette c'est un moule dans lequel on met la pâte à papier lors de sa fabrication. J'ai trouvé que ça sonnait bien, facile à retenir et à prononcer même pour les étrangers.

Formette


Comment qualifiez-vous le concept que vous développez à travers votre projet, pédagogique ou plutôt ludique ?
 
Le concept des formettes est à la fois ludique et pédagogique, il est aussi spirituel et artistique car sans le vouloir il connecte les personnes avec ce qu'elles ont de plus profond, leurs capacités créatrices.
Le but est de permettre à tous d'inventer leur motif, de comprendre qu'on a tous des capacités créatrices et que l'on peut les exploiter. Les formettes sont là pour aider à dépasser les appréhensions du dessin que beaucoup de personnes ont.
Cette pratique a quelque chose de méditatif, un peu comme les mandalas, on est concentré sur ce que l'on fait ici et maintenant. C'est cela qui détend beaucoup les gens.
Quand je fais la liste des bienfaits de cette pratique je n'en reviens pas moi même!
Elles peuvent être utilisées à la maison, à l'école, aux centres de loisirs, dans les écoles d'art, design textile, dans les maisons de retraite, dans les cabinets médicaux et autres.
 
 
Vous avez un public aussi bien d´adultes que d´enfants quelle est la ligne conductrice pour ces deux publics ?  C´est un public francophone ou aussi  portugais?
 
Les workshops d'avant covid ont été remplis essentiellement avec des touristes, venus des 5 continents, en couple, en famille, entre amis, pour un enterrement de vie de jeune fille...
Ils sont une opportunité pour les familles de faire une activité ensemble et chacun à son niveau, sans compétition. Tout le monde y trouve son compte. Bien sûr pour les jeunes enfants 7, 8 ans je les guide un peu plus que pour les adultes en général. Mon challenge est d'arriver à communiquer en anglais et en portugais, ce n'est pas parfait mais mon niveau suffit pour ces travaux.

 

Formette


Pouvez-vous nous parler de votre projet au lycée français ?

Un instituteur du lycée est venu avec sa famille faire un workshop et a acheté 5 kits qu'il a testé dans sa classe de CM1. Les premiers retours étaient extrêmement positifs, puis le covid est arrivé... Je pense que nous reprendrons le projet en septembre si tout va bien et que l´on pourra mener à bien la réalisation d´une grande fresque en azulejos avec les dessins de chaque enfant.
 
 
Comment a évolué votre projet pendant la période de confinement ?

Mon système était basé sur l'expérience! Les ateliers.... Le confinement a été très dur pour moi!
J'ai développé des tutoriels, j'ai travaillé sur mon site que j´ai traduit en portugais et en anglais et j´y ai proposé la personnalisation d'objet avec mes dessins que les gens peuvent téléchargés. On peut maintenant choisir son créneau et s’inscrire aux workshops directement sur le site.
 

Quels sont vos projets dans les prochains mois ?

Pendant ce confinement j'ai pu réfléchir à ce que je pouvais améliorer dans mon produit.
J'ai donc orienté la toute prochaine production de kit vers une production ecofriendly et 100% portugaise (la 1ère était chinoise). De nombreux tests ont été nécessaires pour satisfaire mes exigences de qualité.
Une levée de fond est en cours pour financer cette prochaine production et je suis à la recherche de nouveaux diffuseurs au Portugal (Porto-Algarve) et en France. Je cherche aussi des partenariats avec des hôtels et des entreprises pour des ateliers.
J'ai aussi l'idée de développer un réseau « d'ambassadeurs » ateliers d'art ou de céramique qui utiliseraient les formettes dans leurs ateliers et pourraient vendre les kits à un tarif préférentiel.
Dès que les écoles réouvriront je souhaite proposer le projet du lycée français aux écoles portugaises et internationales.
 

En savoir plus :
https://agathecv.wixsite.com/agathecornetvernet
www.formettes.com
 

1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Paula lun 06/07/2020 - 10:41

Bravo ! Superbe projet. Et inspirante renaissance.

Répondre

Que faire à Lisbonne ?

DÉCOUVERTE

Algarve - Aljezur, le village perché de la côte vicentine

Entre la mer et la montagne, la petite ville d'Aljezur en Algarve balayée par les vents salés, est, tout au long de l´année, la destination parfaite pour les amateurs de randonnées, de poissons frais

Comprendre le POrtugal

TOURISME

COVID-19 - Le tourisme se réinvente au Portugal

Alors qu’il caracolait sur les podiums du monde entier il y a à peine quelques mois, le Portugal se retrouve privé de touristes. le secteur touristique portugais tente de booster son marché intérieur.

Expat Mag

Bombay Appercu
CULTURE

Le saviez-vous : l'Inde est à l'origine du tissu provençal

Le textile est à l’origine d’un lien historique entre l’Inde et la Provence et notamment Marseille. Retour sur les cotonnades indiennes et la naissance du tissu provençal.