Vendredi 21 janvier 2022
TEST: 3752

Une mobilisation forte contre la corruption au Pérou

Par Guillaume FLOR | Publié le 15/11/2020 à 07:00 | Mis à jour le 15/11/2020 à 07:00
Photo : © GFLOR
manifestations pérou lima corruption

Des dizaines de milliers de manifestants sont descendus dans la rue, ce samedi 14 novembre, dans tout le Pérou, pour protester contre la prise du pouvoir du tout nouveau président, Manuel Merino.

Il s’agit de la deuxième marche nationale après la destitution, mardi dernier, du désormais ex-Président Martín Vizacarra. Les manifestations ont commencé paisiblement dans l’après-midi dans plusieurs quartiers de la capitale péruvienne et dans plusieurs villes du pays. À Miraflores, la marche pacifique est partie du parc Kennedy pour ensuite remonter toute l’Avenue Arequipa.

 

manifestations pérou lima corruption
© GFLOR

 

De nombreux slogans sur les affiches des manifestants liméniens :

« Merino n’est pas mon président ! » - « Merino, dehors ! » - « Merino, usurpateur ! » - « Merino et le Parlement, ne me représentent pas ! » - « Ce n’est pas pour Vizcarra, c’est pour nous ! » - « Ce n’est pas la volonté du peuple, ce n’est pas une Démocratie »

 

manifestations pérou lima corruption
© GFLOR

 

Des manifestants qui demandent la démission de Merino et des élections anticipées

Carmen : « Nous ne reconnaissons pas Merino comme président. Nous ne reconnaissons pas ce Parlement de corrompus ».

Ariana : « Ce n’est pas pour défendre Vizcarra, on fait tout ça pour le peuple péruvien, pour la lutte contre la corruption, pour le futur de nos enfants, pour qu’ils ne connaissent pas tout ça. Nous ne voulons pas que le Parlement reste au pouvoir, nous voulons que les élections soient avancées ! ».

Marco : « Ça fait cinq jours que je manifeste. Je sors pour protester parce que je suis fatigué de la corruption et des abus de pouvoir ».

Andrea : « Cette destitution de Vizcarra est un véritable coup d’État, pourquoi ne pas l’avoir laissé terminer les cinq mois qui restaient ? ».

 

manifestations pérou lima corruption
© GFLOR

 

Une mobilisation jeune et masquée

Il ne s’agit pas d’une marche convoquée par une organisation syndicale ou politique, mais d’un mouvement qui s’est mis en place tout simplement grâce aux réseaux sociaux. Les manifestants étaient principalement des jeunes, des universitaires.

Par ailleurs, le problème de la pandémie du Covid-19 a poussé de nombreux péruviens a manifesté de manière différente. Pour ne pas se retrouver au milieu de la foule, beaucoup ont participé à la protestation depuis leur balcon en frappant sur des casseroles. D’autres sont restés dans les voitures avec des affiches collées sur les vitres, des drapeaux péruviens agités par les fenêtres et ont défilé dans les rues adjacentes aux manifestations au son des klaxons.

 

manifestations pérou lima corruption
© GFLOR

 

Même si la police a tenté d’empêcher l’accès au centre de Lima, la place San Martín s’est remplie petit à petit de manifestants, une place qui peut accueillir de 30 à 40.000 personnes.

À 20h, tout comme pendant le confinement avec les applaudissements en soutien pour les soignants dans leur lutte contre la pandémie du Covid-19, c’est désormais le rendez-vous des casseroles. Et la version de ce samedi a été plutôt bien appuyée, tout du moins à Miraflores.

 

manifestations pérou lima corruption
© GFLOR

 

Deux morts parmi les manifestants

Dans la soirée, des affrontements ont malgré tout eu lieu entre quelques dizaines de manifestants et les forces de l’ordre. Une journée qui se termine donc mal puisque deux jeunes hommes de 24 et 25 ans ont perdu la vie et plusieurs autres ont été grièvement blessé. Des décès qui ont donné lieu à de nouveaux concerts de casseroles dans tout Lima à 10h30 et minuit.

Si la mobilisation a été importante au Pérou, comme il n’en a pas connu depuis vingt ans, plusieurs manifestations de péruviens ont également eu lieu dans le monde : à Barcelone, à Munich ou encore à Boston.

Et, il n’est pas sûr, cette fois-ci, que cela en reste là…

 

manifestations pérou lima corruption
© GFLOR

 

Nous vous recommandons
guillaume flor

Guillaume FLOR

Responsable de l'Édition Lepetitjournal.com de Lima au Pérou. Diplômé en Sciences de l'Information et de la Communication. Depuis plus de 20 ans hors de France : Mexique, Canada, Equateur, Costa Rica, Colombie, Brésil, Espagne et Pérou.
0 Commentaire (s) Réagir