Jeudi 13 mai 2021

La danse des diables de Huancabamba

Par Guillaume FLOR | Publié le 16/07/2020 à 12:00 | Mis à jour le 18/02/2021 à 14:47
danse diables huancabamba pérou

Les fêtes de Huancabamba auraient dû avoir lieu aujourd’hui. Mais les diables ne danseront pas cette année, alors même que ce folklore vient d’être déclaré Patrimoine culturel de la Nation.

Huancabamba est une petite ville du nord-est du Pérou, dans le département de Piura. Chaque année, le 16 juillet, y ont lieu les fêtes de Notre-Dame du Mont Carmel (« Virgen del Carmen »), patronne de la province.

Comme très souvent au Pérou et en Amérique latine, les traditions anciennes se sont mélangées à la religion introduite par la colonisation espagnole. Le résultat est parfois surprenant comme avec les danses des diables de Huancabamba qui accompagnent la procession lors des festivités de juillet.

Selon l’historien péruvien Juan Carlos La Serna, il existe des preuves que dans plusieurs secteurs du Nord du Pérou, vers le milieu du 18ème siècle, était déjà interprétée une danse particulière, adoptée par la population indigène, qui représentait l’affrontement entre sept démons et l’Archange Saint Michel.

 

La danse des diables de Huancabamba au Patrimoine culturel de la Nation !

Cette danse traditionnelle a été reconnue Patrimoine culturel de la Nation le 19 juin suite à la demande de l’association civile Danse Folklorique des Diables de Huancabamba en décembre 2019.

Cette reconnaissance oblige désormais les autorités compétentes à élaborer tous les cinq ans un rapport détaillé sur l’état de cette expression culturelle afin d’en assurer sa sauvegarde.

 

danse diables huancabamba pérou
©elperuano.pe

 

Une danse de diables qui luttent contre le bien

Cette danse, qui mélange la ferveur religieuse au folklore, théâtralise le combat entre l’Archange Saint Michel qui protège Notre-Dame du Mont Carmel et le diable « Capataz » qui cherche à la capturer.

Le personnage de l’Archange Saint Michel, interprété par un enfant de moins de 11 ans, symbolise le bien. Il trouve face à lui le grand diable « Capataz » entouré de démons qui dansent autour de lui, ils représentent les forces du mal.

« Capataz » porte des clochettes métalliques à la ceinture et aux chevilles, ce qui contribue fortement au rythme de la danse. Mais l’élément le plus marquant de ce personnage est son masque rouge diabolique sur lequel vient se poser un gigantesque éventail de plumes de paon.

Les costumes des démons sont eux multicolores et leurs masques zoomorphes. Parmi eux, un petit démon, appelé le « Burrufá » impose l’ordre grâce à son fouet dans la foule qui participe à la procession.

La danse des diables de Huancabamba se déroule en cinq temps durant lesquels l’accompagnement musical joue un rôle important. Dans la cinquième et dernière partie, l’Archange Saint Michel finit évidemment par vaincre le diable « Capataz » et ses démons qui retirent leurs masques en signe de rédemption pour vénérer Notre-Dame du Mont Carmel, représentant ainsi le triomphe du bien sur le mal.   

 

 

Nous vous recommandons

guillaume flor

Guillaume FLOR

Responsable de l'Édition Lepetitjournal.com de Lima au Pérou. Diplômé en Sciences de l'Information et de la Communication. Depuis plus de 20 ans hors de France : Mexique, Canada, Equateur, Costa Rica, Colombie, Brésil, Espagne et Pérou.
0 Commentaire (s)Réagir

Actualité

Les géosites proches du volcan Chachani dans la région d’Arequipa

Avec le projet « Géohéritage pour la résilience face aux risques géologiques », l’Institut géologique, minier et métallurgique du Pérou (Ingemmet) veut promouvoir le géopatrimoine du sud du Pérou.

Expat mag

Que fête-t-on le jeudi de l’Ascension ?

En France, l’Ascension fait partie des onze jours fériés. Cette fête chrétienne, célébrée chaque année entre le 30 avril et le 3 juin, tombe toujours un jeudi. En 2019, elle se tiendra le 30 mai.