Karla, une Péruvienne bloquée en France pendant la crise

Par Guillaume FLOR | Publié le 29/06/2020 à 12:00 | Mis à jour le 29/06/2020 à 12:00
Péruviens bloqués France covid-19

Combien reste-t-il de Péruviens en France qui ne peuvent pas retourner dans leur pays à cause de la fermeture des frontières ? Karla Coca s’est retrouvée dans cette situation, elle nous raconte son expérience.

Karla est une jeune Péruvienne de 28 ans qui a pu bénéficier du vol « humanitaire » du 9 mai entre Paris et Lima pour pouvoir rentrer au Pérou.

Il est difficile de savoir le nombre exact de Péruviens actuellement bloqués en France parce que c’est un chiffre qui varie dans le temps, entre ceux qui ont pu rentrer au pays et les nouveaux qui se rajoutent à la liste d’attente d’un éventuel départ.

Chaque semaine qui passe voit augmenter le nombre de personnes qui désirent rentrer au Pérou sans pouvoir le faire à cause de la fermeture des frontières.

 

« Plus le temps passe, plus il y a des personnes qui se retrouvent bloquées »

« À mon avis, il y a constamment une centaine de personnes. Quand il y a un vol, le nombre diminue mais des nouvelles personnes viennent se rajouter dans la liste de ceux qui désirent quitter la France » nous explique Karla.

« À l’heure actuelle, ce ne sont plus des touristes ou des personnes vulnérables, il s’agit pour la plupart de personnes qui avaient acheté leur vol retour juste dans ces dates. C’était mon cas, je devais revenir au Pérou en avril mais le vol a été annulé, j’ai donc été obligé de rester sur place et ensuite le problème, c’est les ressources pour vivre parce que tout ça n’était évidemment pas prévu ».

Karla était en France pour étudier. Depuis deux ans, elle était inscrite en géologie à la Faculté de Sciences de Montpellier. Elle avait acheté son vol depuis un an, mais avec la crise du Covid-19 et la fermeture des frontières en mars au Pérou, il n’était donc plus possible d’y retourner. Les compagnies aériennes ont annulé les vols pour les reprogrammer à une date ultérieure. Plusieurs personnes se sont retrouvées bloquées sans d’autre choix que d’attendre.

 

« J’ai donc décidé de créer une page Facebook des Péruviens bloqués en France »

« En mars, suite à l’annonce de la fermeture des frontières, un premier vol humanitaire a été organisé de Paris à Lima. Ensuite, il y a eu un vol chaque mois. Je suis rentrée dans celui du 9 mai, avec approximativement 150 personnes ».

« Les vols humanitaires n’étaient pas programmés à l’avance, il n’y avait aucune information sur le sujet. Le Consulat du Pérou en France nous expliquait seulement que la gestion était compliquée entre l’aéroport fermé à Lima, les réservations dans les hôtels pour la quarantaine obligatoire des passagers et les protocoles sanitaires à respecter ».

« Nous ne savions pas combien nous étions bloqués en France. Nous avons décidé de nous unir. J’ai donc décidé de créer un groupe Whatsapp et une page Facebook des Péruviens bloqués en France. Nous avons commencé à communiquer entre nous ».

« Au début, il y avait beaucoup de touristes, mais aussi des personnes vulnérables dont certains ne parlaient pas français, ils étaient désespérés. Les gens m’appelaient aussi directement par téléphone. Il y avait des personnes bloquées dans toute la France, pas seulement à Paris ».

« Nous avons pris contact avec la presse au Pérou (La República) et nous avons envoyé un courrier au Consulat au nom de tous les Péruviens bloqués. Ils nous ont répondu que la gestion était difficile mais que c’était en cours ».

 

Péruviens bloqués France Covid-19

 

« Finalement, le 7 mai, le Consulat nous a annoncé qu’un vol humanitaire allait être possible pour le 9 mai, grâce à un accord entre les autorités françaises et péruviennes.

« Ensuite la compagnie aérienne, dans notre cas Air France, est entré en contact avec toutes les personnes qui étaient dans la liste d’attente. Une liste filtrée par le Consulat qui a placé comme prioritaires les personnes vulnérables : les personnes âgées, ceux qui présentent des maladies chroniques, les familles et ensuite les personnes qui avaient leur date de retour prévue durant cette période ».

« Le 8 mai, j’ai donc pris un train pour Paris et au final, nous avons pu embarquer sans problème particulier ».

 

« Concernant la gestion du Consulat péruvien en France, il me semble qu’il y avait un gros problème de communication »

« J’ai aidé les gens parce que le Consulat me demandait de transmettre certaines informations sur les groupes Facebook et Whatsapp. Il m’expliquait à moi mais pas au travers d’une communication publique. Je devais ensuite expliquer aux gens que je ne travaillais pas pour le Consulat ».

Pour tous ces Péruviens bloqués en France, la grande difficulté était économique, avoir les ressources suffisantes pour pouvoir rester dans l’attente d’un vol. « Pour se loger, se nourrir … en attendant un vol, c’est difficile, d’où le problème de ne pas savoir, de ne pas pouvoir planifier. Il est très compliqué d’attendre sans savoir, encore plus pour les personnes qui ne sont pas à Paris ».

« Je suis toujours en contact avec des Péruviens qui sont toujours bloquées en France. Certains viennent juste d’arriver au Pérou par le vol d’Amsterdam-Lima du 25 juin sous la coordination des autorités françaises. Il y aura peut-être un nouveau vol en juillet ».

 

guillaume flor

Guillaume FLOR

Responsable de l'Édition Lepetitjournal.com de Lima au Pérou. Diplômé en Sciences de l'Information et de la Communication. Depuis plus de 20 ans hors de France : Mexique, Canada, Equateur, Costa Rica, Colombie, Brésil, Espagne et Pérou.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Lima !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition internationale