La vaccination contre le Covid-19 pour les enfants de 5 à 11 ans approuvée au Pérou

Par Guillaume FLOR | Publié le 14/01/2022 à 08:00 | Mis à jour le 14/01/2022 à 08:00
Photo : © Gob.pe - Minsa
Vaccination 5 - 11 ans approvuée au Pérou

Le ministère péruvien de la Santé (Minsa) vient de présenter le protocole de vaccination pour les jeunes de 5 à 11 ans. Les enfants présentant des comorbidités seront les premiers à être vaccinés.

La vaccination de cette tranche d’âge débutera donc officiellement, en commençant par les mineurs qui présentent des comorbidités ou une immunosuppression, puis se poursuivra avec le groupe de 10 à 11 ans, puis de 8 à 9 ans et enfin les enfants de 5 à 7 ans. Il convient de noter qu’au Pérou, les 5 à 11 ans représentent une population d'un peu plus de 4 millions de garçons et de filles.

Selon le protocole, les mineurs qui, au cours des deux dernières semaines, ne présentent pas de symptômes relatifs au Covid-19 et qui n'ont pas eu de contact avec une personne testée positive au coronavirus, peuvent être vaccinés.

Dans le cas des mineurs, âgés de 5 à 11 ans, 11 mois et 29 jours, qui ont eu le Covid-19, ils peuvent être vaccinés en tenant compte de la temporalité suivante : pour les cas bénins qui n'ont pas eu besoin d'oxygène ou d’hospitalisation, ils peuvent être vaccinés 14 jours après leur rétablissement. Pour les cas graves qui ont nécessité de l'oxygène ou une hospitalisation, ils peuvent être vaccinés 90 jours après leur rétablissement.

« Nous appliquerons ce protocole à l'échelle nationale en coordination avec le ministère de l'Éducation (...) il ne reste plus qu'à définir le jour et les lieux de vaccination » a indiqué la directrice des vaccinations du Minsa, Gabriela Jiménez.

 

Pour les 5-11 ans, ce sera le vaccin Comirnaty (10 microgrammes par dose) de Pfizer & BioNTech

Selon des études du laboratoire Pfizer, le vaccin est efficace à 90,7 % pour prévenir le Covid-19 dans ce groupe de population. En ce sens, Minsa souligne que le vaccin réduit la possibilité que les enfants présentent une forme grave de la maladie et évite qu’ils soient des vecteurs de contagion. De plus, il pourra faciliter le retour aux cours en présentiel avec une plus grande sécurité et surtout, il contribuera à stopper la propagation des variants, favorisant un meilleur contrôle de la pandémie en élargissant la couverture de protection.

« Si l'on regarde les derniers cas qui sont signalés dans cette troisième vague, le niveau des infections dans le groupe des 5 à 11 ans est tout aussi important que pour le groupe des 12 à 17 ans » a précisé Jiménez.

Il est à noter que la vaccination n'est pas contre-indiquée chez les enfants allergiques aux aliments, aux animaux, aux insectes, aux allergènes de l'environnement, au latex… qu’elle est volontaire et non obligatoire.

Préalablement à la vaccination, un consentement sera requis par un parent ou tuteur de l’enfant qui devra présenter le document « Expression de consentement éclairé » dûment signé.

 

Différents points de distribution des vaccins

Pour les populations rurales, dispersées ou difficiles d'accès, la vaccination sera programmée pour l'ensemble de la population cible résidant sur ce territoire, quelle que soit sa tranche d'âge.

Minsa a coordonné avec le ministère de l'Éducation (Minedu) la désignation des établissements d'enseignement qui seront les centres de vaccination. Il est prévu une participation active de la communauté éducative (enseignants et parents) en tant qu'animateurs du processus de vaccination au point de vaccination. De même, il a été envisagé d'appliquer le vaccin contre le Covid-19 aux mineurs via des points de vaccination mobiles.

 

35 provinces du pays au niveau d'alerte élevé en raison du variant Omicron

Afin d'étendre la protection de la population contre le nouveau variant de Covid-19, le chef du ministère de la Santé (Minsa), Hernando Cevallos, a signalé qu'à partir du 23 janvier, les personnes de plus de 50 ans doivent présenter leur carnet de vaccination avec les trois doses pour entrer dans les lieux fermés.

Concernant l’état des lieux général de la vaccination au Pérou, le ministre a indiqué qu'à ce jour 5.548.136 personnes ont reçu la dose de rappel, dont 53,3 % appartiennent à la population des plus de 60 ans et ses personnes présentant des comorbidités.

Hernando Cevallos a également précisé que la couverture de la population cible avec la première dose est passée à 88,9% et la couverture avec deux doses est passée à 83,7%.

Au 12 janvier 2022, 2.440.349 cas de Covid-19 ont été confirmés au Pérou. 4.938 patients sont actuellement hospitalisés pour Covid-19, dont 974 sont en soins intensifs avec ventilation mécanique. Le coronavirus a causé la mort de 203.193 personnes dans le pays.

 

guillaume flor

Guillaume FLOR

Responsable de l'Édition Lepetitjournal.com de Lima au Pérou. Diplômé en Sciences de l'Information et de la Communication. Depuis plus de 20 ans hors de France : Mexique, Canada, Equateur, Costa Rica, Colombie, Brésil, Espagne et Pérou.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Lima !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale