Jeudi 21 octobre 2021
TEST: 3752

Le Pérou sera à l’honneur de la 30ème édition du Festival Biarritz Amérique latine

Par Guillaume FLOR | Publié le 07/07/2021 à 08:00 | Mis à jour le 08/07/2021 à 08:57
Photo : © Atelier Mêlé
Le Pérou sera à l’honneur de la 30ème édition du Festival Biarritz Amérique latine

À l’occasion du bicentenaire de l’indépendance du Pérou, qui clôture le cycle des commémorations des indépendances en Amérique latine, le Festival de Biarritz a choisi de lui consacrer son focus 2021.

Pendant sept jours, du 27 septembre au 3 octobre 2021, à travers une sélection de films faite par le festival, le Pérou présentera la richesse de sa culture cinématographique. Le Festival de Biarritz, qui vise à encourager la connaissance et la diffusion du cinéma et des cultures latino-américaines en Europe, souligne concernant le Pérou que :

« D’Armando Robles Godoy à la fin des années 60 à Francisco Lombardi dans les années 80 en passant par le Grupo Chaski, le cinéma péruvien a parfois brillé sur la scène culturelle mondiale, mais de façon sporadique, jusqu’au tournant des années 2000. (…) Depuis une dizaine d’années, la cinématographie péruvienne, stimulée par des politiques publiques volontaristes, traverse une période de grand dynamisme, marquée par un essor de la production régionale et l’éclosion de nombreux jeunes cinéastes. C’est ce bouillonnement dont le festival s’efforcera de rendre compte au fil de sa programmation pluridisciplinaire ».

 

La sélection du Focus Pérou, du 27 septembre au 3 octobre 2021

Nicolas Azalbert, responsable de la programmation cinéma, explique que « Lima n’est pas le Pérou. Si cette assertion semble aller de soi pour les touristes du monde entier, il n’en allait pas de même, jusqu’à peu, pour les cinéastes péruviens. Les compagnies de production et les lieux de postproduction, les équipements de tournage et la majorité des salles de cinéma ont longtemps été concentrés au seul sein de la capitale. Phénomène récent (depuis le milieu des années 90), le « cinéma régional » est venu changer la donne, trouvant, en partie grâce à la démocratisation du numérique, de nouveaux foyers de productions, notamment à Trujillo, Cusco et Arequipa. Ce qui a eu pour effet l’apparition d’une nouvelle représentation cinématographique du pays. On déambulera donc dans Trujillo (version arty dans Entre estos árboles que he inventado, version guerre des gangs dans Casos complejos, version rurale dans Chicama) mais aussi dans l’envers du décor de la ville touristique de Puno dans Manco Cápac ou encore dans les régions andines de Huancavelica et de Junín dans El Viaje macho ».

« A l’appropriation de ces nouveaux espaces géographiques est venue s’ajouter l’appropriation d’un présent que l’époque tragique du Sentier Lumineux a longtemps éclipsé. Il ne s’agit pas pour cette génération, qu’elle vienne des régions ou de la capitale, d’oublier le passé mais d’en filmer les répercussions actuelles (Paraíso, NN), de le mettre en perspective plutôt que de le ressasser (Hugo Blanco, río profundo), seuls moyens pour que l’histoire ne fasse pas du surplace et que la mémoire aille de pair avec la rémission. Rémission des souffrances mais aussi rémission des péchés, tant le besoin de rédemption semble grand. Que ce besoin de rédemption s’adresse au ciel (Rosa Chumbe) ou même au-delà (La Chucha perdida de los Incas), il est lié à l’obsession de la figure paternelle dont l’absence, décelable dans chacun des films programmés, pose forcément question ».

 

focus visuel

Cliquez ici pour en savoir plus sur cette sélection.


Depuis sa première édition en 1992, plus de 20 productions péruviennes, dont des courts, moyens et longs métrages, ont participé aux différentes catégories du Festival, parmi lesquelles on peut retrouver ces dernières années :

  • 2015 : « Magallanes » de Salvador del Solar
  • 2018 : « Retablo » de Álvaro Delgado-Aparicio (Avant-première, hors compétition)
  • 2019 : « Canción sin nombre » de Melina León (Mention spéciale du jury)
  • 2019 : « La Bronca » de Daniel et Diego Vega
  • 2019 : « La búsqueda » de Daniel Lagares et Mariano Agudo
  • 2020 : « El silencio del río » de Francesca Cánepa (Court-métrage)
  • 2020 : « Lina de Lima » de María Paz Gonzáles (Coproduction Chili-Pérou-Argentine – Film inaugural)
     
Le Pérou sera à l’honneur de la 30ème édition du Festival Biarritz Amérique latine

 

guillaume flor

Guillaume FLOR

Responsable de l'Édition Lepetitjournal.com de Lima au Pérou. Diplômé en Sciences de l'Information et de la Communication. Depuis plus de 20 ans hors de France : Mexique, Canada, Equateur, Costa Rica, Colombie, Brésil, Espagne et Pérou.
0 Commentaire (s) Réagir

Vivre à Lima

La peine de mort est-elle vraiment abolie au Pérou ?

Afin de mettre fin aux homicides judiciaires, chaque 10 octobre est organisée la journée mondiale contre la peine de mort, mais qu’en est-il au Pérou ? Est-il possible d'y appliquer la peine capitale