Qui est Rémy Daillet, l'expatrié complotiste qui veut renverser la France ?

Par Capucine Taconet | Publié le 03/11/2021 à 17:46 | Mis à jour le 03/11/2021 à 19:08
Rémy Daillet complotiste_0

L’affaire Mia avait révélé cette figure du complotisme français en avril 2021 : Rémy Daillet. Placé en détention provisoire, l’expatrié a de nouveau été mis en examen le 22 octobre, soupçonné d’avoir préparé des attentats terroristes contre une loge maçonnique, ainsi que d’être à la tête d’un projet de coup d’État.

 

Tantôt décrit comme un « homme charmant », « un fou », ou un « gourou », Rémy Daillet ne cesse de répandre ses thèses complotistes sur internet, sur la franc-maçonnerie, les médias ou encore les services sociaux pour les enfants. Installé en Malaisie depuis quelques années avec sa compagne et ses enfants, Rémy Daillet inquiète autant qu’il intrigue. Mais qui est-il vraiment ?

 

« Opération Azur » ou le putsch contre la République

Fond noir, attitude posée, Rémy Daillet affirme le plus sérieusement du monde : « Je vais renverser le gouvernement de la République, totalement vendu aux puissances d’argent ». Si le message vidéo du complotiste n’est pas nouveau, la menace est belle est bien prise au sérieux par la justice, qui a extrait Rémy Daillet de sa cellule pour le placer en garde à vue. Il est soupçonné d’avoir organisé l’« opération Azur », visant à prendre le contrôle de l’Élysée, de l’Assemblée nationale et du ministère des Armées. L’idée, née à la fin de l’année 2020, était de mener une manifestation de grande ampleur, pour semer la confusion et s’emparer du pouvoir. Rémy Daillet avait pris le soin de s’entourer pour cela de sympathisants partout en France : des militaires, gendarmes, policiers, dont certains encore en activité. Selon la DGSI, ils étaient 300 à préparer ce coup d’État. Le groupe a été démantelé peu après l’affaire Mia.

 

Rémy Daillet et la théorie du « renversement » dans l’affaire Mia

L’une des obsessions de Rémy Daillet est celle du « renversement ». Il s’agit d’une action qui a pour but de rendre les enfants placés à leurs parents. C’est ainsi que le complotiste est devenu le principal instigateur de l’enlèvement de Mia Montemaggi, en avril 2021. Six hommes auraient été impliqués dans le rapt de cette enfant de 8 ans qui vivait chez sa grand-mère. La maman de Mia se plaignait d’une décision injuste de la justice, qui ne lui permettait plus d’aller voir sa fille depuis le mois de janvier. Rémy Daillet a encouragé cinq hommes de sa mouvance à organiser l’enlèvement et il aurait même financé l’action à hauteur de plusieurs milliers d’euros. Mia a été retrouvée avec sa maman, cinq jours après son enlèvement, et un mandat d’arrêt international à l’encontre de Rémy Daillet a aussitôt été publié. Le Français de 55 ans a finalement été arrêté sur le sol français, suite à son expulsion de Malaisie au mois de juin.

 

Du MoDem au coaching d’expatriation, un CV des plus éclectiques

On connaît Rémy Daillet pour ses théories complotistes proches de l’extrême-droite, mais l’on sait moins qu’il a débuté en politique en 2007 au MoDem. Fils du député centriste Jean-Marie Daillet, il prend la tête du MoDem Haute Garonne en 2008. Dans le parti, beaucoup le trouvent « charmant » et « cultivé », mais son côté « tout feu tout flamme » et manipulateur finit par le rendre indésirable. Il est exclu du MoDem en mars 2010, après avoir enregistré à la dérobée une réunion du conseil national. Les années suivantes, Rémy Daillet se reconvertit et crée de nombreux sites internet. Nous le retrouvons en vidéo, donnant des conseils aux blogueurs amateurs qui souhaitent vivre de leur passion. Un de ses sites propose des formations pour les personnes tentées par l’expatriation mais qui n’osent pas franchir le pas. Son meilleur pari reste celui d’ « école à la maison », un site pour inciter les parents à faire l’instruction de leurs enfants eux-mêmes à la maison, en évitant les contrôles de l’éducation nationale. Rémy Daillet est convaincu de l'urgence à retirer les enfants de l'école. « Au bout de 14 256 heures passées dans leur vie à l'école, les enfants sont nécessairement sans qualification​ et commencent le parcours des demandeurs d'aide sociale. C'est un désastre reconnu universellement », écrit-il sur le site.

 

Toutes ces activités banales et inoffensives en apparence, témoignent de la radicalisation progressive de ses thèses. Rémy Daillet, en détention depuis juin dans l'Affaire Mia, pourrait encourir de nouvelles peines pour son projet de putsch de l'État français.

 

Capucine Taconet

Capucine Taconet

Étudiante nantaise expatriée à Paris pour ses études de journalisme. Elle a connu lepetitjournal.com lors d’un échange universitaire à Bogota et rejoint la rédaction internationale en septembre 2021.
1 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

kounchris jeu 04/11/2021 - 04:22

Macron étant arrivé à la présidence suite à un matraquage médiatique qui a trompé les électeurs : c'est un coup d'Etat qui ne dit pas son nom.

Vouloir renverser cet état de fait ce n'est pas un coup d'Etat mais du patriotisme.

Répondre

Soutenez la rédaction Kuala Lumpur !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition internationale