Samedi 15 mai 2021
Kuala Lumpur
Kuala Lumpur

Affaire Mia : l’enlèvement commandité depuis la Malaisie ?

Par Lepetitjournal Kuala Lumpur | Publié le 21/04/2021 à 15:20 | Mis à jour le 22/04/2021 à 10:09
Photo : Photographeur : SEBASTIEN BOZON | Crédit: AFP via Getty Images
Affaire Mia : portrait de la fillette de 8 ans

Un mandat d’arrêt international a été délivré le 20 avril contre Rémy Daillet-Wiedeman, français exilé en Malaisie, soupçonné d’avoir été en contact avec les ravisseurs de la petite Mia, 8 ans, enlevée par trois hommes le 13 avril dernier et retrouvée en Suisse après 5 jours d’errance.

Un enlèvement d’enfant organisé par un réseau complotiste

C’est le scénario rocambolesque et glaçant qui semble se dessiner depuis le début de l’enquête relative au rapt de Mia. La fillette a été enlevée chez sa grand-mère, chez qui elle avait été placée par trois hommes se faisant passer pour des enquêteurs sociaux. Ils auraient agi pour le compte de la mère de l’enfant, Lola Montemaggi, s’estimant injustement séparée de sa fille.

Rémy Daillet, le « gourou » derrière le rapt

Ancien responsable du MoDem en Haute-Garonne, fils d’un ancien parlementaire, fondateur d’un site prônant l’école à domicile et figure complotiste en France, Rémy Daillet, 55 ans, est plus que jamais soupçonné d’être impliqué dans l’enlèvement de Mia.

Son nom a été livré aux enquêteurs pour la première fois par certains participants au cours de leur garde à vue, partageant ses opinions anti-système. Mais quel a exactement été son rôle ? A t-il pu organiser à distance l’enlèvement de la fillette, mené “comme une opération militaire”, selon le procureur de Nancy ?

Selon un communiqué publié mardi par le magistrat, Rémy Daillet apparait comme “l’animateur principal de la mouvance dans le cadre de laquelle s’inscrivent les mis en cause". Il aurait également “fourni les coordonnées de l’accueillante de la mère et de l’enfant à Neuchâtel”. En effet, pendant les cinq jours du périple de Mia jusqu’en Suisse, plusieurs personnes se sont relayées pour épauler la mère et la fille.

Une organisation qui "rend des enfants kidnappés par l’État à leurs parents”

En guise de défense, Remy Daillet a publié une vidéo révoquant l’accusation d’enlèvement puisqu’il “rend des enfants kidnappés par l’État à leurs parents, à leur demande”.

S’opposant aux placements d’enfants depuis longtemps, il s’était déjà fait remarquer dans d’autres affaires, conseillant à des parents de déscolariser leurs enfants placés dans des conditions illégales ou encore de s’enfuir à l’étranger dès la première menace de placement.

Déclarant ouvertement souhaiter organiser un attentat contre la France (dans une vidéo d’octobre dernier), espérons qu’il soit vite appréhendé.

Nous vous recommandons

logofbkl

Lepetitjournal Kuala Lumpur

Lepetitjournal.com est un média francophone en ligne, gratuit et indépendant, présent dans plus de 50 pays. L'édition de Kuala Lumpur a ouvert le 27 mars 2012.
0 Commentaire (s)Réagir