Vendredi 21 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Sea, Sex and Sun....contraception, quelques repères

Par Dr.Elisabeth Blanchi et Dr.Amélie Renaud | Publié le 10/07/2018 à 23:30 | Mis à jour le 10/07/2018 à 23:30
sante/indonesie

Les vacances approchent, avec leur dose d'insouciance et de lâcher prise si bénéfiques…. alors banzaî !! Mais avant, quelques précautions s'imposent ... Au début d'une relation, le soucis de plaire et de ne pas décevoir l'autre peuvent prendre le dessus sur la raison, alors, autant bien se conditionner avant d'être en situation.

 

Pour éviter les infections sexuellement transmissibles : protégez-vous, jusqu'à ce qu'une prise de sang vous confirme que votre partenaire n'est pas porteur de maladie (et ce, 3 mois après le dernier rapport à risque d'infection).  Les parents, si l'envie vous prend de glisser une boîte de préservatifs dans le sac de votre ado, écoutez votre intuition, elle pourra éviter bien des ennuis à votre jeune imprudent.

 

Si la relation dure mais qu'il n'est pas encore temps d'envisager une grossesse : allez discuter avec votre gynéco des différentes méthodes contraceptives (depuis la tranche de citron intravaginale des romaines, la science a bien évolué et vous propose des solutions presque "à la carte"). Entre les moyens hormonaux, mécaniques et naturels, voici de quoi vous y retrouver: 

- les moyens hormonaux sont très nombreux.  

Les plus utilisés contiennent les 2 hormones du cycle, œstrogènes et progestérone, avec un dosage de plus en plus faible pour éviter les effets secondaires : ce sont les minipilules qui existent aussi sous forme de patches ou d’anneau vaginal. 

La progestérone peut être utilisée seule dans la pilule du lendemain, les micropilules, « l’Implanon », petit dispositif sous-cutané inséré dans l’avant-bras à changer tous les 3 ans et le « Depot », injection intramusculaire à répéter tous les 3 mois. Le stérilet peut aussi contenir de la progestérone qui va s’ajouter à son action mécanique. Cette contraception, n’utilisant que la progestérone, provoque souvent une aménorrhée, absence de règles, qui est normale et peut même être un avantage pour les femmes qui voyagent beaucoup ou qui sont anémiées. 

Remarque : on ne doit pas oublier sa pilule : avec les téléphones portables qui vous rappellent à l’ordre ce n’est plus un problème !

Attention, toute contraception hormonale nécessite un contrôle annuel chez le gynécologue : en plus de la visite habituelle et de l’examen des seins, il vérifiera la tension artérielle, le poids, le taux de cholestérol …indispensable avant une nouvelle prescription.

 - les moyens mécaniques 

Le plus utilisé est le préservatif masculin. L’équivalent pour la femme est le diaphragme qui s’utilise pour plus d’efficacité avec un gel spermicide sur les 2 faces du disque. Ce diaphragme existe en différents diamètres évalués par le gynécologue qui le prescrit et enseigne comment l’utiliser. Enfin le stérilet ou dispositif intra-utérin, un petit objet en plastique de 3 cm qui doit être placé à l’intérieur de l’utérus par un gynécologue au cours de la consultation. Il se change tous les 5 ans mais peut être retiré à tout moment si la femme le désire.

- les moyens naturels sont basés sur une bonne connaissance du cycle ovarien menstruel : la méthode Ogino qui calcule le jour de l’ovulation et en conséquence les jours d’abstinence, (méthode ne s’adressant qu’aux femmes ayant des cycles très réguliers de 28-30 jours). La méthode Billings observe la glaire cervicale pour reconnaitre les jours de fertilité. 

(petit rappel : les spermatozoïdes de l’homme restent fécondants pendant 5 jours dans les voies génitales de la femme et l’ovocyte produit à l’ovulation peut être fécondée pendant 48h : la femme est donc fertile environ 7 jours par mois, soit du 10eme au 16eme jour du cycle en comptant à partir du 1er jour des règles.)

Donc vous l'avez compris, une visite chez le gynécologue vous sera très utile si vous voulez profiter sereinement de vos premières relations.

0 Commentaire (s)Réagir