Lundi 18 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Petits conseils pour s’installer à Jakarta par celles qui sont parties

Par Valérie Pivon | Publié le 01/09/2019 à 23:30 | Mis à jour le 01/09/2019 à 23:30
Indonésie Jakarta Installation

Septembre est bien souvent une période d’installation pour les familles expatriées. L’arrivée en Indonésie, loin de nos bases et de nos repères, peut être parfois difficile si l'on n’est pas au minimum préparé. Nous avons demandé à des « anciennes de Jakarta » de partager avec nous les souvenirs de leurs années indonésiennes et de nous donner, avec du recul, quelques conseils pour faciliter l’intégration dans ce nouveau pays d’accueil. Mathilde, Emmanuelle, Brigitte et Lucie se sont prêtées au jeu de l’interview et nous les en remercions. 

Que retenez-vous de vos années en Indonésie ?

Mathilde : Des voyages fabuleux, une communauté soudée, une richesse culturelle intarissable, la gentillesses des indonésiens, la possibilité de faire tant de choses à Jakarta (musées, découvertes, marches, balades, photos …)

Emmanuelle :L’étendue de cet archipel, la diversité de sa culture et de ses paysages à couper le souffle font de l’Indonésie une source de richesse et de découvertes inépuisables. Mais ce qui restera à jamais dans mon cœur, ce sont les rencontres, et les liens que nous avons tissés durant nos 5 années à Jakarta. Le sourire des indonésiens qui est des plus chaleureux et accueillants, tout comme leur capacité et leur volonté à vouloir bien faire, à nous aider dans toutes les situations avec beaucoup de dévouement nous manqueront énormément. 

Brigitte : De très beaux voyages dans l'archipel, une communauté soudée et beaucoup de rires malgré les « difficultés au quotidien », une vie enrichissante sur le plan humain et culturel.

Lucie : Une chaleur épuisante, une circulation folle, un pays immense d’une telle diversité qu’on n’en fera jamais le tour et à la fois une douceur de vivre et une grande liberté. L’Indonésie, c’est le pays des contrastes où la beauté peut se cacher dans les ruelles de Jakarta à quelques mètres des grands boulevards bruyants et pollués. 
 

Quelles ont été les choses les plus marquantes durant votre séjour ?

Mathilde : Le tremblement de terre, la beauté des îles Raja Ampat, la diversité des différentes îles, le sourire de la population malgré la misère et découvrir Borobudur et Prambanan.

Emmanuelle : Le pancasila qui reconnait et tolère une diversité religieuse qui est profondément ancrée dans chaque indonésien. C’est une force et un atout qui mériteraient d’être exportés partout dans le monde. Un syncrétisme religieux qui nous fait parfois perdre nos repères habituels. Mais aussi le trafic imprévisible, bruyant qui se rajoute à la pollution ambiante aussi bien sonore qu’atmosphérique. Plus agréable, les massages qui font partie de la vie quotidienne aussi bien dans la rue que dans les salons. Et bien sûr, les batiks déclinés dans tous les styles, et toutes les couleurs.

Et plus tristement la pollution de l’air et des océans bien visible sous nos yeux a fini de nous convaincre s’il le fallait de l’urgence d’agir pour l’environnement ... pour adopter les bons comportements et connaître les bons plans: le petitjournal et le groupe FB going green in Jakarta ...

Brigitte : Des couleurs, des images, des contrastes magnifiques. Ce mélange permanent  entre la tradition et la modernité. 

Lucie : Le calme et la patience des indonésiens qui aident à supporter la trépidation permanente de Jakarta.
 

Si vous deviez définir l’Indonésie en trois mots ?

Mathilde : Beauté, richesse et diversité.

Emmanuelle : Diversité, sourire et nature 

Brigitte : Surprenante, je t’aime moi non plus et une incroyable diversité 

Lucie : Immensité, chaleur et capharnaüm 


 Si vous ne deviez retenir qu’une seule image de vos années en Indonésie ?

 Mathilde : La beauté de Borobudur au lever du soleil

 Emmanuelle : La jeunesse indonésienne qui est l’avenir du pays.

 Brigitte : Les îles Raja Ampat

Lucie : Le ciel magnifique et menaçant avant une pluie de mousson sur la ville

 

Quels conseils donneriez-vous aux nouveaux arrivants ?

Mathilde: Tout d’abord, s’armer de patience et de persévérance à l’arrivée. Profiter de tout ce qui est  proposé à Jakarta : IHS, Jakarta Accueil, UFE… J’en sais quelque chose car il n’y a rien de tout cela à Luanda ou je vis désormais ! Partir en week-end dès que possible sans attendre d’être installés. Malgré l’immensité de la ville, se dire qu’on peut s’occuper à Jakarta. Et bien sûr lire : le Petitjournal !

Emmanuelle : Découvrir ce pays sans a priori et sans crainte, aller à la rencontre des indonésiens et voyager dans tout l’archipel ! La découverte de la culture et de la richesse de l’Indonésie est largement facilitée avec l’IHS qui restera bien sûr pour moi une des clés de mon intégration dans la communauté d’expatriés mais surtout dans la compréhension de notre pays d’accueil. Faire le don de soi au travers d'associations comme le PER et LP4Y, c'est porter une petite pierre à la construction d'un monde plus juste. 


Un conseil en plus : apprendre le bahasa indonesia est également un réel plaisir et un outil d’intégration et de compréhension !! 

Brigitte : Investissez-vous tout de suite pour comprendre et profiter au plus vite des bons côtés de l’Indonésie, et acceptez l’aide de ceux qui ont l’expérience de Jakarta !

Lucie : soyez patients et surtout tolérants. À Jakarta, la vie peut sembler difficile, mais cette mégalopole réserve bien des surprises qu’il faut savoir mériter. 

 



 

 

 

Nous vous recommandons

Valerie Pivon

Valérie Pivon

Expatriée depuis plus de 20 ans en Asie dont 14 ans en Indonésie, guide au musée national de Jakarta. C'est avec plaisir que je partage avec les lecteurs du Petitjournal.com ma passion pour l'archipel indonésien.
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

TÉLÉTHON

Jonas : "La maladie m'emprisonne, mais je crois au traitement"

Jonas, jeune étudiant de 22 ans, a été diagnostiqué d’une calpaïnopathie à l’âge de 6 ans. Une maladie qui s’est installée progressivement et qui depuis l’adolescence grignote peu à peu ses muscles