TEST: 2263

Thierry Detournay - un chocolatier belge à Java

Par Lucie Pech | Publié le 28/11/2017 à 23:30 | Mis à jour le 13/08/2019 à 06:00
Photo : Thierry Detournay©Lucie.P
chocolat monggo indonésie belgique

Installé depuis 2001 à Yogyakarta Thierry Detournay est le directeur et le fondateur de la société Monggo Chocolate.

 

Rien ne prédestinait Thierry Detournay à devenir chocolatier. Après des études de psychologie il se passionne pour son métier d’éducateur de rue auprès des enfants issus de l’émigration. Pourtant l’envie de voyager le fait quitter sa ville natale de Bruxelles et son métier pour une année sabbatique qui l’entraine sur les routes du Népal, de l’Inde et de l’indonésie. Le billet d’avion étant trop onéreux pour son budget il achètera une moto en Inde et fera le trajet de retour par la route avec un ami.

D'amour et de Chocolat

À peine rentré qu’il ne pense qu’à repartir car l’amour l’appelle en Indonésie et c’est tout naturellement qu’il revient en 2001 à Yogyarta pour retrouver sa petite amie. Il apprend rapidement le bahasa indonésien et s’adapte vite à la vie locale. Il a tout pour être heureux mais une chose lui manque particulièrement : le chocolat. À cette époque on ne trouve que du chocolat local à l’huile de palme. On est bien loin des standards belges. Alors tout d’abord pour son plaisir il recherche les bonnes matières premières et fabrique des truffes qu’il partage avec ses amis qui en raffolent. Il décide alors d’augmenter sa petite production de truffes qu’il complète par des “pets de nonne” enrobés au chocolat et le voilà parti sur un scooter rose qui lui sert de stand de vente. Il se pose selon les jours au marché ouvert de l’UGM , la Gaja Mada University, ou à la sortie de la messe devant l’église pour vendre ses “pets de nonne”. "Bien sûr ce n'est pas la dénomination indonésienne mais je trouvait ça très drôle " explique Thierry qui ne manque pas d'humour. Et ça marche !

Mariage gustatif

Il ouvre rapidement un 1er magasin dans une rue touristique de Yogyakarta mais les attentats de Bali en 2002 l’oblige à le fermer aussitôt. Il tiendra un temps le café du Centre culturel français de Yogyakarta. Ce n’est qu’en 2004 qu’il crée son entreprise dédiée uniquement à la fabrication de chocolat. Entre temps il est allé à Bruxelles se former auprès d’un professionnel et dépose la marque Monggo qui veut dire “je vous en prie” en javanais et qui symbolise à ses yeux la politesse et l’esprit d’accueil qu’il apprécie particulièrement à Java.

Chocolat/Monggo/chocolate/gastronomie
Chocolat Monggo© Lucie.P
 

Les débuts sont difficiles car les Indonésiens ont l’habitude d’un chocolat plus sucré et souvent plus gras. Mais il persiste et adapte ses recettes. Il n’utilise que des produits locaux. Le praliné est ainsi fabriqué avec des noix de cajou. "Je veut croire que le chocolat Monggo symbolise la rencontre de la culture javanaise et de la culture européenne" nous dit-il. Pour cela il imagine des recettes qui allient le chocolat avec le piment, le gingembre ou le randang. Le produit fini est naturellement plus cher que le prix du marché alors il prend son bâton de pèlerin pour démarcher les magasins et faire déguster ses créations. Il explique l’importance des matières premières de qualité. Il faut gagner les clients un par un car le temps presse, sa femme doit accoucher prochainement et il aura bientôt une bouche de plus à nourrir.

Jusqu'au bout de sa passion

Se produit alors une catastrophe qui sera pour lui un nouveau départ.

Le 27 mai 2006 à l’aube un séisme d’une magnitude de 6,2 ravage la région de Yogyakarta détruisant plus de 100.000 habitations et tuant presque 6.000 personnes. Sa maison est entièrement détruite mais une poutre bloquée au dessus de son lit le sauvera lui et sa femme. C’est un vrai miracle, il devient la curiosité des télévision locales qui ne se lassent plus de raconter l’histoire du chocolatier survivant.

Ce tapage médiatique lui apporte une publicité inattendue et l’arrivée de sa fille un courage décuplé. Il repart à zéro et construit sa nouvelle usine. Aujourd’hui il dirige 160 personnes dont 60 travaillent dans l’usine de fabrication à Yogyakarta.

Les chocolats Monggo sont vendus dans 6 magasins à Yogyakarta et dans de très nombreux  supermarchés à Jakarta, Bali, Bandung, Surabaya, Semarang…

On pourrait presque croire qu’il s’agit d’un conte de Noël !

Sur le même sujet
Lucie pech

Lucie Pech

De Casablanca à Jakarta en passant par Alger, Istanbul, Phnom Penh, Colombo ou Nairobi, l’expatriation est ma 2e nature. Passionnée de voyages et de rencontres. J'aime partager mes découvertes sur notre gigantesque et trépidante ville de Jakarta
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale