Mardi 14 juillet 2020

Nos conseillers consulaires, leurs rôles et leurs missions

Par Valérie Pivon | Publié le 20/01/2020 à 22:20 | Mis à jour le 08/05/2020 à 08:53
Photo : J.Luçon, H.Le Touzey, AP.Mignon
conseiller consulaire Indonésie

Hélène Le Touzey, Jacques Luçon et Alain-Pierre Mignon sont les conseillers consulaires en Indonésie. Leur mandat se termine fin mai, lepetitjournal.com de Jakarta est allé à leur rencontre afin de mieux connaitre leurs rôles, leurs implications et leurs actions au sein de la communauté française de l’archipel.

 

Qu’est-ce qu’un conseiller consulaire ?

 

Le conseiller consulaire est un élu de proximité des Français de l’étranger, c’est donc un élu local. Sa première mission est de représenter les Français résidant hors de France auprès des ambassades et des consulats. Il y a aujourd’hui 443 conseillers consulaires élus dans 130 circonscriptions, leur nombre par pays dépend du nombre de Français inscrits au registre consulaire. Ils sont élus au suffrage universel direct tous les six ans.

 

Le rôle des ces conseillers est d’être à l’écoute de leurs concitoyens, de leur apporter une aide si nécessaire, de les guider dans leurs démarches et de les représenter auprès de l’Ambassade et du Consulat. Ils participent aux différentes décisions en donnant leurs avis ou recommandations lors des commissions de bourses scolaires, des allocations d’aides sociales, des subventions des associations…Il sont aussi membres au comité d’établissement des Lycées Français de Jakarta et Bali. Ils ont également en Indonésie un rôle important lors des catastrophes naturelles qui malheureusement sont nombreuses, ils mettent leurs contacts, leurs réseaux, leurs compétences et leurs temps à disposition afin d’apporter une aide à nos compatriotes. Ils sont également “grand électeur" et participent à l’élection des Sénateurs ou Sénatrices des Français de l’étranger.

 

Leurs rôles, implications et actions au sein de la communauté française en Indonésie

 

Hélène Le Touzey, Jacques Luçon et Alain-Pierre Mignon nous expliquent être soit contactés directement par des Français qui souhaitent évoquer leurs préoccupations, soit consultés par l’Ambassade ou le Consulat. De part leurs connaissances du pays, leurs contacts, leurs métiers et leurs sensibilités, notre trio a trouvé une organisation dans la gestion de leur mandat et se sont repartis les dossiers, “même si tout n’est pas compartimenté non plus” nous expliquent-ils. Hélène Le Touzey s’occupe de l’aspect social : “Je rencontre les familles dans le besoin, j’ai eu à m’occuper par exemple de personnes retraitées qui se retrouvent sans revenu ou bien encore à aider lors du décès d’un conjoint, m’occuper de la scolarisation d’enfants, remplir des documents administratifs, faire des traductions…Je visite aussi régulièrement nos prisonniers. ” Jacques Luçon nous explique : “répondre aussi à toutes questions de nos compatriotes résidants en Indonésie, je reçois aussi de nombreux mails de personnes intéressées par le pays. De part mon travail chez International SOS, je suis souvent contacté par le Consulat pour m’occuper d’urgences médicales, de problèmes de santé, d’accès à des médicaments, d’ordonnances…et trouver les solutions adéquates”. Alain-Pierre Mignon, de part son métier d’entrepreneur, explique : “ je m’occupe plus de l’aspect développement et commercial de nos entreprises tout en répondant aussi à toutes les questions et sollicitations que je reçois.”

 

90 conseillers consulaires siègent à l’Assemblée des Français de l’étranger qui se réunit deux fois par an à Paris, Alain-Pierre Mignon est un de ces élus. Cette assemblée est divisée en commission, notre conseiller siège à celle du commerce extérieur, “Je rencontre régulièrement  des entrepreneurs intéressés par l’Indonésie lors de mes passages à Paris. Faire entendre la voix des Français installés hors de l’hexagone fait partie de mes attributions, je rencontre lors des ces assemblées les députés et sénateurs et porte le débat sur les préoccupations de nos concitoyens qui ne sont pas toujours bien perçues en France.”

 

Un fond de soutien aux français résidant en Indonésie a été mis en place en 2017, il répond à des situations d’urgence et ponctuelles auxquelles font face certains des résidents. Alain-Pierre, à l’initiative de ce comité, nous explique : « Un procédure rapide a été mise en place ; un dossier est constitué par les services consulaires, nous pouvons le consulter rapidement et répondre ainsi à la demande ». Les conseillers ont également organisé durant l’année 2019 le grand débat à Jakarta et à Bali.

 

Les atouts pour être un conseiller consulaire 

 

À la question : quels sont les atouts pour être conseiller consulaire ? Unanimement nos conseillers répondent « être disponible car nous sommes contactés 24h sur 24h, connaître le pays, parler l’indonésien et tout simplement avoir envie d’aider. Le travail de conseiller est un travail quotidien, il faut être à l’écoute, savoir répondre aux problèmes en tout genre et savoir s’appuyer sur les personnes compétentes ». Ils tiennent à souligner que “des bonnes relations avec l’Ambassade et le Consulat sont importantes, notre travail trouve ainsi toute son utilité et son importance.”

 

Les Prochaines élections consulaires sont reportées

Prévues le 17 mai, ces élections sont reportées.

Le vote électronique a été validé pour cette élection, deux bureaux de vote seront également ouverts l'un à Jakarta et l'autre à Bali.

Pour en savoir plus

Si vous souhaitez en savoir plus sur nos représentants, vous pouvez consulter cette page,  vous y trouverez les contacts de nos conseillers. 

 

Nous vous recommandons

Valerie Pivon

Valérie Pivon

Expatriée depuis plus de 20 ans en Asie dont 14 ans en Indonésie, guide au musée national de Jakarta. C'est avec plaisir que je partage avec les lecteurs du Petitjournal.com ma passion pour l'archipel indonésien.
0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

Infos pratiques

Immigration : nouvelles règles, ce qu'il faut savoir

La période d’état d’urgence sanitaire prend fin en Indonésie; à compter du 13 juillet les services de l'immigration accordent une période de 30 jours pour se mettre en règle avec la législation locale

Communauté

PORTRAIT D'ENTREPRENEUR

Alex Duchemin : «Wiwi shoes, des chaussures avec un supplément d’âme»

Alexandre Duchemin a lancé Wiwi shoes : vendre des chaussures éthiques et écologiques dans le monde tout en aidant localement en reversant une partie des bénéfices à un village Asmat en Papouasie.

Expat Mag

Un 14 juillet 2020 virtuel mais tout aussi festif

Chaque 14 juillet, jour de fête nationale française, les expatriés se retrouvent autour d’événements festifs pour célébrer l'union des Français. Comment sera célébrée la tradition cette année ?