TEST: 2263

LOUVRE - A la recherche des oeuvres d'art islamique

Par Lepetitjournal Jakarta | Publié le 29/01/2017 à 21:00 | Mis à jour le 30/01/2017 à 03:15

 

 

A la tête de 3000 ?uvres, 14 000 objets, 1000 ans d'histoire qui couvre 3 continents de l'Espagne à l'Inde, Yannick Lintz est directrice du Département des Arts Islamiques au Musée du Louvre. Et la voici en Indonésie pour un voyage d'études d'une semaine. De conférences en rencontres, de visites de musées en réunions de travail, la semaine de Yannick Lintz est bien chargée, elle a néanmoins trouvé le temps de nous consacrer une heure pour expliquer les raisons de sa venue en Indonésie, une première pour elle.

Yannick Lintz met les choses au point d'emblée, « l'art islamique est une notion européenne utilisée par les historiens de l'art dès la fin du XIXème siècle mais dans laquelle les Egyptiens ou encore les Iraniens ou les Indiens ne se reconnaissent pas». C'est donc une construction de l'esprit qui regroupe en réalité beaucoup de choses : de l'art religieux bien entendu mais pas uniquement, il y a également les arts décoratifs, l'architecture, etc.

Alors que les collections des musées consacrés à l'art islamique et du Louvre en particulier s'arrêtent aux frontières de l'Inde, les conservateurs commencent à s'intéresser à l'art islamique en Chine et en Asie du Sud-Est. Yannick Lintz, tel un détective, arpente donc les musées, questionne, cherche les collectionneurs privés, pour découvrir et commencer à analyser la présence d'un art islamique en Indonésie, plus grand pays musulman au monde où la présence de l'Islam remonte au XIIème siècle et s'est installé au XIVème siècle.

Le parcours n'est pas fléché et pour l'instant les recherches de Mme Lintz la conduisent à penser que la plupart des pièces ont disparu, détruites par le temps, le climat ou emportées par les Hollandais. Il reste néanmoins les « regalia », les trésors des sultans dont la religion officielle est l'Islam depuis le XVIème siècle.

L'art islamique est le résultat bien souvent d'un syncrétisme  entre la religion et la culture locale, comme ce minbar repéré dans l'ancien palais du gouverneur à Batavia. « J'aimerai pouvoir présenter cet islam ?exotique' au Louvre car il contribue à la variété de la civilisation islamique » commente Yannick Lintz. Mais si une exposition a eu lieu à Melbourne il y a 10 ans sur l'art islamique en Asie du Sud-Est (Indonésie et Malaisie), il reste encore un long travail de prospection à faire pour reconstituer les pièces du puzzle.

Un musée des arts islamiques à Jakarta ?

La visite de Yannick Lintz avait également un but diplomatique, celui de rencontrer une délégation du Centre Islamique de Jakarta qui était elle-même venue au Louvre en 2015. Le Centre Islamique de Jakarta est situé dans un ancien quartier de prostitution tout au nord de Jakarta et le projet politique du Gouvernorat est de transformer ce quartier pour en faire un lieu de rayonnement de la culture islamique. Yannick Lintz a donc rencontré les responsables d'un projet de musée des arts islamiques. Mais si le lieu est identifié, le bâtiment existant, il reste beaucoup de travail et de chemin pour définir le contenu du musée et « l'histoire à raconter, car un musée c'est avant tout une histoire » précise Yannick Lintz. Pas de projet de coopération plus poussée pour l'instant donc entre le Musée du Louvre, grandement sollicité de toute part, et un éventuel futur musée islamique à Jakarta.

Amélie Heim (www.lepetitjournal.com/jakarta) lundi 30 janvier 2017

Crédit photo : Florence Brochoire

lepetitjournal.com jakarta

Lepetitjournal Jakarta

L'édition de Jakarta de Lepetitjournal.com, Le média des Français, des francophones et des francophiles à l'étranger.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale