Mardi 18 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Alodokter - La startup prometteuse du Français Nathanael Faibis

Par Lucie Pech | Publié le 10/12/2017 à 23:15 | Mis à jour le 27/12/2017 à 13:30
Photo : Nathanael Faibis
Alodokter Jakarta expatriation Nathanael Faibis expatrié Indonésie startup

Installé à Jakarta depuis plus de 5 ans Nathanael Faibis a fondé en 2014 le site Alodokter dédié à la santé. Après seulement 3 ans d’activité il emploie plus d'une centaine de personnes et vient de lever 9 millions de dollars auprès de SoftBank Venture Korea pour accélérer le développement de sa startup prometteuse. Le magazine Forbes ne s'y était pas trompé lorsqu'il avait mentionné en 2015 Alodokter comme l'une des 20 startup à suivre dans le monde.

Jeune diplômé de l’ESSEC, comment et pourquoi êtes-vous venu vous installer en Indonésie ?

J’ai eu la chance de participer au lancement de la société de vente en ligne Lazada qui fait partie du groupe allemand Rocket Internet GmbH tout d’abord au Vietnam puis en Indonésie. Je me suis ensuite dirigé dans le domaine médical en intégrant l’entreprise Sanisphere, spécialisée en études de marché pharmaceutique. C’est au cours de cette expérience que j’ai compris qu’il existait un réel besoin en Asie du Sud-Est dans le domaine du service médical en ligne. 

Comment expliquez-vous que 14 millions d’internautes se connectent chaque mois sur votre site Alodokter ?

Nous proposons sur notre site une information en ligne simple et fiable sur les maladies, les médicaments, le bien-être et la famille. Notre mission est d’apporter les bonnes informations pour aider les visiteurs à prendre les bonnes décisions. Nous avons également créé une application il y a 18 mois téléchargée par 1 million d’utilisateurs. Certaines personnes redoutent d’aller chez le médecin à cause du coût ou simplement du temps perdu et préfèrent donc dans un premier temps chatter en direct avec des médecins qui leur apportent gratuitement des conseils sans aucun but commercial. En effet nous ne faisons ni diagnostique ni prescription. Notre système comportent de nombreux avantages par rapport à une consultation traditionnelle. Il dédramatise le rapport avec le médecin, le patient est moins émotif que lorsqu’il consulte physiquement. Il peut prendre le temps de poser ses questions et conserver l’historique de ses échanges. De même le médecin a accès rapidement à un grand nombre de données grâce à l’intelligence artificielle alors qu’il n’a pas le loisir de faire des recherches en ligne souvent trop longues lors de consultations en cabinet. Ceci explique l’engouement pour Alodokter qui enregistrent une moyenne de 250.000 chats par mois.

Quelles sont les garanties que votre information est fiable et d’actualité ?

Les conseils sont prodigués par 350 médecins qui travaillent en free-lance pour nous. Chaque article mis en ligne est rédigé par nos journalistes médicaux et contrôlé par l’un de nos 12 médecins employés par Alodokter. 

Vous venez de réaliser une levée de fonds de 9 millions de dollars. Quels sont les axes de développement de votre société ?

Notre mission initiale était de sensibiliser et d’éduquer nous voulons à présent aider les utilisateurs à mieux gérer leur santé en créant un écosystème complet qui permette à chaque utilisateur de nos services de chatter avec un médecin, de gérer ses données médicales et de trouver le médecin, le spécialiste ou l’établissement hospitalier qui répondra au mieux à ses besoins grâce à une application tout en un. Notre développement passe aussi par l’ouverture d’un site identique en Thaïlande qui est déjà très prometteur avec 1,5 millions d’utilisateurs par mois après seulement 10 mois d’existence. 

Enfin, est-ce un atout ou un inconvénient d’être un Français pour entreprendre en Indonésie ? 

L’inconvénient majeur est le décalage avec la culture locale. Heureusement j’ai la chance d’avoir une épouse indonésienne qui m’aide souvent à mieux comprendre mon pays d’adoption. Sinon je pense qu’il n’y a que des avantages à entreprendre loin de la France. Je n’ai aucun apriori sur le marché indonésien et je prend donc toutes mes décisions en fonctions des données en cela je ne me laisse pas envahir par des appréhensions ou des idées reçues. Enfin loin du regard des siens on a moins peur de prendre des risques et de se montrer ambitieux. L’éloignement limite l’inhibition 

Nous vous recommandons

Lucie pech

Lucie Pech

De Casablanca à Jakarta en passant par Alger, Istanbul, Phnom Penh, Colombo ou Nairobi, l’expatriation est ma 2e nature. Passionnée de voyages et de rencontres. J'aime partager mes découvertes sur notre gigantesque et trépidante ville de Jakarta
0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet