Samedi 24 août 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Un nouveau record pour un tableau de l’artiste indonésien Raden Saleh?

Par Valérie Pivon | Publié le 23/01/2019 à 23:30 | Mis à jour le 23/01/2019 à 23:30
Photo : Tableau du peintre indonésien Raden Saleh
Raden Saleh vente tableau enchère France Indonesie

Il y a tout juste un an, lepetitjournal.com vous faisait part de l’histoire folle d’un tableau découvert dans un grenier en Bretagne du peintre indonésien Raden Saleh. La vente aux enchères de ce tableau avait atteint le record de 7 millions d’euros. En ce début  d’année, c’est un nouveau tableau du peintre qui est mis en vente, il s’agit d’un portrait présumé du romancier et poète russe Alexandre Sergueïevitch Pouhkine.

Raden Saleh est sans doute le plus grand peintre indonésien du XIXe siècle. Une rétrospective avait été organisée à la Galerie Nationale à Jakarta en 2012. Il fut également à l’honneur à la Galerie Nationale de Singapour en 2018. Suite à la vente record de ce tableau en 2018 appelé « chasse au taureau sauvage »,  deux autres tableaux de l’artiste ont été vendus dans l’année : une marine en Hollande échangée pour un montant de 700.000 euros et un paysage pour 2 millions d’euros à Hong-Kong. 

Un autre tableau de provenance européenne

Cette fois-ci, Maitre Ruellan, commissaire-priseur à Vannes en charge des premières ventes, a été contacté par une famille européenne basée à Athènes dont la mère est indonésienne. La famille possède un tableau de l’artiste depuis le début du XXe siècle. La provenance est connue, l’expertise confirme la signature.

Daté de 1841, ce portrait présumé du romancier Pouckine est très certainement une représentation posthume de l’écrivain russe. Le tableau a été réalisé quatre ans après le décès de celui-ci. L’auteur et le peintre ne se sont jamais rencontrés, Raden Saleh se serait inspiré de gravure.

Pour Maitre Ruellan,  « ce portrait s’inscrit dans les thèmes traités par Raden Saleh et il est estimé entre 60.000 et 80.000 euros. » La vente aura lieu le 26 janvier à Vannes.

Des collectionneurs indonésiens sur les rangs 

« La chasse au taureau sauvage » a été acquise par un collectionneur indonésien, elle n’a pour le moment pas été exposée au public. Maitre Ruellan, lors de son dernier passage à Singapour, a pu rencontrer des collectionneurs indonésiens et musées qui seraient intéressés par l'achat de ce portrait de Pouckine.

Bibliographie Raden Saleh - peintre indonésien francophile

Le peintre Raden Saleh Indonésie
Le peintre Raden Saleh

Très jeune, Raden Saleh montre des dispositions pour la peinture. Fils d’un notable de Semarang, il est envoyé à Bogor pour étudier la peinture auprès du peintre Belge Antoine Payen. Puis, en 1829, remarqué par le gouvernement hollandais en place, il part se perfectionner aux Pays-Bas. Il y restera 10 ans. Après avoir voyagé à travers l’Europe, il s’installe à Paris dans l’atelier d’Horace Vernet. De retour en Indonésie en 1851, auréolé de son titre de peintre officiel auprès de la cour des Pays-Bas, il est très apprécié en tant que portraitiste auprès des marchands de la Compagnie des Indes Néerlandaise, tout comme des officiels ainsi que de la communauté javanaise et chinoise. Il continue néanmoins de peindre des scènes de chasse, mais également des scènes historiques comme son tableau représentant l’arrestation du prince Diponogoro en 1830 qui est une des ses œuvres majeures. Ce tableau à forte valeur symbolique est aujourd’hui exposé au palais présidentiel de Jakarta.

Il offrit deux tableaux à Napoléon III en remerciement de l’accueil qu’il reçut en France. Ces toiles malheureusement disparurent dans l’incendie du palais en 1871. 

Raden Saleh ayant séjourné en France quelques années, on retrouve régulièrement quelques-unes de ses toiles. 

 

Plus d’infos : ruellan.cpriseur@orange.fr

 

 

Nous vous recommandons

thumbnail

Valérie Pivon

Expatriée depuis plus de 20 ans en Asie dont 14 ans en Indonésie, guide au musée national de Jakarta. C'est avec plaisir que je partage avec les lecteurs du Petitjournal.com ma passion pour l'Indonésie.
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

ENVIRONNEMENT

Amazonie, le poumon vert de rage

Depuis plusieurs semaines, les incendies ravagent la forêt amazonienne dont 60% se trouvent sur le territoire brésilien. Lundi dernier, Sao Paulo se trouve plongée dans le noir en plein jour