Vendredi 19 juillet 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Je ne suis pas un sac en plastique !

Par Valérie Pivon | Publié le 02/07/2018 à 23:30 | Mis à jour le 02/07/2018 à 23:30
sac_manioc/jakarta/pollution/indonesie

Aujourd’hui mardi 3 juillet célèbre la journée internationale sans sac plastique. Une gageure en Indonésie ! Après la Chine, l’Indonésie est le deuxième pays qui rejette le plus de plastique dans les océans. Des cris d’alarmes sont lancés, comme au dernier forum de Davos où les experts ont déclaré que d’ici 2050 les océans contiendront plus de matières plastiqueque de poissons si aucune action n’est menée. A Bali, une jeune Start-up s’est lancée dans la fabrication de sac biodégradable à base de manioc. 

Kevin Kumala est à l’initiative de ce projet. Un beau matin ce plongeur et surfeur décide de réagir face aux quantités de plastique que l’on trouve au fond des mers de Bali. Biologiste de formation, après des essais et recherchesson choix se porte sur le manioc, un produit que l’on trouve en grande quantité en Indonésie. Ces sacs sont fait à base de l’amidon de cet tubercule, ils sont biodégradables en 6 moisse dissolvent à l’eau chaude et ne sont dangereux ni pour l’homme ni les animaux. Ils peuvent aussi être intégréau compost.

En 2014Kevin fonde Avani Eco à Bali et ouvre une usine à Java. La jeune start-up compte aujourd’hui 50 employés et a ouvert une antenne à Jakarta. Ces sacs au message clair  « je ne suis pas en plastique » sont commercialisés à Bali, Jakarta et à l’étranger. Trois tonnes de sacs sont produites par jour. Les commandes venant de chaînes de magasins ou de groupes hôteliers.

Son coût est encore élevé. 1500 Rp par sac reste dissuasif pour une grande majorité de la population mais l’idée fait son chemin. En 2016, le gouvernement avait demandé à ce que les sacs ne soient plus distribués gratuitement, une initiative qui n’a duré que quelques mois… Avani Eco ne reçoit pour le moment aucune aide du gouvernement, néanmoins le projet se développe. Un travail de sensibilisation est fait par l’équipe marketing et des partenariats sont en négociation avec de grands noms de l’alimentaire.  Pour Kevin Kumala «L’ Asie se noie dans un océan de plastique » il n’a de cesse de faire passer le message en Indonésie mais aussi à l’étranger où il se rend régulièrement pour présenter son projet mais aussi pour trouver des fonds.

Aninditas en charge du marketing de la société nous explique : « il va falloir beaucoup de temps pour changer les habitudes en Indonésie, une des possibilités est de remplacer les sacs en plastique par des sacs à base de manioc. Mais cela doit s’accompagner de message et d’information sur la surconsommation d’emballage et la gestion des déchets. D’ailleurs notre slogan est réduire, réutiliser et remplacer.»

Avant/produitbiodegradable/indonesie

Avani Eco s’intéresse aussi à d’autres produits recyclables comme les gobelets, les lunch-box et les ponchos de pluie fabriqués à base de canne à sucre, de soja et de graines de tournesols.

Cette démarche mérite d’être soutenue, les petits pas d’aujourd’hui font les grands changements de demain.

 

Vous pouvez vous procurer les sacs  (2l, 5l et 30l)sur Avani Eco ou sur le site de vente en ligne Blibli. 

 

thumbnail

Valérie Pivon

Expatriée depuis plus de 20 ans en Asie dont 14 ans en Indonésie, guide au musée national de Jakarta. C'est avec plaisir que je partage avec les lecteurs du Petitjournal.com ma passion pour l'Indonésie.
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Les plus belles plages de France

L’Hexagone regorge de véritables trésors, parfois ignorés ou inconnus de ses habitants. Nous vous proposons une compilation des plus belles plages de France.