Mercredi 13 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

En attendant les jeux – Football : un blason à redorer

Par Joël Bronner | Publié le 02/11/2017 à 23:30 | Mis à jour le 08/11/2019 à 11:57
Photo : © Joël Bronner
Asian games Foot Indonésie

L’été prochain, du 18 août au 2 septembre, l’Indonésie accueillera les 18e Jeux asiatiques entre Jakarta et Palembang, dans le sud de Sumatra. 40 disciplines sportives, dont le football, seront au programme.

Ces dernières années, le football indonésien a connu des heures délicates. Des déboires notamment illustrés par la suspension des ‘rouges et blancs’ de l’équipe nationale par la FIFA (la Fédération internationale de football) en raison d’accusations d’ingérence de l’État. Une fois la situation assainie, cette mise au ban des compétitions internationales a finalement été levée un an plus tard, en 2016.

Un épilogue dont se réjouissent en particulier les afficionados de la Liga 1, la dernière mouture du championnat d’élite indonésien. Si ce dernier a changé d’appellation à plusieurs reprises au cours de la dernière décennie, il porte aujourd’hui le nom complet, sponsors compris, de ‘Go-Jek Traveloka Liga 1’.

Pour l’anecdote, faute d’hiver rigoureux, les fans de cette Liga 1 sont sans doute parmi les seuls Indonésiens que vous aurez l’occasion de voir déambuler les jours de match équipés d’une écharpe. Même si, adaptation climatique oblige, ils sont nombreux à la porter à la taille plutôt qu’autour du cou.

© Joël Bronner
© Joël Bronner 

Ambiance de fête à Bekasi

Pour prendre le pouls de l’ambiance à venir lors des Jeux asiatiques l’été prochain, rien de tel en tout cas que de se mêler à la foule rouge-orangée des supporters de l’équipe de la capitale, le Persija Jakarta. Majoritairement composés d’adolescents et de jeunes adultes, ils se rendent au stade un week-end sur deux, pour soutenir le club de leur cœur et entonner des « Per-per-per-si-si-si-ja-ja-ja » enthousiastes.

Dans l’enceinte du ‘Patriot Candrabaga’ de Bekasi, qui accueille les matches de Jakarta, l’atmosphère est à la fête. Ce jour-là, le Persija l’emporte en effet 5-0 sur son adversaire, qui ne parvient pas à faire plus que de la figuration. Aux anges, le public juvénile exulte, tandis que les écharpes virevoltent dans les tribunes.

Entouré d’une dizaine de copains aussi enthousiastes que lui, Ilham, 19 ans, fait partie des supporters de la capitale baptisés les ‘Jakmanias’. Cette saison, il n’a pas manqué un seul match à domicile de son club de cœur. À la mi-temps, il nous livre son point de vue sur l’équipe d’Indonésie.

Espoirs autour de l’équipe des jeunes

« Pour être honnête, je ne m’intéresse pas beaucoup à la sélection nationale parce qu’elle n’a jamais obtenu de très bons résultats, comme pour les matches de qualification pour la Coupe du monde. Le niveau n’est pas assez bon. Mais ça va peut-être enfin changer, parce que l’équipe des jeunes est bien meilleure ! Là par exemple, ils se sont très bien débrouillés en Malaisie. »

Cet été, l’équipe indonésienne des moins de 22 ans a en effet décroché la 3e place, synonyme de médaille de bronze lors des Jeux d’Asie du sud-est à Kuala Lumpur. Et c’est cette même équipe qui sera à l’affiche des Jeux asiatiques l’été prochain. Le compte à rebours est désormais lancé, charge désormais à cette nouvelle génération de continuer à redorer le blason du football indonésien. Ilham et les ‘Jakmanias’, entre autres, n’attendent que ça.

Nous vous recommandons

Joël Bronner

Joël Bronner

Après Islamabad puis Kaboul, Jakarta est la 3e ville où j’expérimente l’expatriation. Au paradis du macet, je suis notamment le correspondant de Radio France Internationale (RFI)
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Chennai Appercu
FAITS DIVERS

Un jeune couple assassiné pour s’être aimé entre castes

L’histoire fait froid dans le dos. Un jeune couple est décédé la semaine dernière des suites d’une lapidation. Leur péché ? S’être aimés entre castes. Comment est-ce possible encore aujourd"hui ?