Vendredi 21 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Yayoi Kusama - Des pois, des petits pois toujours des petits pois

Par Valérie Pivon | Publié le 31/07/2018 à 23:30 | Mis à jour le 31/07/2018 à 23:30
Photo : @Veronique O
exposition_YayoiKusama/Museemacan/Jakarta/Indonesie

L’exposition Yayoi Kusama au Musée Macan est sans aucun doute l’évènement de l’année à Jakarta dans le domaine culturel. Depuis son ouverture le lieu ne désemplit pas, les réseaux sociaux se font échos de l’artiste japonaise. Des pois, des filets, des chambres à miroirs, des courges qui sont la signature de l’artiste contemporaine de 89 ans sont à découvrir jusqu’au 9 septembre. 

Mais qui est Yayoi ?

YayoiKusama/expositionmuseumMacan/Jakarta
Yayoi Kunama - Life is the Heart of a Rainbow

Au début il y eut des hallucinations. Yayoi a 10 ans lorsqu’elle perçoit un univers différent « un jour les motifs de la nappe, des fleurettes rouges se sont mis à bouger, au plafond sur les murs, les vitres. Toute la pièce, tout mon corps en étaient pleins.» De ses premières hallucinations Yayoi s’en nourrit dans son travail. En 1957, elle part vivre aux États-Unis. À cette période, un vent de liberté souffle dans le domaine de la création. Elle est fascinée par la capacité des médias à faire circuler les idées et les informations. Elle joue de son image et invite chaque fois la presse lors de ses performances comme lorsqu’elle expose des corps peints nus dans les rues. Lors de la biennale de Venise en 1966, elle installe sans y avoir été invitée 1500 boules argentées devant le pavillon italien. Petit clin d’œil, elle sera invitée officiellement en 1993 pour représenter le Japon. Yayoi a su capter les courants bien avant le reste du monde. Les réseaux sociaux de l’époque, la communication tout cela elle a su l’utiliser à son avantage. Elle pourrait donner des cours en communication dans les plus grandes universités !

Fatiguée mentalement elle rentre au Japon en 1973, elle ne reconnaît pas son pays, elle n’est plus personne, elle demande à se faire interner dans un hôpital psychiatrique à Tokyo. Elle dispose d’un atelier en face de l’hôpital où elle y travaille quotidiennement avec des assistants.

Un petit avant goût de l’exposition

Dans le cadre du tout nouveau musée Macan, les 130 œuvres de l’artiste ont trouvé leur place. Dès ses premiers pas dans l’exposition le visiteur est baigné dans l’univers psychédélique de Yayoi, de la couleur, des pois, des courges… Le summun de la visite, les chambres à miroirs ! Dans la tradition japonaise le miroir est symbole de lumière et sagesse, l’artiste les utilise depuis 50 ans dans son travail. C’est une invitation à la réflexion sur soi, les miroirs réfléchissent non seulement le visage mais aussi l’âme de celui qui regarde… Yayoi sans doute la plus grande artiste contemporaine a voulu faire entrer le visiteur dans son œuvre, une surprise vous attend au deuxième étage du musée.

« Yayoi Kusama : Life is the Heart of a Rainbow » est l’exposition à ne rater sous aucun prétexte. Petits et grands y trouveront chacun quelque chose et ressortiront de ces deux heures passées en compagnie de l’artiste avec des pois plein la tête.

Les tickets sont à acheter en ligne sur le site du musée cliquer ici.

Les visites sont organisées par plage de deux heures.

Ticket - adulte : 100.000 Rp- étudiant: 90.000 RP et enfants (moins de 12 ans) 80.000 Rp.

thumbnail

Valérie Pivon

Expatriée depuis plus de 20 ans en Asie dont 12 ans en Indonésie, guide au musée national de Jakarta. C'est avec plaisir que je partage avec les lecteurs du Petitjournal ma passion pour l'Indonésie.
0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet