Vendredi 18 septembre 2020

EN PARTENARIAT AVEC “TURCS DE FRANCE” – Pelin Yıldız : “J’ai voulu casser les préjugés sur Istanbul”

Par Lepetitjournal Istanbul | Publié le 14/01/2014 à 23:03 | Mis à jour le 15/01/2014 à 09:16

Pelin Y?ld?z, dit ?Pelmaaa?, a 25 ans. Ex-Parisienne d'origine turque, elle a été subjuguée par Istanbul le temps d'un voyage touristique. Il y a deux ans, elle a décidé de s'y installer mais pas que... Loin de s'imaginer que son amour pour la ville aux deux rives l'aurait un jour ramené vers son pays d'origine, elle ne se voit pas, pour l'instant, vivre ailleurs. Ses débuts en tant que Stambouliote n'ont pas toujours été faciles. Alors, pour guider touristes, voyageurs, et futurs habitants, elle a décidé de leur offrir ses conseils. Voilà comment est né ?Le Blog d'Istanbul?. Le temps d'une interview, lepetitjournal.com d'Istanbul revient sur le parcours atypique de cette Française en terre (presque) inconnue, qu'elle s'est rapidement attelée à dompter pour se faire le guide de ses hôtes.

Lepetitjournal.com d'Istanbul : Comment avez-vous atterri à Istanbul ? Quel était votre rapport à la Turquie ?

Pelin Y?ld?z : Mes parents étant nés en Turquie, à Izmir, j'avais l'habitude de m'y rendre pour les vacances. Mais cela n'excédait jamais deux semaines. La première fois que je suis venue à Istanbul, c'était en 2009. J'avais des préjugés sur la ville, je ne la connaissais pas réellement, mais quand je suis arrivée, je me suis dit ?Waouh, c'est ça Istanbul ! C'est ici que je veux vivre.? Istanbul avait toujours été un peu un rêve. En 2012, ce rêve s'est réalisé. J'ai trouvé un VIE (volontariat international en entreprise) en partenariat avec Ubifrance à Istanbul, deux semaines après la fin de mes études de marketing international, et j'ai déménagé dans la ville de mes rêves.

Pourquoi Istanbul ?

Avant Istanbul, j'ai visité de nombreux pays. Je suis restée plus de deux mois aux Etats-Unis, six mois en Inde. J'ai enchaîné les stages et les pays mais je ne me voyais pas vivre ailleurs qu'en France. Istanbul a changé la donne. Ce qui m'a tout de suite plu, c'est le côté plus relax de la Turquie, du mode de vie turc comparé au stress parisien. A Istanbul, on prend plaisir à faire davantage de choses, et puis il y a la mer, le temps y est plutôt favorable. Dès que je suis arrivée, j'ai eu l'opportunité d'avoir des postes à responsabilité en tant que chef de projet, ce qui n'aurait pas été possible à Paris. Je travaille dans le secteur du jeu vidéo, qui est encore peu exploité en Turquie. Bref, il y avait de quoi faire et des responsabilités à endosser, c'était plutôt plaisant pour une jeune diplômée comme moi.

Comment vous-êtes vous intégrée à la vie stambouliote ? Comment avez-vous vécu votre installation ? Parliez-vous turc ?

Au début, ce n'était pas facile. Je me suis installée dans un quartier un peu reculé d'Istanbul, je ne connaissais personne et je travaillais énormément. Je n'avais ni ami, ni famille sur place. Il fallait à la fois s'habituer à un nouveau travail et à une nouvelle ville, à un nouveau mode de vie. Je n'avais aucun repère et pas non plus le temps de sortir. Ensuite, j'ai décidé de changer de quartier et maintenant je suis encore plus entourée qu'à Paris. Depuis mon déménagement, je vis beaucoup mieux mon intégration. Je parlais turc, du moins c'est ce que je croyais? Mais quand je suis arrivée à Istanbul, je me suis rendue compte que personne ne me comprenait ! Avec mes bases, il m'a fallu seulement quatre mois pour que mon turc ne se délie. C'est surtout sur mon lieu de travail que j'ai amélioré mon turc, pour ne pas paraître ridicule auprès de mes partenaires. Je pense que la différence la plus marquée est la divergence de culture. En Turquie, l'hospitalité est beaucoup plus présente alors qu'en France on l'oublie souvent... Cela aide a se sentir à l'aise dans ce nouveau pays. Par contre j'ai aussi remarqué qu'en Turquie, certaines règles (comme celles du code de la route par exemple) ne sont pas très bien respectées, et venant d'un pays comme la France, cela peut poser des problèmes au quotidien et professionnellement, surtout quand on a l'habitude que tout soit "carré".

Quel est pour vous le secret d'une bonne intégration en Turquie ?

La langue est le premier secret. Mais qu'importe qu'on soit Turco-Français, Français ou autre, le vrai secret, c'est la motivation. Bien sûr, il peut être difficile de s'intégrer si l'on ne prend pas de cours de turc, surtout dans une ville où 80% de la population ne parle pas anglais, mais avec beaucoup d'envie, tout le monde peut apprendre. De mon expérience, j'ai retenu une chose : il est très important de bien choisir l'appartement où l'on va vivre, le quartier où l'on veut séjourner en fonction de nos attentes.

Pourquoi avoir créé un blog consacré à Istanbul ?

C'est pour répondre à toutes ces questions que j'ai orienté mon blog vers Istanbul. Je dis ?orienté? car il existe depuis 2011. Au début, il s'agissait surtout d'un journal intime destiné à mon entourage. L'idée de créer un blog m'est venue lors d'un stage. Je me suis rendue compte que les lecteurs accordaient davantage de crédit aux bloggeurs, qui donnent de véritables avis de consommateurs, plutôt qu'aux sites formels. Je me suis alors rendue compte que je pouvais donner plus d'informations utiles à davantage de monde. C'est seulement depuis cette année que j'ai changé le nom de mon blog, devenu depuis ?Le Blog d'Istanbul?, ainsi que son orientation.

Quel est son objectif ?

Au travers de mon blog, je cherche surtout à aider les personnes qui n'ont jamais été à Istanbul. J'essaie de casser les préjugés qu'un étranger peut avoir sur la ville lorsqu'il ne la connaît pas. Mon objectif est de guider mes lecteurs, de les avertir sur ce qu'ils doivent savoir en venant à Istanbul, avant, pendant. Mais ce que j'écris ne vaut bien sûr pas vérité absolue, je m'appuie sur ma propre expérience. Mon blog sert avant tout à répondre à leurs questionnements, à les informer sur les bons plans etc.

Sur quoi écrivez-vous ?

J'ai, par exemple, écrit récemment un article sur les recettes du dimanche. Etant une ?grosse quiche? en cuisine, j'avais une idée toute faite de la cuisine turque, très difficile à reproduire, ce qui n'est pas vrai. J'ai donc décidé de donner à mes lecteurs des recettes basiques que l'on peut faire en moins d'une heure avec des ingrédients accessibles. De façon générale, j'essaie de répondre aux demandes des lecteurs. Pendant les manifestations de l'été dernier, beaucoup me demandaient s'il était dangereux de venir en Turquie. Ce qui revient souvent, ce sont les questions liées au logement. On me demande où il faut se loger pour les vacances, dans quel quartier. Dans ce cas, j'essaie de répondre de la manière la plus générale possible, de leur dresser un portrait des quartiers avec de grandes caractéristiques, car c'est assez subjectif comme question...

Pensez-vous vous démarquer des autres blogs dédiés à Istanbul ? Qu'est ce qui fait votre originalité ?

Oui. J'essaie de me démarquer avec mon humour. Quand je lis un blog, je réfléchis à ce que j'aime lire. J'aime bien quand il y a un peu de sarcasme ou d'auto-dérision et cela transparait dans mes écrits. Je ne fais pas d'information brute. Parfois même, je raconte des anecdotes personnelles mais toujours dans le but d'informer et d'intéresser le plus grand nombre. Par exemple, la première fois que je suis montée dans un dolmu?, je me suis demandée pourquoi il ne partait pas. Je le raconte sur mon blog pour que les touristes sachent, contrairement à moi la première fois, que le dolmu? attend, en fait, d'être plein.

La création, le mois dernier, de la page Facebook de mon blog, a véritablement ?boosté? le nombre de pages vues, soit près de 15.000 en décembre. Je poste également des articles plus fréquemment, passant d'une fois par semaine à trois fois par semaine. J'espère réellement que cela durera le plus longtemps possible car c'est pour moi une véritable passion, celle que je voue à l'écriture, et celle que je voue à Istanbul.

Propos recueillis par Laura Lavenne (http://lepetitjournal.com/istanbul) mercredi 15 janvier 2013

Retrouvez les conseils de Pelin sur http://www.leblogdistanbul.com/ ou sur sa page Facebook

Cet article a été préparé par lepetitjournal.com d'Istanbul dans le cadre d'une collaboration avec la page Facebook Turcs de France, l'un des premiers espaces d'échanges et d'information pour les Turcs vivant en France.

lepetitjournal.com istanbul

Lepetitjournal Istanbul

L'unique média gratuit et quotidien sur internet pour les Français et francophones de Turquie et d'ailleurs!
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Tel Aviv Appercu

Israël reconfinée pour trois semaines

Israël se reconfine ce vendredi 18 septembre à 14h, pour une durée de trois semaines. C’est le premier pays à connaître un deuxième confinement depuis le début de la Covid-19.

Sur le même sujet