Lundi 16 septembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

ORHAN PAMUK AU LOUVRE – “La peinture et la littérature sont des arts frères”

Par Lepetitjournal Istanbul | Publié le 29/10/2012 à 00:03 | Mis à jour le 21/11/2012 à 14:16

L'innocence et les couleurs : deux thèmes abordés ce week-end au Musée du Louvre par le prix Nobel de littérature, Orhan Pamuk. Au programme, samedi, une discussion avec Sophie Basch, professeur de littérature française. Hier, c'est le comédien Jérôme Deschamps qui est monté sur scène pour une lecture d'extraits de romans de l'écrivain sur le thème des couleurs. Un évènement qui a permis à l'auteur d'évoquer sa passion pour la peinture et l'histoire de son célèbre roman, Mon nom est rouge

?Quand j'avais six ou sept ans, je peignais beaucoup et mon ambition était de devenir un peintre célèbre?, confie Orhan Pamuk à l'issue de la lecture (photo MA). A défaut, un autre rêve s'est réalisé : celui de devenir écrivain célèbre. A l'âge de 22 ans, Orhan Pamuk commence à écrire et délaisse quelque peu la peinture. Cette passion, il ne l'abandonne pas : il l'assouvit à travers la littérature, domaine dans lequel il excelle. Ainsi est né le roman Mon nom est rouge.

Nostalgique du bonheur de peindre, de cette ?joie que procure le fait d'être seul avec ses toiles et ses pinceaux?, Orhan Pamuk a voulu écrire sur les peintres et cette grande culture qu'est, selon lui, l'enluminure. Avant d'entreprendre un tel roman, il se documente, consulte des ouvrages, observe des miniatures et lit les commentaires qui les accompagnent. Commentaires très conventionnels, qui portent sur la situation de l'image à une période donnée. Ce n'est pas ce qui intéresse le plus Orhan Pamuk : ?Je prenais du plaisir à regarder ces peintures de façon intemporelle?, explique l'écrivain. Il estime finalement que ses recherches lui ont apporté des informations bien trop académiques et qui lui ?encombraient la tête?.

Pour éviter d'écrire un texte très objectif auquel le lecteur ne pourrait s'identifier, Pamuk décide d'introduire des sentiments personnels dans son roman ? l'absence de son père par exemple ? allant jusqu'à donner aux personnages les véritables prénoms de membres de sa famille. Même s'il avoue aujourd'hui regretter un peu d'avoir dévoilé tant de choses personnelles, Orhan Pamuk juge ces éléments nécessaires pour rendre son ?uvre moins ?froide?. ?C'est un bonheur de transformer la peinture en mots et d'oublier sa description académique, qui est utile mais qui ne nous émeut pas? observe le prix Nobel. Pour lui, cela ne fait pas de doute : ?La peinture et la littérature sont des arts frères.?

Orhan Pamuk s'avoue donc heureux d'avoir réussi à publier cet ouvrage, fruit d'un travail de 10 ans et qui a rencontré un grand succès dans le monde entier. ?Je suis ravi d'avoir évoqué cette culture et d'avoir réussi à la transmettre?, conclut-il.

Margaux Agnès (http://www.lepetitjournal.com/istanbul.html) lundi 29 octobre 2012

lepetitjournal.com istanbul

Lepetitjournal Istanbul

L'unique média gratuit et quotidien sur internet pour les Français et francophones de Turquie et d'ailleurs!
0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Istanbul

PUBLIREPORTAGE

Rentrée scolaire en Turquie : Gros plan sur la Petite Ecole

Nouveau membre du réseau AEFE (Agence pour l'enseignement français à l'étranger), la Petite Ecole a repris du service cette semaine, dans ses nouveaux locaux, situés dans le quartier de Tarabya. Repo

Expat Mag

Jean-Paul Demoule : les multiples facettes de l'archéologie

Jean-Paul Demoule est professeur émérite de protohistoire européenne à l’université de Paris I (Panthéon-Sorbonne) et membre honoraire de l’Institut Universitaire de France.

Sur le même sujet