Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 2
  • 0

Voyage à Chiang Mai depuis Hong Kong

Quel plaisir à chaque fois de découvrir un nouveau pays ! Après les Philippines, l’Indonésie, le Japon et la Chine, c’est la Thaïlande que j’ai découverte depuis Hong Kong. Et pour mes premiers pas au Pays du Sourire, j’ai choisi Chiang Mai, dans le nord, entre jungle, temples et marchés.

temple Chiang Maitemple Chiang Mai
©Supanut Arunoprayote
Écrit par Laureen Duchesne
Publié le 30 novembre 2023, mis à jour le 12 décembre 2023

Mes premiers pas à Chiang Mai

Il y a quelque chose de fascinant à arriver de nuit dans un nouveau pays. On devine l’architecture, des silhouettes qui partagent un verre, discutent sur le bord de la route ou aux abords d’un stand de street-food, les remparts de la vieille ville et les phares des motos qui scintillent. La ville s’est parée d’un voile d’un mystère et il faudra attendre le lendemain pour le percer. L’excitation est à son comble !

Pour cette première journée, une visite de la vieille ville s’impose et c’est l’occasion de se plonger dans l’histoire fascinante de cette ville, la plus grande du nord de la Thaïlande. Chiang Mai fut fondée en 1296 par le roi de la dynastie Lanna. À l’époque, le royaume Lanna s’étendait sur le nord du pays et des parties du Laos et de la Birmanie. C’est pour protéger ce nouveau centre culturel, économique et religieux, que des remparts furent construits vers le XIIIe siècle autour de Chiang Mai. Des pans entiers de ces remparts sont toujours debout aujourd’hui et la ville est aussi encerclée d’un canal bordé d’arbres. À l’intérieur, j’ai déambulé à pied, en n'hésitant pas à aller me perdre dans les petites rues, jonchant les artères principales. Les marchés d’artisanat et salons de massages côtoient les restaurants, les cafés et les hôtels. Des temples se dévoilent à peu près à tous les coins de rue – Chiang Mai et ses environs compte plus de 300 temples ! – avec leurs dorures et leurs détails époustouflants. Parmi les incontournables de la vieille ville : le Wat Phra Singh et sa statue en bronze de Bouddha, le Wat Chiang Man datant du XIVe siècle et le Wat Phan Tao construit tout en teck. J’ajouterai le petit Wat Pan Sao que j’ai découvert par hasard, moins connu et séparé de la vielle ville par le boulevard, c’est un véritable havre de paix, rempli de légendes.

Deux idées d’excursions dans la nature

La région montagneuse et verdoyante de Chiang Mai est propice à des expéditions dans la nature très sympas. J’ai adoré les sticky waterfalls de Bua Tong, situées à 1h20 de route de la ville. Sticky signifie « collant », il s’agit d’une série de cascades sur plusieurs niveaux entrecoupées de bassins de baignade. Contrairement aux autres cascades où les pierres sont glissantes en raison du passage de l’eau, celles-ci sont couvertes d’un dépôt calcaire poreux qui crée une surface anti-dérapante et qui permet aux visiteurs de descendre et monter sans aucune assistance ou danger. L’expérience est très insolite et notre cerveau nous empêche presque de descendre sans nous baisser ou sans nous accrocher à une branche tant le mouvement défie les lois de la logique. C’est totalement gratuit, fun et rafraichissant ! Attention tout de même où vous mettez les pieds, car pour la petite anecdote, j’ai la phobie des crapauds et j’ai dû traverser un bassin d’eau où il y en avait un avant de… voir un serpent brun me filer entre les jambes ! Frissons garantis. Et ce jour-là je n’étais pas au bout de mes surprises puisque le soir j’avais décidé d’aller voir un combat de Muay-Thaï. N’étant déjà pas très à l’aise avec l’idée de payer pour voir des gens se battre (chacun son niveau de sensibilité), j’y allais par curiosité sachant que ce sport fait partie intégrante de la culture thaïe. Malheureusement j’ai quitté le stade avant même le début du premier round en voyant arriver sur le ring deux enfants d’à peine 10 ans.  

Le jour suivant, j’avais envie de randonner. J’ai pris un taxi jusqu’au début du Monk’s trail, un ancien sentier de pèlerinage qui monte dans les montagnes jusqu’au Wat Phra That Doi Suthep, le plus célèbre des temples de la région. La randonnée complète prend à peu près 3 heures et est assez rude – prévoyez de l’eau et des bonnes chaussures – mais le temple en vaut la chandelle. La vue sur Chiang Mai y est magnifique et le temple en lui-même aussi, avec son escalier de 306 marches bordé de nagas et son monumental chedi couvert d’or dont les fidèles font le tour en guise de respect. Mais ce que j’ai le plus aimé lors de cette randonnée, c’est la visite d’un autre lieu bouddhiste bien moins connu, le Wat Pha Lat, un ensemble de temples et de jardins traversé par une rivière, habité et entretenu par les moines. Véritable jardin d’Eden caché dans la montagne, l’endroit est tout simplement sublime. 

Les marchés et l’artisanat de Chiang Mai

Comment évoquer la Thaïlande sans parler de ses célèbres marchés de rue ? Et Chiang Mai, avec ses innombrables marchés, ne déroge pas à la règle. Si j’ai manqué le plus connu, le Night Bazaar, j’ai testé le Sunday Night Market qui a remué tous mes sens :  tous ces étals qui s’étendent à l’infini dans les rues de la vieille ville m’ont donné le tournis par leur immensité, mon ventre a gargouillé et mon nez a frétillé face à l’offre incroyable de street-food, mes oreilles ont vibré aux sons des musiques, des négociations et du brouhaha ambiant. Et j’ai été agréablement surprise par la qualité et la diversité de l’artisanat thaï : savons et huiles, shorts de muay-thaï, vêtements au crochet ou brodés, en soi et en lin, bijoux, statuettes… Il y a tout ce qu’il faut pour ramener des souvenirs qui, pour une fois, ne finiront pas au fond d’un tiroir. 

La visite de Nimman fut également une belle surprise. Quartier branché et cosmopolite, aussi bien fréquenté des locaux que des touristes, il abrite de nombreux restaurants, bars, cafés et concept-stores. J’ai bien aimé le One Nimman, une sorte de centre commercial minimaliste, dans un bâtiment en brique semi-ouvert sur une cour. L’architecture est assez étonnante et les boutiques proposent un artisanat un peu plus haut de gamme que sur les marchés de rue.

Conseils pratiques pour Chiang Mai

S’il est vrai que certaines choses m’ont interpellée – ce qui est le cas lors de n’importe quel voyage – et que j’ai trouvé la ville très touristique avec parfois une impression de Disneyland pour Occidentaux (je n’ose imaginer Phuket et le sud du pays), j’ai quand même adoré Chiang Mai. J’y ai trouvé une certaine douceur de vie et le dépaysement propre à l’Asie, avec une nourriture excellente, des temples plus beaux les uns que les autres et une hospitalité débordante de la part des locaux. Contrairement à d’autres pays, je ne m’y suis jamais sentie en insécurité et j’ai trouvé que c’était globalement plus développé et riche que d’autres destinations comme les Philippines par exemple. Je recommanderai pour un voyage en solo ou pour une première approche de l’Asie. Pour ma part, j’ai hâte de repartir explorer le reste du pays !

  • Infos pratiques. En novembre à Chiang Mai, le temps, idéal, oscille entre 24 et 28 degrés, à peine plus chaud qu’à Hong Kong. La proximité de l’aéroport avec le centre de la ville est un gros avantage, même en cas d’embouteillages, il faut compter maximum 30 minutes. Ajoutez à cela un temps de vol de 2h45 (entre 200 et 300 €) et vous obtenez une destination parfaite pour un week-end prolongé et dépaysant. 
    L’offre hôtelière est large et adaptée à tous les budgets. À partir de 15 €, vous avez un lit dans un hostel de qualité. Au-delà de 80 €/nuit, vous avez un hôtel de très bon standing. 
    Sur place, un repas vous coûtera entre 50 et 300 bahts (entre 1 et 7 €), une bière 60 bahts (1,50 €). 
    Pour les transports, un trajet court en tuk-tuk coûte environ 50 bahts, un trajet en red truck (minibus local) entre 20 et 80 bahts. Pour les trajets plus longs, l’application Grab (équivalent de Uber) est très efficace : 170 bahts de et vers l’aéroport ou encore 200 bahts pour 30 minutes de route vers les montagnes. 
    Les salons de massages présents à tous les coins de rue ont des tarifs à peu près alignés. Comptez entre 200 et 400 bahts pour une heure de soin.

Sujets du moment

Flash infos

    Pensez aussi à découvrir nos autres éditions

    © lepetitjournal.com 2024