TEST: 2261

Salomon Wettstein " J’ai couru 298 km à Hong Kong"

Par Jérôme de Clarens | Publié le 14/03/2021 à 14:00 | Mis à jour le 15/03/2021 à 02:19
Photo : Photo @ Joshua
Courir Hong Kong

Le HK4TUC est le Hong Kong 4 Trails Ultra Challenge, ce qui veut dire parcourir les 4 trails les plus connus de Hong Kong. Salomon est arrivé à Hong Kong il y a 5 ans maintenant et travaille en tant qu’ingénieur dans une entreprise de consulting et est passionné de trail running. J’ai eu le plaisir d’interviewer Salomon qui a effectué cette performance en moins de 52 heures cette année pendant le Nouvel An Chinois.

Les ultra trailers du HK4TUC doivent réaliser le Maclehose Trail 100 km, le Wilson Trail 78 km, le Hong Kong 46 km et le Lantau Trail 70 km. L’aide est uniquement lors des ralliements des trails et permise entre la fin et le début d’un autre. Arrivé il y a 5 ans à Hong Kong, Salomon est heureux de pouvoir profiter à fond des différents trails du territoire. Après avoir beaucoup joué au football, il a du s’adapter car son métier lui prenait beaucoup de temps et donc changer de sport. Cela fait maintenant 10 ans qu’il cours en montagne après un premier trail running en Suisse.

La course m'aide à me concentrer

Qu’est ce que tu ressens quand tu cours en montagne ?

Ayant un travail d’ingénieur où je suis tout le temps dans la réflexion et avec également beaucoup de voyages en temps “normal“, le running m’aide à trouver le bon équilibre, à me concentrer sur mon corps et me libèrer du stress. Enfin, ce qui me plait le plus à Hong Kong, c’est d’être en pleine activité professionnelle et en dix minutes de pouvoir s’évader dans la nature. J’aime commencer ma journée à 6 heures du matin et aller courir entre 45 minutes et une heure. Le vendredi soir, je peux également aller courir pour oublier une semaine bien chargée. Le samedi, je fais en général un “long run“ de cinq à six heures. Cette routine est une sorte de mantra pour moi.

Peux tu nous expliquer cette course de 298 km ?

En fait, ce n’est pas une course, c’est un challenge qui consiste à aller chercher au fond de soi-même. Ce qui est intéressant, c’est de parcourir les quatre plus grand trails de Hong Kong. C’est vraiment un joli tour, avec des superbes vues. On peut vraiment tout voir de Hong Kong, de la frontière au Nord, jusqu'au Sud et l’extrémité Ouest de Lantau. L’autre aspect est qu’il n’y a aucune assistance en parcourant les sentiers. Il y a possibilité uniquement d’acheter à manger et à boire dans les magasins ou restaurants proches des trails. C’est un ’événement assez fou et très intéressant parce que ce n’est pas facile du tout. Ensuite il y a un temps limite pour réaliser le challenge, pour être appelé un “finisher”: il faut l’effectuer en moins de 60 heures et pour être appelé “survivor” au delà de 60 heures. Peu de personnes ont réussi à finir en dessous de la barre des 60 heures. Ce challenge est difficile car il y a beaucoup de dénivelés positifs et de descentes très techniques, donc il faut calculer sa vitesse sur chacun des trails. Notons que c’est la 10ème année du challenge et que seules les personnes ayant déjà fini l'épreuve ont eu le droit de participer cette année. Je l’avais déjà fait en 2018, et cette année je souhaitais passer en dessous des 50 heures car personne n’avait été en dessous. Ça été super intéressant car nous sommes tous partis très vite.

Finir en moins de 50 heures

Donc tu as fait 51h50 minutes ?

Oui, le plan initial était de le finir en moins de 50 heures et j’ai malheureusement eu au milieu du challenge un problème avec mes quadriceps (les muscles des cuisses). J'ai ressenti une grande fatigue musculaire et les températures très chaudes n’ont pas aidé. Je suis arrivé au point où j’allais de plus en plus lentement jusqu'au moment où j’ai réalisé que je ne pouvais pas finir en dessous des 50 heures. Je commençais à me dire que je n’avais rien à prouver car j’avais déjà fini ce challenge. Cependant, comme il y avait beaucoup de monde qui me suivait, j’ai eu énormément de messages de soutien qui m’ont aidé à continuer. Ma femme a fait un travail formidable pour demander des messages vocaux de soutien à tous mes amis quand j’étais vraiment “down”. Même si je savais que je n’allais pas finir en moins de 50 heures, je pensais à l’évènement en lui-même qui est vraiment énorme, et aux gens pour lesquels je me devais de finir..

Un des participants nommé Jacky, et je suis très heureux pour lui, a battu le record, arrivant au dessous de 50 heures. À la base, son objectif n’était pas d’aller en dessous mais uniquement de rester en course avec moi… c’est une performance historique qu’il a réalisé et je suis vraiment content pour lui.

 

Courir Hong Kong
Photo @ Lucien Chan

On pense à l'essentiel: survivre

Qu’est ce que tu as appris après ce challenge ?

Tu apprends toujours d’un point de vue sportif bien-sûr mais également sur le plan personnel. Sachant que tu souffres beaucoup, la première chose est que tu as beaucoup de temps pour toi. Tu penses, réfléchis énormément et même dans la nuit, tu te poses des questions du type: "mais pourquoi je fais ça?" Tu réalises que tu reviens à la base, tu as le sentiment de renaître, tu ne pense pas au fait de prendre un coca ou un burger, tu pense juste à comment je tu vas te sortir de là. Et forcément tu commence à encore apprendre sur ton corps… je me dis : "okay, là ça va ou alors là ça ne va pas. Dois-je accélérer ou ralentir?", etc. Quelles solutions vais-je trouver pour aller au bout de mon challenge? Et cela peut servir dans la vie ou en entreprise pour gérer les imprévus.

Si tu as quelque chose à partager à propos de ta passion, qu’est ce que c'est ?

La communauté du trail running. J’aime beaucoup les gens, tout le monde est sympa et ouvert vis-à-vis des autres. Même quand il y a de la compétition pendant les courses, à la fin nous sommes tous amis. Nous sommes tous heureux les uns et pour les autres. Je trouve que c‘est vraiment particulier à ce sport.

Une petite anecdote pendant ce challenge ?

Quand j’étais vraiment fatigué, j’ai commencé à avoir des hallucinations et spécialement sur le Lantau Trail. Comme je vis sur Lantau, je le connais très bien. J’ai commencé à voir des chiens derrière les arbres, des gens, des oiseaux... tous chuchotaient. Et quand la lumière du jour commençait à apparaître, je ne savais pas ce qui était réel ou pas. Cela devenait de plus en plus difficile. Une chose m’a vraiment étonné, c’est que ce trail que je connaissais très bien m’a paru vraiment différent cette fois-ci.

Courir Hong Kong
Arrivée à la fin du Lantau trail - Photo @ HK4TUC - Compose the story

 

Pour être sûr de recevoir GRATUITEMENT tous les jours notre newsletter (du lundi au vendredi)

Ou nous suivre sur Facebook et Instagram

 

Sur le même sujet
barbu

Jérôme de Clarens

Jérôme, 31 ans. Ancien du secteur F&B, il s'est reconverti dans le coaching de vie par le biais du partage et du sport. Il contribue au Petit Journal sur les articles liés à la communauté et au sport
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Hong Kong !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Didier Pujol

Rédacteur en chef de l'éditon Hong Kong.

À lire sur votre édition locale