Mardi 14 juillet 2020
Hong Kong
Hong Kong

Profession missionnaire

Par Patricia Herau-Yang | Publié le 30/01/2020 à 14:00 | Mis à jour le 01/02/2020 à 03:28
Photo : Le Père de Francqueville, le Père Carlo Tei et un Père hongkongais échangent leurs casquettes
Histoire des Missions Etrangères de Paris à Hong Kong

Les volontaires des Missions Etrangères de Paris arpentent les terres asiatiques depuis 360 ans. Leur mission: fonder un clergé local, en langue locale. Le Père Nicolas de Francqueville, de la paroisse Holy Redeemer à Tuen Mun, nous parle du métier de missionnaire.

Pouvez-vous nous en dire plus sur l’origine des Missions Etrangères de Paris (MEP)?

La mission d’évangélisation, attribuée en exclusivité à Espagne et Portugal par le Saint Père (système du Padroado), piétine: persécutions, incapacité à développer un clergé local. Trop politisés, trop proches des Rois d’Espagne et du Portugal aussi, les ordres traditionnels (Dominicains, Franciscains, Jésuites…) ne suffisent plus. Dans ce contexte, les Missions Etrangères sont fondées à Paris en 1659 à l’initiative du Jésuite Alexandre de Rhodes à son retour du Vietnam. Deux évêques sont nommés: Mgr Pallu (Tonkin) et Mgr Lambert de la Motte (Cochinchine, auquel Guangdong et donc Hong Kong sont rattachés).

 

Histoire des Missions Etrangères de Paris à Hong Kong
Mgr Pallu et Mgr Lambert de la Motte, premiers évêques nommés par les MEP

 

Les MEP auront pour mission de former un clergé local, elles seront libres de rapporter directement à Rome via le système des vicaires apostoliques. Court-circuités, les Portugais, les Jésuites, les Hollandais font tout pour arrêter les MEP, le Cardinal Mazarin les interdira même. Le Roi de France intervient et le financement est trouvé pour que les missionnaires puissent rejoindre leurs territoires. Mais le bateau prévu coule peu après sa construction, les évêques devront rejoindre leur poste par la terre. L’un d’eux mourra à son arrivée.

En 1702, le premier Chinois candidat aux ordres, Arcadio Huang, arrive en France et lancera l’enseignement du chinois en France. L’interdiction des Jésuites, en 1776, simplifie la donne et laisse les coudées franches aux MEP. Les persécutions cependant ne sont pas rares et serviront parfois de prétexte à des interventions militaires françaises en Asie. Les MEP enverront finalement 4200 prêtres missionnaires en Asie et Amérique du Nord.

 

 

Histoire des Missions Etrangères de Paris à Hong Kong
L’incident du Père Chapdelaine illustré en 1858

 

De quand date l’arrivée des MEP à Hong Kong?

Après 1842 et les succès britanniques en Chine (Hong Kong apparaît alors sur la carte), après aussi des persécutions de missionnaires au Vietnam, Guizot, Ministère des Affaires Etrangères envoie une flotte au Vietnam. En 1856, ce qu’il est convenu appeler "l’incident du Père Chapdelaine" déclenche l’intervention française pendant la seconde guerre de l’opium: le Père prêchait illégalement en Chine, il a été torturé puis abattu par les autorités chinoises.

 

 

Histoire des Missions Etrangères de Paris à Hong Kong
Le sanatorium de Béthanie accueille aujourd’hui la HKAPA’s School of Film and Television

 

Après cette arrivée musclée et renforcé à Hong Kong, plusieurs installations sont établies, autour du premier évêque Mgr Fourcade: le sanatorium Béthanie pour les missionnaires en convalescence (construit en 1873-1875 à Pokfulam), et un lieu de retraite et imprimerie à Nazareth. Les dictionnaires, grammaires, livres de théologie et de piété et tous les manuels d’enseignement asiatiques y seront imprimés. Le Père Monnier, qui gère Nazareth pendant 45 ans, va faire imprimer des centaines de milliers de volumes en langues encore jamais imprimées: thai, lolo, khmer, tibétain, canaque… Enfin une agence de correspondance s’installe.

 

Histoire des Missions Etrangères de Paris à Hong Kong
L’imprimerie de Nazareth, en cours de restauration

 

Quelle est l’actualité des MEP à Hong Kong?

Les MEP envoient chaque année depuis 15 ans, 150 jeunes volontaires de 20 à 30 ans pour des missions de 3 mois à 2 ans. Actuellement 14 missionnaires travaillent en Chine principalement à Hong Kong, quelques-uns à Taipei. Nous sommes tous pleinement immergés avec les Hongkongais. Environ 2500 fidèles viennent à notre paroisse. Nous avons 7 messes le dimanche. Je vois juste mes confrères MEP le lundi, à Hong Kong depuis plusieurs dizaines d’années pour certains. Nous sommes aussi proches des PIME, missions italiennes, j’apprécie beaucoup le Père Carlo Tei, 85 ans. Je suis très loin de la communauté française à Hong Kong.

 

Histoire des Missions Etrangères de Paris à Hong Kong
Baptême de 15 bébés à la paroisse

 

Nos missions incluent célébration des sacrements, formation des jeunes, en particulier dans le cadre des nombreuses écoles catholiques de Hong Kong, suivi du catéchuménat, avec de nombreux baptêmes d’adultes, accompagnement des personnes âgées, visites des hôpitaux, formation des religieuses et des laïcs, l’enseignement, etc.

Nous avons une certaine liberté. Chaque mois, je célèbre la messe dans une maison de retraite pour personnes aveugles. Nous avons fêté les 100 ans d’une grand-mère, elle m’a demandé de lui apprendre la nouvelle version du Notre Père et Je vous salue Marie car elle ne se rappelle que l’ancienne version. Quel désir d’apprendre à 100 ans ! Nous faisons aussi beaucoup d’actions en hôpitaux, y-compris avec des écoliers souvent non-chrétiens. Je marche en montagne dès que je peux, et j’apprends le cantonais.

 

 

Histoire des Missions Etrangères de Paris à Hong Kong
100 ans et elle apprend encore!

 

Pour être sûr de recevoir GRATUITEMENT tous les jours notre newsletter (du lundi au vendredi)

Ou nous suivre sur Facebook 

 

Nous vous recommandons

pat

Patricia Herau-Yang

Patricia a passé de nombreuses années en Chine, exercé le métier de traductrice français-chinois. Depuis son arrivée à Hong Kong, elle s'est mise au cantonais et pratique la randonnée. Elle contribue au Petit Journal sur le volet culturel, entre autres...
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Un 14 juillet 2020 virtuel mais tout aussi festif

Chaque 14 juillet, jour de fête nationale française, les expatriés se retrouvent autour d’événements festifs pour célébrer l'union des Français. Comment sera célébrée la tradition cette année ?