Hector, ancien du LFI Hong Kong, défile sur les Champs Elysées

Par Didier Pujol | Publié le 31/08/2022 à 14:01 | Mis à jour le 19/09/2022 à 01:15
Photo : La promotion 2021 sur les Champs Elysées © École polytechnique - J.Barande
defile polytechnique champs elysees

Hector Denis, ancien élève du LFI de Hong Kong, a intégré Polytechnique en 2021. Cette année, il est fier d’avoir pu representer son école lors du defile du 14 juillet sur les Champs Elysées

Hector Denis est né à New York: vivre à l’étranger a été une grande constante en grandissant, car sa mère est diplomate au Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères. Hector a vécu son école maternelle en France (PS, MS), il a appris à lire à Shanghaï, d’abord au Lycée Français de Shanghaï (GS, CP), puis en CE1 dans la toute petite école « Le Petit Lotus bleu » qui venait d’ouvrir en tant qu’association franco-chinoise.

"Vivre à l'étranger est une constante de ma vie"

Parlez nous de votre parcours à Hong Kong et en France 

Après quelques années, nous sommes partis nous installer à Hong Kong, où je serai scolarisé au campus de Blue Pool Road pour 4 ans (4ème-1ère). Très vite, j’ai adoré cet univers très libre et dans lequel je m’épanouissais très bien. Un peu comme à Polytechnique plus tard, mon intégration fut très rapide, et les « anciens » me prirent rapidement comme ami, avant que je ne devienne « ancien » à mon tour : car les élèves restaient en moyenne trois ans, je suis devenu rapidement familier de tout le campus que j’abordai pour la première fois avec une grande curiosité ! Outre mes amis très proches que j’ai gardés, mes professeurs m’ont énormément marqué et ont pour la première fois influé durablement sur mes choix d’orientation. Mes professeurs de première scientifique (c’était à l’époque des filières) tout particulièrement ont constitué une équipe de rêve : pour la première fois le français et le latin m’avaient convaincu de lire des classiques, la géographie se penchait sur les dynamiques du monde contemporain et ses problématiques, mais surtout les sciences abordaient le virage de l’hypothèse et du modèle, de la formule et du calcul.

"Les mathématiques m'ont toujours attiré"

Et même si plus tard j’échouais à me qualifier aux Olympiades de Mathématiques et au Concours Général de Mathématiques, et obtenais avec peine une 176ème place au concours Kangourou des Mathématiques car je ratais superbement la toute première question, loin du podium des deux chiffres espéré, mon choix était clair. Je devais poursuivre en mathématiques cette voie ardue qui me correspond si bien ! Ainsi, sur dossier, j’ai pu rejoindre en Terminale S spécialité mathématiques le Lycée Louis le Grand, qui m’accueillit dans son excellence académique. Plus qu’un décalage horaire ce fut un décalage de rythme scolaire, mais c’est grâce à la locomotive des mathématiques que j’ai petit à petit raccroché tous les wagons pour mes bulletins et de mon dossier Parcoursup. Enfin, j’ai poursuivi en MPSI puis MP* à Louis le Grand toujours. La confiance de ma famille et de mes professeurs, le soutien de mes amis proches furent primordiaux dans ma réussite, et il fallut un travail acharné pour intégrer l’École polytechnique, ce que je souhaitais depuis le début.

 

defile polytechnique champs elysees
© École polytechnique - J.Barande

"Je souhaite me diriger vers les grands corps de l'état"

Pourquoi ce choix de Polytechnique? À quelle carrière vous destinez vous ?

Ma Formation Humaine à l’X était auprès de la Mission de Défense de Bangkok, qui représente le Ministère des Armées de Thaïlande. À la croisée des mondes entre la diplomatie et l’armée, j’ai adoré travailler et vivre dans cet environnement qui a enrichi mon parcours par le service de la France, but que je veux poursuivre. Depuis, je suis plus que déterminé à me diriger vers les grands corps de l’État ! À présent, je poursuis le piano, la lecture, l’écriture (je m’investis dans X-Broadway, l’association d’étudiants de l’X qui monte une comédie musicale chaque année), et les mathématiques de plus en plus techniques, clairement ma passion. Tout cela me ravit !

"Je me suis senti soutenu par la France entière"

Vous avez défilé sur les Champs Elysées . Que vous inspire cette expérience ?

Il y a eu plusieurs moments pour rythmer cette matinée très chargée. D’abord, on commence par un lever très matinal : 5h ! À la fois l’attente est très longue mais les instants trop rapides. À peine arrivés, je sens déjà qu’il faut profiter de tous les moments à fond : dès que nous sommes libérés, chacun va voir ses amis des autres sections : c’est un joyeux mélange où l’ordre militaire fait place à la préférence de l’amitié. J’en garde des photos souvenirs pour le « mythe », notre manière de désigner ce qui est extraordinaire et prestigieux. Après les derniers encouragements, tous mes gestes sont automatiques pour apprécier pleinement le défilé : je balance le bras, bombe le torse, regarde droit, et une fois les quelques premiers pas enclenchés et les ajustements inévitables, je ne peux m’empêcher de sourire : c’est enfin là ! Je me sens soutenu par la France entière qui applaudit, c’est une magnifique récompense pour tous mes efforts et mes concours. La devise de l’école « pour la patrie, les sciences et la gloire » prend tout son sens sur les Champs-Élysées ! Enfin, retrouver ma famille qui s’est déplacée pour voir le défilé est un immense bonheur : c’est la première fois qu’ils me voient en Grand Uniforme, et je suis extrêmement fier de l’achèvement de tout ce parcours de la première année.

 

hector Polytechnique
Hector lors des répétitions en Grande Uniforme © École polytechnique - J.Barande

"Hong Kong m'a laissé un souvenir indélébile"

Que diriez vous aux élèves du lycée français de Hong Kong actuel ? Que vous a apporté cette ville ?

Pour vous, chers élèves du lycée français, un mot particulier. J’étais parmi vous il y a 6 ans déjà, mais mon passage à Hong Kong m’a laissé un souvenir indélébile. Exploitez à fond deux choses : l’une est la vision humaine, les liens d’amitié, les moments que vous avez vécus et vivrez encore. Grâce à Hong Kong, je suis plus libre, plus curieux, plus inventif à travers toutes ces visions croisées. L’autre est le dynamisme : dès que vous vous passionnez pour quelque chose, explorez-le à fond ! Profitez d’être dans un pays étranger pour faire l’explorateur ou l’exploratrice, avide de nouvelles découvertes ! Je ne résiste pas à la tentation de citer Proust : « Il n’y a presque pas un des gestes qu’on a faits alors qu’on ne voudrait plus tard pouvoir abolir. Mais ce qu’on devrait regretter au contraire c’est de ne plus posséder la spontanéité qui nous les faisait accomplir. » Je vous souhaite à tous bon courage pour vos parcours, tous uniques à leur manière : battez-vous pour réussir dans la voie que vous choisissez ! 

Didier Pujol

Didier Pujol

Passionné de culture chinoise et présent en Chine depuis 2011, Didier a publié de nombreux articles sur la Chine avant de reprendre la direction de l'édition Hong Kong comme directeur et rédacteur en chef.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Hong Kong !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Didier Pujol

Rédacteur en chef de l'édition Hong Kong.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale