Mercredi 16 octobre 2019
Hong Kong
Hong Kong
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Des Françaises s'engagent pour les enfants du Népal

Par Didier Pujol | Publié le 22/05/2019 à 15:00 | Mis à jour le 23/05/2019 à 11:07
Photo : L'inauguration du nouveau centre de Mayaa Nepal le 15 Avril 2019
Mayaa Nepal association enfants Népal

Ce 15 avril 2019 avait lieu un événement particulièrement émouvant à Katmandou mettant en scène des volontaires françaises, des Népalais, quelques Chinois et l'Ambassadeur de France au Népal: l’inauguration du centre de l’association Mayaa pour l’éducation des enfants népalais.

Mayaa, le projet initié par Nicole Sicard

Fondée en 2012 par Nicole Sicard, une institutrice de Hong Kong à la retraite touchée par la misère de ce pays, l'association espère offrir une chance à ces enfants laissés sur le côté de la route par le sous-développement chronique. Regroupant 9 personnels locaux et 3 volontaires, Mayaa Népal intervient dans plusieurs écoles des bidonvilles et les zones défavorisées de Katmandou.  Le centre fait office de dispensaire et de permanence pour les volontaires et travailleurs sociaux qui rayonnent pour dispenser des cours d’anglais, d’informatique ou de jardinage. Les enfants sont "parrainés" par l’association qui prend en charge leur frais de scolarisation, évitant ainsi qu’ils soient mis au travail trop tôt par leur famille et manquer leur chance d’accéder à l’éducation. Ils sont aujourd’hui près de 200 dans ce cas, pour lesquels Mayaa contribue également à sponsoriser des repas équilibrés dans les cantines, afin de pallier des carences alimentaires.

 

Mayaa Nepal association caritative pour l'éducation des enfants
Quelques-uns des 200 enfants parrainés par Mayaa Nepal

 

Le choc de la misère

Parmi les personnes venues à Katmandou pour l’inauguration, des françaises de Hong Kong et d’Italie, des membres du Rotary et une famille hongkonsaise dont Nicole a, en son temps, enseigné au fils. Pour grand nombre d’entre elles, la découverte de la pauvreté a fait l’effet d’un choc: misère, saleté, odeurs, l'omniprésente précarité, et dans certains cas, la maladie. Une rencontre a particulièrement marqué les esprits : celle de ce jeune garçon, parrainé par Mayaa depuis plusieurs années, dont le père, ouvrier sur des chantiers en Malaisie, a été renvoyé chez lui amputé de ses 2 jambes à cause d'une gangrène mal soignée. Il se retrouve aujourd'hui contraint de mendier dans la rue. Comble de l’horreur, ce jour-là étaient placardées des petites affiches sur les portes des masures de ce bidonville en bord du fleuve insalubre, annonçant l'augmentation des loyers pour la fin du mois.

 

Mayaa Nepal association caritative pour l'éducation des enfants
Les sourires des volontaires et personnels de Mayaa

 

Des volontaires françaises

Arrivées en mars pour une période de 4 mois, Soraya, Marie et Cassandre témoignent:

Marie:

"Être volontaire à Mayaa m'a permis de découvrir une culture où Tibétains, Népalais et Indiens vivent en accord et respect, une pauvreté qu'on ne peut s'imaginer et un partage avec les enfants, dont la joie de vivre et la spontanéité sont ma plus belle récompense".

Soraya:

"Mes missions sont l'enseignement de l'anglais auprès d'enfants de bidonvilles et l'encadrement du “Monkey project”, qui consiste en la culture de légumes sur de petites parcelles de terre se trouvant dans l'enceinte de l'école et permettant de préparer les repas à la cantine. Je m’occupe aussi des programmes de santé".

Cassandre:

"Depuis longtemps, j’avais envie de partir à l'étranger faire une mission humanitaire. Arrivée il y a un mois, je donne des cours d’anglais et d’informatique tous les matins à des jeunes de 11 à 14 ans. L'après-midi, ce sont visites de familles, suivi des élèves, sessions de sensibilisation à l’hygiène et à la santé, administratif et communication. Les joies sont les sourires des jeunes et la gentillesse des salariés de l’organisation".

 

Mayaa Nepal association caritative pour l'éducation des enfants
Les volontaires et personnels de Mayaa Nepal

 

Un symbole de la solidarité de la France avec le Népal 

Le jour de l'inauguration, la cérémonie a rassemblé 150 personnes dont les directeurs des écoles partenaires, les familles des enfants impliqués dans la cérémonie,  l'équipe de Mayaa Népal au grand complet, la famille du co-fondateur Sarbendra et de sa soeur Nihita qui dirigent l'association, mais aussi l'Ambassadeur de France au Népal, François-Xavier Léger, qui a pris très à cœur son rôle d'invité d'honneur. Après l’hymne national, interprété par les petits de la crèche, les discours se sont enchaîné, ponctués de spectacles d'élèves et d'anciens élèves parrainés, suivis d’un repas.

Ce centre est l’aboutissement d’un travail de plusieurs années, réalisé grâce à la générosité des donateurs et l’engagement des personnels et volontaires de Mayaa. Ce n’est pourtant qu’un début: le 15 avril marque la rentrée scolaire au Népal, aussi Mayaa est-elle désormais mieux armée pour accueillir une nouvelle crèche, un dispensaire, le bureau et chambres de l'équipe, une cantine et une salle informatique. La suite de l’histoire, c’est à vous de l’écrire.

 

Informations pratiques:

  • Pour rejoindre ou supporter Mayaa: ICI
  • Pour devenir volontaire (4 mois minimum): Candidatures

 

 

Didier Pujol

Didier Pujol

Passionné de culture chinoise et présent en Chine depuis 2011, Didier a publié de nombreux articles sur la Chine avant de reprendre la direction de l'édition Hong Kong comme directeur et rédacteur en chef.
0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet