Lundi 26 octobre 2020
Hong Kong
Hong Kong

Consommer local à Hong Kong, mode d'emploi

Par Patricia Herau-Yang | Publié le 16/05/2020 à 15:38 | Mis à jour le 18/05/2020 à 04:39
Manger hongkongais

Une étude de 2018 du Hong Kong Food Works indiquait que dans les années 1980, 30 à 50 % des légumes consommés à Hong Kong poussaient localement, alors qu’en 2015 ce ratio était tombé à 1.82% (92% en provenance de Chine). Manger des produits frais hongkongais, est-ce possible?

Consommer local

Comme ailleurs dans le monde, les Hongkongais sont réceptifs au "Farm-to-table", qui vise à réduire la distance voyagée par les produits frais. Les raisons sont multiples:

  • Un produit récemment récolté est plus nutritif: récolté à maturité, non transformé, stocké moins longtemps, moins soumis aux écarts de température, il conserve mieux ses nutriments. Durant transport et stockage, les fruits et légumes respirent et s’oxydent, perdant ainsi au passage vitamines et sels minéraux.
  • En consommant local, on réduit le nombre d’intermédiaires, les risques et surcoûts associés.
  • Pour les pays développés (dont fait partie Hong Kong), le cadre réglementaire local strict rassure les consommateurs, inquiets des pesticides et OGM utilisés dans de nombreux pays producteurs agricoles pour augmenter leur rendement.

Outre ces impacts sur le produit lui-même, le consommateur adepte du "Farm-to-table" sait que l’environnement y gagne: des quantités phénoménales de gaz à effet de serre sont libérés pour le transport et la réfrigération des produits frais. Dans une étude de 2018 le Department of Earth Science de HKU classait Hong Kong au 7ème rang des émetteurs de gaz à effet de serre parmi 113 régions étudiées.

 

Manger hongkongais

 

Pourquoi maintenant?

Tout ceci n’est pas vraiment nouveau, mais Hong Kong en 2020 semble particulièrement réceptif à ces arguments. L’étincelle semble venue d’une poussée identitaire et anti-chinoise: l’inquiétude sanitaire en temps de coronavirus s’est rajoutée aux habituelles craintes sur la qualité.

Les Hongkongais se sont émus de leur dépendance pour leur alimentation en produits qui doivent passer la frontière. Pour certains, acheter local est vu comme un acte de résistance. Une consommatrice hongkongaise interrogée indique: "Eradicating local farms and local food supply is a way to force us to rely on imports from mainland. It is a way to tighten the control over Hong Kong."

Le facteur économique s’est ajouté à ces raisons politiques et sociales. En février, dans le contexte du coronavirus, on a noté des hausses de prix des produits importés de Chine entre 30 et 50%. Même à prix égal, dans une économie en souffrance, les Hongkongais se sont révélés solidaires envers leurs compatriotes en privilégiant l’achat local.

 

Manger hongkongais
Un marché de proximité à Hong Kong

 

Avant-goût de produits locaux

Hong Kong ne manque pas de potagers, vergers et apiculteurs. Si vous êtes carnivore, pensez plutôt poissons et fruits de mer.

Producteurs et distributeurs de fruits et légumes

  • Dragontail farm (Luk Tei Tong, Mui Wo): Ferme organique de fruits et légumes, qui propose des activités sur place et vend online. 
  • Farm Direct: Légumes locaux cultivés sans pesticide vendus sous leur marque, et produits importés vendus sous la marque King's Pick. Nombreuses boutiques à Hong Kong. 
  • Hok Tau Potted Organic Vegetables (Hok Tau Pai, Hok Tau Village): Potager local organique, livraison hebdomadaire. Vous choisissez vos variétés, pour un minimum de 350HKD et une livre de légumes par variété.
  • Homegrown Foods (Nouveaux Territoires et Guangdong): Partenariat avec divers fermiers locaux et du sud de la Chine, offrant des services directs de livraison. Très beaux portraits de fermiers hongkongais

En plus de ces adresses fixes, vous verrez aussi au hasard de vos balades des marchés de produits locaux: au Central ferry le dimanche matin par exemple, mais les dates fluctuent en fonction des saisons.

 

Manger hongkongais

 

Miel

  • Wing Wo Bee Farm (136 Sha Tin Rural Committee Road, Pai Tau Village, Sha Tin): Fondé par la famille Yip en 1983. Les abeilles butinent dans les vallées Hung Mui Kuk, les montagnes Tai Mo Shan et près du réservoir Shing Mun. L’élevage des abeilles et la récolte du miel sont faits à la ferme. Garantie sans colorant, ni additif, ni conservateur. Quatre types de miel dont le miel d’hiver et le miel sauvage.
  • Po Sang Yuen Bee Farm (No. 8 Wu Tip Shan Road, Fanling): Vieille de plus de 90 ans, cette ferme produit du miel mais aussi des nids d’abeille et des capsules de pollen. 
  • ForMe Honey (Tuen Mun Wo Ping San Tsuen): Connu pour son miel de printemps, et disponible pour des visites et ateliers.  

 

Manger hongkongais
La barbe d'abeilles de Po Sang Yuen

Poissons et fruits de mer

Guettez les ventes de retour de pêche, en tentant l’aventure des poissons tropicaux de la mer de Chine. En saison (c'est maintenant), les mers de Hong Kong regorgent de poulpes qu'on pêche à la lampe de poche, en soirée. Pour ces produits frais de la mer, les bons plans s'échangent localement. Si vous habitez à Mui Wo, Saikung, Yau Tong, Aberdeen, Cheung Chau, Tseung Kwan O, rapprochez-vous des bords de mer le matin vers 8h pour la pêche du jour. Il y a aussi des poissonniers dans tous les marchés wet markets de Hong Kong. L'origine des produits n'est pas indiqué, mais les poissons tropicaux que vous ne connaissez pas viennent d'ici.

 

Manger hongkongais
La pêche du jour à Tseung Kwan O

 

Restaurants achetant local

  • Happy veggies (Mong Kok, Tsuen Wan, Wan Chai): Restaurant végétarien et entreprise sociale non-profit, qui soutient la production locale. 
  • Café Gray Deluxe (Queensway): Approvisionnement principalement local et organique, y-compris poulet et herbes aromatiques (ail, gingembre, ciboule, tomates)
  • Fresca HK (54A Hollywood Road): Café végétarien utilisant des produits frais de son propre potager.

 

Pour être sûr de recevoir GRATUITEMENT tous les jours notre newsletter (du lundi au vendredi)

Ou nous suivre sur Facebook et Instagram

 

Nous vous recommandons

pat

Patricia Herau-Yang

Patricia a passé de nombreuses années en Chine, exercé le métier de traductrice français-chinois. Depuis son arrivée à Hong Kong, elle s'est mise au cantonais et pratique la randonnée. Elle contribue au Petit Journal sur le volet culturel, entre autres...
0 Commentaire (s)Réagir