La Clock Tower de Hong Kong se remet à sonner après 71 ans de silence

Par Marsha Gau | Publié le 08/12/2021 à 14:10 | Mis à jour le 09/12/2021 à 02:14
Photo : La tour de l'Horloge a Tsim Sha Tsui / Photo @Mauricio Munoz / unsplash.com
Cloche Tour de l’horloge Tsim Sha Tsui

Pour le centenaire de la tour de l’horloge de Tsim Sha Tsui, la cloche de l’horloge retentira de nouveau ce jeudi 9 décembre à 18 heures précises, après 71 ans de silence. Lepetitjournal.com revient sur l’histoire de ce vestige de la colonisation de Hong Kong qui a survécu aux bombes de la Seconde Guerre mondiale et a résisté aux tentatives de démolition. 

 

Tour de l'Horloge Port de Victoria Hong Kong
Bodel - (Paddy) Geoff (1958-59)

 

Un symbole surplombant le Victoria Harbor de Hong Kong

La Tour de l’Horloge de Hong Kong de Tsim Sha Tsui, le long du port de Victoria, est l’un des rares vestiges de l’époque coloniale de Hong Kong. Construite en briques rouges et en granit, la tour de l’horloge de 44 mètres est surmontée d’un paratonnerre de 7 mètres. Elle est également le dernier rappel de l’ancien terminus ferroviaire de Kowloon-Canton. Le chemin de fer inauguré en 1910 dont la construction fut suspendue en raison de la Première Guerre mondiale s’est achevée après que la tour de l’horloge eut été érigée en 1915. Autrefois, cette tour qui surplombait le port de Victoria représentait pour de nombreux voyageurs, touristes, et immigrants le monument emblématique qui marquait leur arrivée à Hong Kong ; à l’image de la Statue de la Liberté à Ellis Island à New York qui accueillait les immigrants fraichement débarqués aux États-Unis dans le temps.  

 

L’histoire de la tour de l’horloge du chemin de fer de Kowloon-Canton

D’antan, à la descente du Star Ferry, les voyageurs pouvaient directement emprunter le train pour se rendre en Chine, ou jusqu’en Russie. Le chemin de fer Kowloon-Canton permettait même de voyager depuis Hong Kong jusqu’en Europe et a joué un rôle dans le développement commercial de Hong Kong au niveau mondial. Aujourd’hui, elle est plus communément appelée la Clock Tower (tour de l’horloge ou tour de l’horloge Tsim Sha Tsui). L’horloge de cette Clock Tower provenait d’une ancienne tour située sur Pedder Street. Seul un côté de la tour affichait une horloge, et ce n’est qu’en 1920 que trois autres horloges ont été ajoutées sur les faces restantes de la tour. Si la cloche de la Tour de l’Horloge marquait de son carillon distinctif les heures depuis sa mise en service en 1915, c’est pendant l’occupation japonaise de la Seconde Guerre mondiale de 1941-1945 que les horloges ont été arrêtées. Si elle porte encore aujourd’hui les traces de combat, la tour a survécu à l’invasion japonaise de Hong Kong pendant la Seconde Guerre mondiale et aux bombes.

 

Tour de l'Horloge preservee destruction de la gare Kowloon-Canton
La tour de l’horloge préservée de la destruction de la gare en 1975/photo @loose_grip_ 99

 

La tour de l’horloge était à l’origine construite pour le terminus du chemin de fer Kowloon-Canton. En 1975, lorsque la gare fut déplacée à l’actuelle station de Hong Hum, la tour de l’horloge a été préservée de la destruction de la gare pour trôner à l’emplacement où elle se trouve actuellement.

Dans les années 1980 à 1995, la cloche de la tour de l’horloge sera exposée à la station de Shatin, avant d’être transférée au siège de la ligne Kowloon-Canton à Fotan en 1995. En 2010, la cloche a été offerte au gouvernement, à l’occasion du centenaire des services ferroviaires de Hong Kong, qui la replace alors à l’intérieur de la tour de l’horloge en 2010.

 

Pour célébrer le centenaire de la cloche, le service des loisirs et de la culture de Hong Kong fera sonner à nouveau la cloche de la tour de l’Horloge ce jeudi 9 décembre à 18 heures précises, à Tsim Sha Tsui, après 71 ans de silence.

La cérémonie sera diffusée en direct sur la page Facebook « Centenary of the Bell » – qui a été créée pour célébrer le 100e anniversaire de la cloche – et la page Facebook « LCSD Plusss ».

Sur le même sujet
Marsha Gau

Marsha Gau

Gourmande de profession, elle partage son regard biculturel sur les dernières tendances de Hong Kong
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Hong Kong !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Didier Pujol

Rédacteur en chef de l'édition Hong Kong.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale