Coupe du Monde de foot : campagne à Hong Kong sur les paris

Par Patricia Herau-Yang | Publié le 23/11/2022 à 15:40 | Mis à jour le 23/11/2022 à 15:40
Photo : @Unsplash/Dieuvain Musaghi
salle de paris sportifs

Oubliez l’enthousiasme des fans ! Pour certains, la Coupe du Monde de foot est synonyme d’argent, de beaucoup d’argent. En effet, chaque événement sportif s’accompagne de jeux d’argent. Découvrez à quel point Hong Kong est un des hauts lieux du pari.

Les paris pour la Coupe du Monde, c’est combien?

Le foot, c’est une belle aventure sportive, c’est aussi beaucoup d’argent, sur le terrain bien sûr, mais pas que !

Forbes rapportait ce 17 novembre que le marché du pari légal pour la Coupe du Monde de Foot 2022 s’élevait à 160 Milliards USD (1,2 Billions HKD). Parmi les joueurs, les Américains s’essaient pour la première fois cette année à parier légalement. Ce marché est déjà évalué à 1.8 Milliards USD (14 milliards HKD).

A Hong Kong, les estimations 2022 ne sont pas encore sorties mais en 2020, année pourtant noire par manque de compétitions internationales cause Covid, c’était (seulement) 114.1 Milliards HKD en pari et au bas mot 30 Milliards HKD au marché noir. En 2021, entre European Cup of Nations et Americas Cup, le pari légal sur le foot a atteint 140.2 milliards HKD.

Depuis le coup de sifflet inaugural au Qatar, une campagne d’information sur le pari est en place à Hong Kong. Deux ennemis sont identifiés : l’addiction (qui dégénère parfois en désarroi personnel, familial et social), mais surtout le pari illégal (qui n’est jamais très loin des triades hongkongaises ou de la criminalité internationale).

Parier, est-ce légal à Hong Kong ?

Le jeu d’argent à titre d’activité sociale (type mahjong) est autorisé à Hong Kong.

Le pari à grande échelle, lui, est réglementé par la Gambling Ordinance de 1977. Depuis cette date, les Hongkongais à partir de 18 ans peuvent parier à titre de loisir et « entertainment », via une unique organisation et les canaux qu’elle gère. C'est le Hong Kong Jockey Club qui a le monopole du pari hippique, sur le foot, et sur la loterie nationale (Mark six). Parier via un bookmaker ou via un canal (physique ou en ligne) n’appartenant pas au HKJC, ou en étant mineur, est en revanche illégal.

Le marché noir est pourtant en pleine croissance et estimé au double du volume légal. Pendant la Coupe du Monde 2014, la police hongkongaise avait saisi du liquide et des talons de paris pour un montant de 750 Millions HKD. En 2020 on l’a vu, 30 Milliards HKD. Les organisations illégales proposent des prêts aux parieurs, de nouvelles formes de paris plus excitants (et risqués), des tickets de croisière, des nuits d’hôtels, pour parier en toute discrétion loin des yeux de la police. Ils approchent aussi des joueurs mineurs. Les bookmakers se sont lancés online.

Le pari illégal est la boîte de Pandore du monde des prêts à des taux usuriers, du blanchiment d’argent, de la fraude, et de la corruption, maux malheureusement bien connus dans d’autres régions du monde dans le même contexte.

A Hong Kong, à ces dommages individuels et sur l’ordre public, s’ajoute une perte à gagner pour la société. En effet, le HKJC est une organisation à but non lucratif. Il verse l’intégralité de ses gains à la société, via des impôts (le HKJC est le premier contribuable à Hong Kong) ou via des ONG. Tout ce qui passe entre les mailles du filet (on parle de dizaines de milliards HKD) est une perte pour la société hongkongaise. Le gouvernement est donc d’autant plus motivé à organiser une lutte sans merci contre ce secteur.

Le HKJC est en fait perpétuellement sur la corde, car il doit générer des revenus (beaucoup d’actions sociales reposent sur ceux-ci) mais doit en même temps lutter contre l’addiction au pari. Il lui faut ainsi en même temps attirer de la clientèle mais aussi lutter contre l’addiction de sa clientèle. Il s’en sort en donnant une image du pari sportif « hygiénique », celle d’un hobby dont on ne doit pas avoir honte, loin de la vie nocturne des casinos de son voisin et concurrent Macao. Les nouvelles formes de pari, nécessaires pour renouveler l’intérêt du marché, doivent obtenir l’aval d’une commission avant d’être lancées. Il faut notamment prouver que les chances de gain sont éthiquement acceptables.

Une campagne de nettoyage des paris illégaux

A l’occasion de cette Coupe du Monde 2022, une campagne générale a été lancée à Hong Kong.

Derrière les chiffres indiqués plus haut, il y a un débat politique. En août 2021, en effet, le Legislative Council débattait sur la base de chiffres récoltés via une enquête sur les paris en ligne. 20% des personnes interrogées auraient déjà parié sur le foot, dont 20% de mineurs. Le débat portait sur l’efficacité de la police (argent saisi pendant les campagnes, nombre de personnes arrêtées et leur type: bookmakers, âge), l’utilité d’augmenter l’âge légal du pari à 21 ans, l’utilité de réduire la variété des types de paris notamment. Le gouvernement défendait ainsi son bilan : en 2020, c’est près de 5200 personnes qui ont été arrêtées pour l’organisation de paris illégaux.

A l’issue de ce débat, le gouvernement est resté sur la position que le pari doit rester légal, mais régulé. Une mise hors la loi du pari mènerait les parieurs, bien loin à mettre fin à leur hobby, mais plutot à se mettre en situation de risque.

Who's who du monde des paris à Hong Kong 

Plusieurs acteurs sont clé dans ce secteur à Hong Kong

  • le gouvernement (législatif, exécutif)
  • le HKJC (doit interdire les paris de mineurs, refuser le pari à crédit, éduquer sur l’addiction, informer sur les aides en cas d’addiction, informer de manière factuelle sur les chances de gagner ou non).
  • le Ping Wo Fund (implémente les campagnes d’éducation, notamment vers la jeunesse)
  • quatre centres de conseils et traitement (Caritas et Tung Wah Group of Hospitals opèrent chacun deux centres. Ils gèrent une hot line 1834 633+une extension en fonction du centre recherché, et chacun a un numéro WhatsApp)

Caritas Addicted Gamblers Counselling Centre: 6829 8764

Tung Wah Group of Hospitals Even Centre: 6770 5599

Sunshine Lutheran Centre: 6606 3933

Zion Social Services Yuk Lai Hin Counselling Centre: 5313 3011

  • Des centres de réhabilitation

Plusieurs centres de réhabilitation existent à Hong Kong (liste non exhaustive).

Citons par exemple un centre créé par un ancien parieur invétéré et repenti Hong Kong Gamblers Recovery Centre  ou encore The Cabin, qui vise notamment les clients expatriés (tous types d’addictions).

  • Un conseiller virtuel: Project i-Change (si la Hot line est fermée ou encombrée et que des envies irrésistibles vous empêchent de dormir, le Project i-Change est fait pour vous. Financé par le Ping Wo Fund et géré par Evangelical Lutheran Church Social Service, il s’agit d’un programme AI développé par une équipe multidisciplinaire de professionnels. Il permet un contact initial et des conseils préliminaires aux parieurs)

Le pari (légal, illégal) est passé en ligne, les solutions aussi! A quand une Coupe du Monde dans le Metaverse ?

pat

Patricia Herau-Yang

Patricia a passé de nombreuses années en Chine, exercé le métier de traductrice français-chinois. Depuis son arrivée à Hong Kong, elle s'est mise au cantonais et à la randonnée. Elle contribue à Lepetitjournal.com sur le volet culturel, entre autres...
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Hong Kong !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Didier Pujol

Rédacteur en chef de l'édition Hong Kong.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale