Mercredi 15 août 2018
Hong Kong
Hong Kong
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

​​​​​​​Yau Leung, photographe magique des années 60 et 70

Par Gérard Henry | Publié le 05/12/2017 à 17:38 | Mis à jour le 05/12/2017 à 17:58
Photo : by Yau Leung - Bruce Lee and Son
Yau Leung_Bruce Lee and Son

Yau Leung (1941-1997), photographe d’un grand talent malheureusement peu connu à l’extérieur de Hong Kong, a laissé des images saisissantes de la rue et du prolétariat du Hong Kong de l’après-guerre.
 

Yau Leung, parfois dénommé le Cartier-Bresson chinois pour ses photos prises sur le vif saisissant merveilleusement des moments signifiants de la vie hongkongaise (il travaillait d’ailleurs comme lui en 35 mm, mais avec un Voigtlander Promiment) a commencé sa carrière professionnelle à Cathay en 1965 puis en 1971, à une époque où l’industrie du cinéma était en plein développement, à Southern Screen dans les célèbres studios de cinéma des frères Shaw, photographiant de célèbres acteurs et actrices. 

On voit ainsi dans cette exposition une photo de Bruce Lee donnant une leçon de Kung-fu à son fils dans les années 70. Éditeur photo réputé, il fonda en 1973, le magazine Photography Life et devint en 1980 rédacteur en chef de Photo Art. Sa renommée commença à grandir parmi ses pairs, mais Il n’eut qu’une seule exposition solo photo en 1994, et ne put jouir du succès futur qu’il méritait car malheureusement  à l’automne 1997, il glissa d’un escabeau dans son atelier, tomba, se heurta la tête et mourut tragiquement seul sur le sol. On ne découvrit son corps que plus tard. Il n’avait pas de famille.

Une rétrospective de son œuvre eut lieu en 1998 au Hong Kong Arts Centre, mais depuis, il a été en partie oublié et est resté inconnu à l’étranger. Il ne reste que les quelques livres publiés de son vivant, pratiquement introuvables maintenant, Lo Fung stories (1992), Flying over Childhood (1994), et  City Vibrance (1997).

Heureusement, Il avait réalisé avant sa mort une série de tirages argentiques de ses œuvres en petit format notamment pour une galerie de Hong Kong, OP Gallery de Lee Ka-sing, maintenant déménagée à Toronto. Ce sont des tirages de cette série faits par ses mains   que la galerie hongkongaise Blindspot a pu se procurer et expose en ce moment à l’occasion du 20e anniversaire de sa mort. 

Le passage d’une cité traditionnelle à une cité moderne 

"Je suis né ici, j’ai toujours vécu ici, et tout mon travail est ici " écrit-il dans la préface à son premier ouvrage.

Les photos de Yau Leung documentent la période de la colonisation des années 60 jusqu’à la rétrocession en 1997. Part intégrale du patrimoine hongkongais, précieux document social et artistique, elle montre le changement d’une vie dure et pauvre quand Hong Kong était encore une ville d’entrepôts vers une période de stabilité et de prospérité. L’étonnante photo de ces deux femmes marchant sous les colonnes de Gloucester Road prise en 1961, montre qu’à cette époque certaines femmes portaient encore la robe traditionnelle chinoise cintrée sur les hanches dans la vie quotidienne.

 

Yau Leung_Two Women (Gloucester Road, 1961)_20x16_s.jpg
Two Women (Gloucester Road, 1961) by Yau Leung

 

C’est cependant le prolétariat auquel Yau Leung, homme d’origine modeste était très attaché qu’il peignit le mieux nous laissant un magnifique témoignage très humain des années 60 et 70, ainsi que des scènes de rue souvent en transformation. On peut y voir aussi les périodes de restriction de l’eau à Hong Kong, notamment dans l’exposition avec la photo originale qui lui valut le premier prix d’un concours photo et qui porte au dos son titre, son nom et ses caractéristiques techniques écrites de ses mains. C’est une photo extraordinaire (Risking Her Life To Get Water (Sham Shui Po, 1963) d’une modeste grand-mère traversant périlleusement en courant un carrefour portant sur une planche dans un équilibre incertain deux bidons de fer blanc de récupération pour aller rechercher de l’eau, denrée très précieuse à cette époque.

 

Yau Leung fait montre d’une grande tendresse pour les enfants

Le enfants occupent une grande part de son œuvre, il portait un œil tendre mais jamais sentimental sur ces enfants pauvres jouant librement dans la rue : les plus grands assis sur une caisse de bois en train de lire ou d’emprunter un illustré que des marchands  louaient  dans des bibliothèques de fortune installés le long des trottoirs, sous des bâches les protégeant du soleil ; les plus petits se vautrant et s’éclaboussant dans des baquets d’eau  lors des pénuries d’eau de l’époque ou se poursuivant dans les nombreux escaliers de pierre qui formaient les rues escaladant la colline.  

 

LPJ Yau Leung_Boy Reading at Comic Book Stall_
Boy Reading at Comic Book Stall - by Yau Leung

 

Ils se suspendent aux arbres, jouent aux cartes accroupis sur les trottoirs, portant parfois le petit frère ou la petite sœur sur le dos,  ou dans des brouettes de chantier, dévorant les friandises de vendeurs de rue  ou même se poussant du coude en riant devant les mannequins de plastique nus d’une boutique de modiste,  une image vivante de l’enfance prolétarienne de Hong Kong d’une grande richesse documentaire.  

Il est très rare d’avoir l’occasion de voir les photos de Yau Leung aujourd’hui, et il n’en existe pas actuellement à ma connaissance de publication aujourd’hui, c’est pourquoi, il ne faut pas manquer cette exposition qui court jusqu’au 6 janvier.

 

Exposition: « Hong Kong Stories 1960 », original vintage prints by Yau Leung,

Du 28/11/2017 au 06/01/2018 - Blindspot Gallery, 15/F,Po Chai Industrial Building 28, Wong Chuk Hang Road, Aberdeen, Hong Kong

 

Nous vous recommandons

Gérard Henry

Gérard Henry

Ecrivain, journaliste et critique d’art, Gérard Henry est l’auteur de nombreux catalogues d’artistes, des Chroniques hongkongaises (Editions ZOE/2008) et de Hong Kong dans la tourmente, (essai, Editions Hermann/ 2010)
0 CommentairesRéagir