Claude Régy nous plonge dans le Rêve et folie de Georg Trakl

Par Gérard Henry | Publié le 08/03/2018 à 14:35 | Mis à jour le 08/03/2018 à 16:53
Photo : Claude Régy - photo by AFP Joel Saget
Claude-Regy(c)AFP-Joel-Saget-logo1

Rêve et folie, le poème de l’auteur autrichien Georg Trakl est un voyage aux limites de l’Art et de la folie, une expérience théâtrale unique dans laquelle le maître de la mise en scène Claude Régy "élève son art à son essence la plus radicale" écrit le journal Le Monde.  

Ce sera une première pour le public hongkongais qui, autant qu’il m’en souvienne, n’a jamais eu l’occasion de voir une œuvre de ce grand maître du théâtre francais devenu legendaire et qui pousse son art aux limites de la conscience. Une expérience d’autant plus rare qu’âgé de 94 ans, Claude Régy a annoncé que ce serait sa dernière pièce: "Je pense vraiment que, étant donné mon âge et le nombre d’années depuis lesquelles je fais du théâtre, ce serait bien de m’arrêter après ce texte-là. Je n’en trouverai pas de plus fort, ni de plus révolutionnaire, ni de plus novateur". Vrai ou faux l’avenir le dira, mais ce sera à Hong Kong une occasion à ne pas manquer.

Claude Régy, découvreur d’écritures contemporaines  

Né en 1923, Claude Régy a d’abord fait des études de sciences politiques avant d’étudier l’art dramatique auprès du grand acteur et metteur en scène Charles Dullin (1885-1949). Il monte sa première pièce en 1952, Doña Rosita de García Lorca. Très vite, il s’éloigne du réalisme et du naturalisme psychologiques et du théâtre dit "politique". Aux antipodes du divertissement, il choisit de s’aventurer vers d’autres espaces de vie : des espaces perdus. Découvreur d'écritures contemporaines, étrangères et françaises, textes qui le guident vers des expériences limites où s’effondrent les certitudes sur la nature du réel.

Il a travaillé avec un grand nombre d’auteurs et parmi ses dernières créations on peut citer 4.48 Psychose de Sarah Kane en 2002 avec Isabelle Huppert, Brume de dieu à l’automne 2010 à partir du roman du Norvégien Tarjei Vesaas Les Oiseaux. En juin 2013 il crée à Shizuoka (Japon) Intérieur de Maurice Maeterlinck, en langue japonaise avec des acteurs japonais. Claude Régy a également écrit de nombreux ouvrages sur le théâtre et plusieurs livres ont été aussi consacrés à son œuvre qui couvre 60 ans de création.

Trakl et Rimbaud, même précocité du génie

Il n’est donc pas étonnant que Claude Régy, fasciné par tous les extrêmes se soit intéressé à ce poète autrichien qui a traversé ce monde comme une étoile filante. Mais qui était ce Georg Trakl ?

« Qui peut-il avoir été ? » Claude Régy de même que Rilke, se pose la question : personne à ce jour n’a su répondre. Drogué, alcoolique, incestueux, traversé par la folie, obsédé d’autodestruction, imprégné de christianisme – père protestant, mère catholique – né en 1887 à Salzbourg, il s’engage – en rupture d’études – comme pharmacien militaire en 1910. Il a 23 ans. Quatre ans plus tard se déclare en Europe la guerre de 14-18. Le jeune pharmacien-soldat se retrouve sur le front de Grodek, dépassé par le nombre des blessés ou la gravité des blessures, cris des hommes et des chevaux ensemble, éventrés, amputés, blessés à la tête. Le poète-pharmacien réservait-il à son usage personnel certaines drogues destinées aux blessés ? Il meurt d’overdose de cocaïne. Mort volontaire ou accidentelle, nul ne le sait. Mort qui survient à 27 ans, dans un hôpital militaire près de Grodek, en novembre 1914. Bataille de Grodeck : « toutes les routes débouchent dans la pourriture noire ». Son dernier poème : Grodek. En six ans d’écriture, Trakl crée une œuvre. Laconique et intense,  utilisant la force de rapprochements inconciliables.

 

Yann Boudaud
Portrait de Yann Boudaud - Pascal Victor © ArtComArt 2012

 

L’acteur, seul sur scène dans un monde d’obscurité et de silence

La scène est dépouillée, le décor minimaliste et abstrait, les regards ne peuvent qu’être hypnotisés par le jeu de l’acteur Yann Boudaut qui se tient seul dans l’obscurité sous une arche lumineuse longtemps en silence avant qu’il ne prononce les premiers mots lentement, avec force, comme une litanie alors que son corps s’affaisse au rythme du texte, au bord de l’équilibre. Dans cette histoire autour de l’inceste, Régy explore les confins du silence et de la nuit, fasciné par le poète : "La vie de Trakl, je pense qu’elle est toute entière dans ses textes – en particulier celui sur lequel je voudrais travailler, Rêve et folie, qu’il qualifiait de poème en prose. Un des aspects qui me fascine dans cette écriture, c’est sa violence. On aborde les régions extrêmement risquées où nous conduisent ses mots."

"Soucieux des rythmes et des sons, attentif au silence, il ouvre en nous des espaces intérieurs : on entre dans un mode de perception au-delà de la pure intelligibilité. Il s’agit bien, chez Trakl, d’une organisation magique du langage. Il nous atteint au centre essentiel de notre être et de nos contradictions", commente Claude Régy. La lenteur du texte pratiquée est une caractéristique de son théâtre ; Il aime citer à ce sujet une phrase magnifique de Nathalie Sarraute: "Les mots servent à libérer une matière silencieuse qui est bien plus vaste que les mots."

Entrer dans une pièce de Regy est une sorte de rituel où les spectateurs sont tenus dans le silence et plongés dans une semi-obscurité dès qu’ils entrent dans la salle et parfois longtemps après que le spectacle s’est achevé.

Claude Régy : Dream and Derangement
Hong Kong Arts Festival
9-10 March 2018 - 8:15pm
10-11 March 2018 - 4:30pm
Studio Theatre, HK Cultural Centre

 

Article paru dans Paroles, le magazine culturel de l'Alliance Française
Numéro #255 Février / Mars / Avril 2018 Spécial Francophonie - consultable ici 
 

Gérard Henry

Gérard Henry

Ecrivain, journaliste et critique d’art, Gérard Henry est l’auteur de nombreux catalogues d’artistes, des Chroniques hongkongaises (Editions ZOE/2008) et de Hong Kong dans la tourmente, (essai, Editions Hermann/ 2010)
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Hong Kong !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Didier Pujol

Rédacteur en chef de l'édition Hong Kong.

À lire sur votre édition internationale