Lundi 25 mai 2020
Ho Chi Minh Ville
Ho Chi Minh Ville
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

La team Rigal au Vietnam, une famille résolument positive et optimiste

Par Morgan Diaz | Publié le 08/04/2020 à 05:40 | Mis à jour le 08/04/2020 à 10:33
team rigal vietnam

Dimanche 29 décembre 2019, Agnès, Jimmy, Mathieu, Clément, Mamie Trotteuse et leurs trois chats (Cookie, Prunelle et Hanoï) étaient sur le point de quitter l’Hexagone avec leur 150 kg de bagages, prêts à écrire un nouveau chapitre de leur existence à plus de 9.000 kilomètres de là, à Hà Nội, capitale du Viêt Nam.

Le lien qui unit la famille Rigal au Viêt Nam ne date pas d’hier, le grand père d’Agnès y a vécu plusieurs années de 1938 à 1946. Agnès quant à elle découvrira le pays pour la première fois en 1999 et fera renouer Jimmy son époux avec ses origines en 2007 lors de leur lune de miel. A partir de 2016, la team Rigal fait du Viêt Nam sa destination de villégiature par excellence. Mardi 31 mars, en pleine épidémie du COVID-19, la team Rigal fidèle à sa bonne humeur communicative, se préparait à débuter deux semaines de confinement imposées sur l’ensemble du territoire vietnamien.
 

LPJ HCMV : La décision de s’installer au Viêt Nam n’a certainement pas été prise sur un coup de tête étant donné qu’il s’agit d’un changement de vie assez radical. Comment en vient-on à aménager sur Hà Nội ?

Agnès : Depuis 3 ans, chaque année nous revenions à la même période en février, mars ou avril mais en 2019 nous avons voulu voyager différemment, venir plus longtemps et à un moment de l’année où nous n’étions encore jamais venus, lors des grandes vacances scolaires.  A peine rentrés de nos vacances, nous n’avions qu’une hâte, repartir mais cette fois-ci pour s’y installer. Année après année, ce projet de changement de vie mûrissait un peu plus dans nos têtes et à un moment donné il a fallu qu’on franchisse le pas, que l’on se jette à l’eau !

Agnès/Jimmy : On ne se sentait plus vraiment à notre place en France. Ce changement de vie, permet de s’adapter à nouveau, de se renouveler. Au fond de nous, c’était bien plus qu’une envie, c’était un besoin que l’on ressentait. Qui plus est, nous baignons dans la culture vietnamienne depuis longtemps déjà. La ville d’Hà Nội est tellement intéressante, on s’y sent tellement bien qu’au final la météo ne nous dérange même pas. A Saint-Maximin (Var) dès qu’il pleuvait deux jours d’affilée j’avais un cafard monstre, ici pas du tout, on s’adapte.

team rigal vietnam

Chacun des membres de la famille voit ce nouveau départ de manière différente : Agnès s’émerveille un peu plus chaque jour de la vie hanoïenne. Jimmy se sent plus zen, détendu, l’avenir en ligne de mire. Mathieu et Clément sont ravis d’avoir déménagé dans un pays à la culture et à la langue totalement différentes mais restent toutefois un peu mitigés. En effet, les deux frères n’ont pas encore eu la possibilité de faire leur rentrée scolaire et de rencontrer de nouveaux camarades. Mamie Trotteuse quant à elle découvre pour la première fois ce pays au peuple souriant. Mais le 9 janvier 2020, le monde se met en branle-bas de combat suite à la découverte d’un nouveau coronavirus (SARS-COV2) émergé dans la ville de Wuhan (Province de Hubei, Chine) responsable d’une maladie infectieuse respiratoire appelée COVID-19.  Une épidémie qui est venue chambouler fortement les plans de la famille arrivée au Viêt Nam depuis plus d'une dizaine de jours.
 

Quel impact l’arrivée du COVID-19 a-t-elle eu sur vos plans ?

Agnès : La possibilité de lancer une activité de coaching scolaire a été mise en suspens assez rapidement avec l’arrivée du virus. Notre second projet, de coaching voyage a lui aussi été ajourné au vu du contexte actuel mais nous profitons de cette accalmie pour le peaufiner dans les moindres détails. Paradoxalement, nous ne sommes pas inquiets ni stressés contrairement à d’autres qui ont pu vivre cette période en tant que voyageur. Nous avons un toit sur la tête pour une durée d’un an et notre propriétaire fait vraiment tout son possible pour que l’on se sente au mieux dans notre appartement.

Jimmy : À côté de ça, nous recevons beaucoup de soutien de la part de notre entourage, notre famille, nos amis ainsi que toutes les personnes qui suivent nos aventures sur notre page qui a dépassé la barre des 1000 abonnés en l'espace de dix mois. On essaie d’être le plus transparent possible avec eux, on ne cache pas la vérité, les petits aléas ou les petits coups durs du quotidien.

Vos nombreux voyages à travers le Viêt Nam vous ont permis de bien découvrir ce pays fascinant, pourriez-vous partager quelques endroits coup de cœur avec ceux et celles qui seraient peut-être déjà en train de rêver à un futur séjour ?

team rigal vietnam

Agnès : La ville d’Hội An a toujours été notre gros coup de cœur et ce, dès le départ. Cet été, j’y suis restée plus d’une dizaine de jours seule avec les enfants. C’est toujours un vrai bonheur d’y retourner. En 2019, nous avons eu deux gros coups de cœur pour Hoàng Su Phì (province de Hà Giang) ainsi que pour la réserve naturelle de Pù Luông (province de Thanh Hóa). Dans cette liste de lieux que nous apprécions, nous plaçons également volontiers le lac Ba Bể (province de Bắc Kạn) découvert il y a deux ans, le plus grand lac naturel du Viêt Nam.

En terme d’hébergement, nous avons découvert deux havres de paix où nous adorons retourner dès que nous en avons la possibilité : la ferme du Colvert à Lương Sơn (située à une quarantaine de kilomètres au Sud-Ouest de Hà Nội) et le jardin du Mékong Homestay à Chợ Lách où l’on se sent très rapidement considéré comme un membre de la famille et non pas comme un voyageur lambda de passage. Il y a tellement d’endroits magnifiques au Viêt Nam que cette liste n’est bien évidemment pas exhaustive, je suis une grande amoureuse du pays en général.
 

Après trois mois dans le pays, est-ce que votre vietnamien a un peu progressé, comment se passe la communication avec les locaux au quotidien ?

Agnès : Pour l’instant, nous ne parlons pas vietnamien, nous essayons de nous débrouiller avec les quelques mots que nous connaissons mais l’application Google Traduction est notre ami. C’est un avantage considérable de vivre au 21ème siècle et d’avoir ces outils technologiques qui permettent de faciliter les échanges. Au cours de nos vacances d’été, nous avons découvert un petit café autour du lac Hoàn Kiếm et maintenant nous faisons un peu partie de la famille. A chaque fois que nous y allons, ils prennent le temps de nous corriger sur notre prononciation. On ne peut être que reconnaissant car ils contribuent à leur manière à notre intégration dans le pays. Cependant, une fois que cette crise sanitaire sera derrière nous et que tout sera revenu à la normale, nous prendrons bien sûr des cours avec un vrai professeur pour acquérir la bonne prononciation et éviter au maximum les erreurs. 

Jimmy : Même si à l’heure actuelle on n'en sait encore peu dans cette langue, on remarque spontanément une bienveillance de la part des locaux qui voient que l’on essaie de faire des efforts au quotidien pour nous faire comprendre.

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre projet professionnel de « coach voyage » que vous êtes en train de peaufiner?

team rigal vietnam

Agnès/Jimmy : Notre objectif est de nous professionnaliser dans les conseils de voyage sur l’ensemble du Viêt Nam et plus particulièrement sur la région d’Hà Nội où nous résidons. La team Rigal souhaite épauler les futurs voyageurs à composer leur séjour pour qu’il leur ressemble à 100% en fonction de qui ils sont, de leurs goûts, de leurs aspirations les plus profondes. Ensuite, nous les orienterons vers le bon partenaire local. Au cours de ces dernières semaines, nous sommes venus spontanément en aide à des voyageurs qui se sont retrouvés en grande difficulté suite aux mesures restrictives qui s’enchaînaient les unes après les autres les laissant dans l’incompréhension la plus totale. Le fait qu’ils trouvent une famille sur place qui puisse les soutenir dans ces moments difficiles leur a ôté un poids sur les épaules. Aujourd’hui, nous sommes beaucoup plus dans le partage que ce que nous avons pu être par le passé en France. Ici au Viêt Nam, les portes sont toujours grandes ouvertes et les gens partagent énormément, nous avons rapidement adopté cette manière de vivre et nous voulons continuer à vivre ainsi.


Comment allez-vous occuper vos journées durant cette quinzaine de confinement ?

Jimmy : Nous allons profiter de cette période de confinement imposée pour nous former à différentes plateformes numériques dans le but de proposer prochainement plus de contenus vidéo. Agnès de son côté est déjà très occupée par la gestion des réseaux sociaux. Le plus dur ça sera certainement pour les enfants et pour mamie mais nous avons la chance d’avoir un toit terrasse à l’appartement ce qui permettra de prendre de bons bols d’air à l’extérieur sans avoir à sortir pour autant. Nous continuerons à alimenter notre page Sur Les Traces de la Team Rigal de photos prises lors de nos précédents voyages et nous prendrons également le temps de faire des live vidéos pour donner des nouvelles de la famille mais surtout pour faire un point sur la situation au Viêt Nam. 

 Résolument tournée vers des jours meilleurs, comme beaucoup d’entre nous, la Team Rigal garde le moral et continue malgré le contexte actuel à poster des photos, des messages toujours très positifs et optimistes. Pour le moment, il n’y a pas de signes avant-coureurs d’un retour anticipé de la famille Rigal en France, celle-ci compte bien faire face à la tempête depuis le Viêt Nam, pays qu’ils ont adopté pour le meilleur et pour le pire.

Suivez les aventures de la Team Rigal 

Nous vous recommandons

Morgan Diaz

Morgan Diaz

Curieux, passionné de voyages, la photographie est mon moyen de communication de prédilection.
0 Commentaire (s)Réagir